L'Oise Agricole 29 mai 2020 à 10h00 | Par PG

Une incitation à se mettre au vert ?

Pendant deux mois, des millions de Français se sont retrouvés confinés dans des appartements en ville sans extérieur. En quête d’un cadre de vie plus proche de la nature, ils sont aujourd’hui nombreux à afficher leurs envies de départ vers la campagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stanislas Rozier, gérant du réseau Campagn’Immo.
Stanislas Rozier, gérant du réseau Campagn’Immo. - © CampagnImmo

Regroupant la majorité des emplois tertiaires supérieurs et des fonctions de commandement, les villes attirent davantage pour le travail que pour le cadre de vie qu’elles offrent à leurs habitants. Mais à l’heure de la levée des principales mesures de confinement, une majorité des Français déclare aujourd’hui vouloir faire des choix de vie différents. Adopté par 40 % des travailleurs pendant le confinement, le télétravail s’est imposé comme une solution crédible offrant des horaires plus souples et des gains de productivité non-négligeables. D’abord réticents, 62 % des Français se sont finalement montrés séduits et déclarent vouloir continuer à télétravailler après le confinement. D’après les principaux instituts de sondage, ils sont même 79 % à se déclarer prêts à sacrifier leur bureau attitré pour plus de télétravail. Si le télétravail venait à se généraliser dans notre pays, le marché de l’immobilier résidentiel pourrait en être le grand bénéficiaire. Longtemps délaissées au profit des grands centres urbains, de nombreuses communes rurales pourraient, si cette tendance se traduit dans les faits, voir débarquer des Français en recherche d’un cadre de vie plus apaisant.

Encore un fantasme

«Nous sommes en train de relancer nos clients et il semblerait que pour certains, le confinement ait changé la donne. Un tiers d’entre eux maintiennent leur projet d’achat, un tiers ne peuvent plus acheter en raison de pertes financières et un dernier tiers se questionnent sur un éventuel changement de mode de vie», perçoit Stanislas Rozier, responsable du réseau Campagn’ Immo dans l’Ouest lyonnais. «Avec l’essor du télétravail, il est certain que des clients vont opter pour une maison plutôt qu’un appartement ou demander une pièce supplémentaire. Mais dans l’immédiat, la mise au vert généralisée relève encore du fantasme car la réalité financière est là : une maison coûte plus cher qu’un appartement et tout le monde ne pourra pas se l’offrir.» Un constat partagé par Marie-Laure Pommier de la Safer Auvergne-Rhône-Alpes: «De nombreux Français ont pu mesurer les avantages que peut représenter le télétravail et les désagréments d’un logement en ville en cas de confinement. Seulement, il ne faut pas perdre de vue que beaucoup voudront retrouver à la campagne les avantages de la ville en matière de connexion ou encore de transport. La mise au vert représente une idée séduisante sur le papier, mais on peut s’interroger sur la faisabilité immédiate de ces projets.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui