L'Oise Agricole 06 juillet 2022 a 17h00 | Par Dorian Alinaghi

Des récoltes satisfaisants... pour le moment

Depuis plus d'une semaine, la moisson 2022 a débuté avec les escourgeons. Avec des conditions météorologiques propices, le département de l'Oise accélère la récolte et les coopératives semblent confiantes qu'aux rendements et à la qualité des récoltes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Jean Charles Gutner

Les céréaliers français ont connu des mois éprouvants entre la sécheresse, la grêle, le gel, les orages... à des périodes où les cultures étaient à un stade crucial de leur croissance. Qui plus est, le contexte géopolitique lié à la guerre en Ukraine provoque une volatilité des prix. Depuis quelques semaines, les moissonneuses-batteuses sillonnent les champs dans le département de l'Oise. Les premières estimations de récolte se révèlent meilleures que prévu pour les moissons 2022.

Ainsi, la coopérative Valfrance est agréablement surprise par cette moisson qui semble de bon augure. «La moisson a bien commencé dans le département et a fortement monté en puissance la semaine précédente. Globalement, on constate une énorme hétérogénéité dans les différents secteurs entre l'Oise et la Seine-et-Marne. Cela est parfois dû au manque de précipitations et au climat assez capricieux», souligne Hugues Desmet, responsable collecte à Valfrance.

«Les orges d'hiver, sur des petites terres, peuvent décrocher. Les rendements tournent autour de 60 à 100 quintaux/hectares. Cette culture est dans une moyenne assez bonne. On est plutôt sur des bons chiffres», poursuit-il. Qui plus est, les caractéristiques conviennent aux brasseurs. Même si la coopérative travaille le grain, le calibrage oscille sur une moyenne de 86 pour une recommandation à 90. Le taux moyen de protéine est à 9,8 et la qualité requise pour les malteurs/brasseurs est entre 9,5 et 11,5.

Blés et colzas

«Depuis le début de la semaine, la récolte des blés et des colzas a commencé. Pour les colzas, on entend de très bons échos. A priori, les rendements seront au-dessus de la moyenne», précise Hugues Desmet. Selon lui, quand les orges d'hiver sont plutôt bonnes, les blés suivent le pas. Mais les coups de chaud auront sûrement eu des incidences sur le rendement blé.

Du côté d'Agora, la moisson a démarré le 16 juin et pour le moment, les conditions de récolte sont bonnes. La récolte des orges d'hiver et pois d'hiver se finalise. «Dans l'ensemble, malgré une hétérogénéité des rendements liée au niveau de précipitation reçu, les rendements sont très satisfaisants, entre 5 et 10 q/ha au-dessus de la moyenne décennale. La qualité est au rendez-vous, notamment en orge brassicole d'hiver : 68 kg/hl de PS et 10 % de protéines. La moisson devrait monter en intensité dans les prochains jours. Nous commençons à collecter les premiers blés, colzas, orges et pois de printemps. Il est pour le moment encore un peu tôt pour se prononcer, mais les premiers échos sont plutôt positifs. Espérons que la qualité sera au rendez-vous cette année», explique Thomas Taldir, responsable céréales Agora.

La récolte des semences démarre également avec les premières livraisons d'escourgeons à la station de semences Agora de Froissy. 70 adhérents sont engagés dans la filière de multiplication de semences, ce qui représente 2.080 ha. «Au total, ce sont plus de 110.000 quintaux de semences de céréales à paille, 250 références, qui seront travaillées à Froissy, conditionnées et prochainement expédiées pour préparer la récolte 2023. À noter que 85 % sont valorisées en circuit court auprès des adhérents. Les 15 % restantes sont des semences de bases (G4) issues des variétés d'Unisigma que nous vendrons à d'autres établissements de production dans la France entière», ajoute Aymeric Dezobry, responsable semences Agora.

Des rendements estimés en légère baisse

«Cette campagne 2021-2022 a été difficile pour les producteurs, avec des aléas climatiques exceptionnels. La récolte française de blé tendre devrait être en légère baisse et marquée par une hétérogénéité inédite», explique Jean-François Loiseau, le président d'Intercéréales.

Selon Arvalis, la prévision de rendement en blé tendre atteindrait 69,5 q/ha en France en 2022, soit une baisse de 2 % par rapport à 2021 et de 3 % par rapport à la moyenne des 10 dernières années. Cette moyenne nationale masque néanmoins des hétérogénéités importantes dans les territoires en raison principalement des stress hydrique et thermique, et plus ponctuellement des épisodes de gel et de grêle. Les céréales cultivées sur des sols peu profonds ayant particulièrement souffert du manque de précipitations.

La qualité des grains est également un critère important, puisqu'elle détermine l'usage et la destination finale des céréales. Arvalis et Intercéréales estiment que la teneur moyenne en protéines du blé tendre français atteindrait 11,6 % en 2022, une valeur proche de la moyenne décennale. Ce critère est déterminant pour satisfaire les exigences des marchés en France et à l'international.

«Sur la première phase du cycle, les blés se sont bien implantés et bien développés à la faveur d'un automne et d'un hiver doux. La sécheresse, qui s'est étendue du printemps jusqu'à la fin de cycle, est le fait marquant de cette campagne et se solde par des impacts forts sur les densités d'épis, notamment en sols superficiels. L'effet bénéfique du rayonnement sur la fertilité des épis a permis une compensation notable des conditions pénalisantes de la montaison, en particulier dans les sols profonds. Le retour des pluies de début juin a permis de retrouver sur les zones les plus tardives des conditions plus favorables au remplissage des grains», précise François Laurent, directeur R&D d'Arvalis.

«Dans un contexte géopolitique particulièrement tendu, marqué par la guerre en Ukraine et des sécheresses dans plusieurs zones du monde, le blé français est au rendez-vous pour répondre à tous les besoins de notre marché intérieur et assurera son rôle à l'international», expose Jean-François Loiseau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous