L'Oise Agricole 24 septembre 2020 à 09h00 | Par actuagri

«Donnez-nous les moyens de produire»

L’Association générale des producteurs de blé et autres céréales (AGPB), l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM), la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux (FOP) et la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) ont appelé, le 17 septembre, le gouvernement à prendre rapidement un plan d’urgence exceptionnel pour les grandes cultures. Leurs représentants précisent leurs demandes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Qu’il s’agisse de grandes cultures, de la betterave ou des protéagineux, toutes les filières attendent des mesures d’aide d’urgence au gouvernement.
Qu’il s’agisse de grandes cultures, de la betterave ou des protéagineux, toutes les filières attendent des mesures d’aide d’urgence au gouvernement. - © JC gutner

«Depuis huit ans, nos revenus stagnent, en moyenne, à 6 000 E par an après déduction des cotisations de la Mutualité sociale agricole (MSA) et avant impôt. Depuis huit ans, nous sommes en moyenne à 500 E par mois. Quelle profession accepterait ça ? Nous sommes à bout de souffle», s’inquiète Éric Thirouin (AGPB). Avec ses trois autres homologues présidents (Arnaud Rousseau-FOP ; Frank Sander-CGB et Daniel Peyraube-AGPM) représentants des grandes cultures, il a diffusé un communiqué en forme de «cri d’alarme». Force est de reconnaître que les grandes cultures ne sont pas fameuses cette année : «Pour le tournesol, les retours des premiers battages sont très médiocres malgré une augmentation des surfaces, parce que beaucoup n’ont pas pu ensemencer en colza», explique Arnaud Rousseau (Fop). Il s’inquiète d’ailleurs de la baisse des surfaces qui sont passées de 1,6 million par hectare en 2017, à moins d’un million en 2020. Si l’on ajoute une récolte faible (30 qx/ha) avec des «écarts types importants pouvant varier de 10 qx/ha à 50 qx/ha», ajoute-t-il, la situation devient délicate.

Accumulation des contraintes techniques

Même son de cloche du côté des producteurs de maïs et des betteraviers. Selon Daniel Peyraube (AGPM), «nous sommes en limite de rupture d’équilibre financier». Pour lui, les années passent et «on accumule les contraintes techniques» qui ont directement un impact sur l’économie de la filière «grandes cultures» et sur le revenu des agriculteurs. Ces contraintes techniques pour lesquelles il n’existe pour l’heure pas de solution alternative efficace, ce sont, bien sûr, les néonicotinoïdes mais aussi le Phosmet en cours de «ré-approbation» auprès des instances européennes. Cet insecticide organophosphoré est utilisé pour lutter contre les insectes nuisibles sur les plantes ornementales et sur une grande variété de cultures agricoles. Il faut «éviter sa disparation qui aurait des conséquences irréversibles sur la filière colza avec une baisse des surfaces supplémentaire de 200 à 300 000 ha», explique Arnaud Rousseau (FOP).

Valeur ajoutée

Ce qui agace encore plus les quatre associations, c’est l’impression de ne pas être entendues. «Ça fait plusieurs fois que nous demandons ce plan d’urgence, que nous réclamons des cellules de crise départementales, mais on n’a toujours rien», se désole Éric Thirouin (AGPB). «Et sur des sujets techniques, on ne se fait pas entendre. On est sur des principes et des a priori qui ne sont pas scientifiquement prouvés», rappelle Daniel Peyraube faisant allusion à l’impasse totale de la maïsiculture pour lutter contre les mouches. Or, ces associations avancent des propositions (lire encadré). «Nous voulons que l’on nous donne les moyens de produire […] pour assurer la souveraineté alimentaire française et européenne», plaident Arnaud Rousseau et Éric Thirouin. «Il faut préserver notre capacité de production […] Nos cultures sont créatrices de valeur ajoutée (amidon, biocarburants, etc.) et elles fixent de l’emploi sur le territoire. Nous avons un vrai maillage sur le territoire, avec une économie locale réelle. L’économie circulaire, on la fait déjà !», martèle Daniel Peyraube.

Pour l’AGPM comme pour les trois autres organisations, l’acte de production est également une solution à l’indépendance et à l’autonomie qui sont inscrits dans le plan de relance : «Moins on produira, plus on sera dépendant des importations et des conditions environnementales des autres pays», conclut Éric Thirouin.

Un plan d’urgence pour «redonner un cap et une ambition»

Les quatre associations, AGPB, AGPM, FOP et CGB réclament un plan d’urgence exceptionnel. Pour eux, ce plan doit «redonner un cap et une ambition à l’agriculture française» et reposer sur trois piliers : garantir la résilience des exploitations au travers d’un rééquilibrage de la Pac en faveur des producteurs de grandes cultures, de solutions assurantielles pour faire face à l’ampleur croissante des aléas, et d’une politique de gestion et stockage de l’eau efficace ; accompagner la transition agroécologique en soutenant la compétitivité des entreprises et l’économie des filières par l’adoption de mesures fiscales incitatives et immédiates ; déployer une politique de gestion des moyens de production cohérente qui fait le pari de l’innovation, de la recherche via des investissements significatifs (numérique, robotique, variétal) et non des interdictions brutales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui