Anciens numéros

518 anciens numéros

N°1614 (50)

15 décembre 2023 | Semaine 50 1614
Afficher l'édito

L'édito

La douche froide !

Par Gwenaëlle Desrumaux (JA 60), Régis Desrumaux (FDSEA 60), Hervé Ancellin (Président de la Chambre d'agriculture)

Après une dizaine d’années de procédure, notre dernier espoir de retrouver du bon sens paysan dans l’affaire Vincent Verschuere vient d’être piétiné par la Cour de cassation. Jeudi dernier, elle a définitivement validé la condamnation de Vincent prononcée en début d’année 2023. Pour toute la profession, c’est la douche froide ! Voir un de nos voisins, un de nos collègues, condamné pour avoir seulement voulu travailler, quelle injustice ! La colère gronde dans la campagne isarienne et au-délà de ses frontières. Parce qu'au-delà de l’injustice individuelle que subit Vincent, ce sont toutes nos fermes qui sont menacées. Demain, chacun d’entre nous pourra être traîné en justice par des voisins mal intentionné, qui ne supporteront plus les vaches, les moutons, les tracteurs, les coq et autres ! Des riverains qui idéalisent la campagne : une vie bucolique de calme et de sautillements dans des champs de pâquerettes, c’est juste bon pour La petite maison dans la prairie ! Nos campagnes abritent des activités économiques, elles sont vivantes et il est grand temps que chaque Français le comprenne !

Nos campagnes ne sont pas des zones de loisirs à modeler à la convenance des nouveaux venus, mais des territoires où nos familles ont cultivé la terre pendant des générations.

Mais après l’abattement de cette nouvelle, vient la détermination à faire que demain, peu importe la suite du dossier, Vincent puisse encore être paysan ! C’est pour cela que nous lançons une cagnotte qui permettra de récolter des fonds pour aider Vincent à affronter les prochaines étapes.

Malgré lui, Vincent incarne aujourd’hui la lutte pour la survie d'une agriculture génératrice d'emplois locaux et garante de notre souveraineté alimentaire. Chers amis, chers collègues, il est temps de taper du poing sur la table ! Pour cela, nous vous appelons à nous rassembler ce jeudi 21 décembre à Beauvais afin de faire entendre notre détermination. Pour que le cas de Vincent Verschuere ne fasse pas jurisprudence. Pour que chaque agriculteur puisse continuer à exercer son métier. Pour que le bruit des vaches et l’odeur de la campagne restent des symboles vivants d’une France authentique.