L'Oise Agricole 16 juillet 2019 à 11h00 | Par C.P.

Les vacances bien méritées des agriculteurs

Pour une majorité de Français, l’été rime avec départ en vacances. À l’inverse, pour bon nombre d’agriculteurs, la charge de travail est élevée à ce moment-là. Quand bien même, pour de plus en plus d’agriculteurs, prendre quelques jours de vacances n’est plus exceptionnel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agriculteurs partent moins en vacances que les autres entrepreneurs.
Les agriculteurs partent moins en vacances que les autres entrepreneurs. - © Agence de presse

Dans un sondage en ligne réalisé par le site internet Terre-net, environ 50 % des personnes ayant répondu déclaraient prendre des vacances dans l’année, mais seulement 20 % indiquaient partir pendant la période estivale. C’est plus qu’en 1994 où une étude du ministère de l’Agriculture évaluait à 24 % le taux d’agriculteurs qui prennent quelques jours de vacances, un chiffre qui atteignait 38 % en 2004.

Économiser pour partir en vacances

D’après le 17e baromètre sur les pratiques touristiques des Français effectué par le cabinet Raffour, 66 % des Français sont partis en vacances en 2018 pour un budget moyen par foyer de 2.200 euros pour le principal séjour de l’année. Pour y parvenir, 55 % des Français déclarent être prêts à limiter leurs dépenses pendant l’année pour partir en vacances. Environ 4 Français sur 10, soit 22 millions de personnes partent pour un séjour de longue durée de plus de 7 nuits.

Si les vacanciers privilégient les hôtels, les plateformes communautaires et les gîtes, la part des séjours dans une maison de famille, chez des amis ou en résidence secondaire représente presque un tiers des départs du fait de son faible coût en matière d’hébergement.

Pour les agriculteurs, les vacances posent deux difficultés. Il faut d’abord avoir l’argent nécessaire pour en prendre et trouver le remplaçant sur la ferme si certains travaux doivent être poursuivis pendant l’absence, une obligation pour les éleveurs. Pour des exploitants agricoles seuls sur une ferme, c’est plus compliqué que pour des structures avec des associés et/ou des salariés.

Fabien est maraîcher dans le Rhône et travaille avec quatre salariés permanents. Pendant la semaine de l’Ascension, il est parti une semaine en Espagne avec son épouse. «C’est une période où il y a du travail sur l’exploitation car on rentre en pleine production. Mais, le pont de l’ascension étant le seul de l’année, j’ai estimé que beaucoup de mes clients seraient absents. J’ai fait un pari en n’assurant pas les différents marchés de la semaine et en prenant une semaine de vacances, car ma femme et moi en avions vraiment besoin. Deux salariés sur quatre souhaitaient travailler le vendredi 31 mai, ils assureront donc le nécessaire pour repartir sur les marchés dès le lundi.»

Les agriculteurs, des entrepreneurs hors norme

Quand on s’intéresse aux vacances des entrepreneurs, toute taille confondue, on constate que les pratiques des agriculteurs sont assez différentes. Une étude réalisée en mars 2019 par Wity, un cabinet d’expertise comptable et de droit et Qapa, une agence d’intérim en ligne, indique que 90 % des chefs d’entreprise prennent des congés pendant l’été, la plupart en août.

55 % des entrepreneurs déclarent ne partir qu’une à deux semaines en vacances. Difficile cependant de décrocher totalement de leur activité puisque 45 % d’entre eux indiquent consulter leurs courriels professionnels au moins une fois par jour.

Pour l’ensemble des Français, 43 % d’entre eux partaient en vacances en 1964, le taux a grimpé au-dessus de 60 % depuis les années 2000, avant de stagner.

C’est un fait, chaque année, un Français sur trois ne part pas en vacances. Car partir en vacances coûte cher. C’est par exemple le cas des jeunes entrant dans la vie active qui partent moins que les jeunes âgés de moins de 20 ans qui ont plus de vacances et partent avec ou sans leurs parents.

Selon le Credoc, 60 % des personnes ayant un revenu inférieur à 1.200 euros mensuels ne partent pas en vacances contre seulement 14 % chez les personnes gagnant plus de 3.000 euros/mois. Ainsi, les agriculteurs en moyenne partent autant que les personnes touchant un Smic.

Les vacances, un bon moyen de prendre du recul

Chantal* est viticultrice et éleveuse en Gironde. En 2017, elle a bénéficié d’une aide au départ en vacances pour un séjour de quatre nuits avec son conjoint et leurs deux enfants après une situation d’épuisement professionnel. «L’année 2016 avait été catastrophique financièrement avec des achats de fourrages importants et une toute petite production de vin, nous comptions beaucoup sur l’année 2017 pour nous refaire et cela a été pire, se souvient Chantal, 48 ans qui mène aujourd’hui une double activité de conseil en amélioration des conditions de travail et d’agricultrice. Nous avons été grêlés à 90 %. Je ne voyais plus comment nous pouvions nous en sortir.»

Suite à une rencontre avec une assistante sociale de la MSA, sa caisse lui propose une aide pour souffler quelques jours loin de l’exploitation agricole grâce à une aide pour financer les vacances et en prenant en charge son remplacement auprès de son troupeau de bovins allaitants. «Ce break nous a fait un grand bien, nous avons pu réfléchir et prendre des décisions sur notre implication sur la ferme.» Chantal a choisi de réduire son parcellaire de vigne en ne conservant que 10 ha et de prendre du temps pour elle une fois par semaine. Elle s’est ainsi formée en ergothérapie afin de pouvoir accompagner des agriculteurs dans l’amélioration de leurs conditions de travail développant ainsi une activité en dehors de l’exploitation pour un meilleur équilibre personnel et professionnel.

* Le prénom a été changé sur demande.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui