L'Oise Agricole 21 janvier 2019 à 14h00 | Par Pierrick Bourgault

Le renouveau de l'agroforesterie

Comment associer récoltes annuelles, élevage et arbres ? Le Fonds Archimbaud finance projets et réflexions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La scierie historique de la famille Archimbaud se situe à Secondigny-sur-Belle (Deux-Sèvres). La famille a ensuite fondé un autre établissement à Labouheyre (Landes), racheté Migeon (Deux-Sèvres) et Les Palettes Ariégeoises (Ariège), fondé Alpin Pellet (Savoie) et Lignatec (Italie).
La scierie historique de la famille Archimbaud se situe à Secondigny-sur-Belle (Deux-Sèvres). La famille a ensuite fondé un autre établissement à Labouheyre (Landes), racheté Migeon (Deux-Sèvres) et Les Palettes Ariégeoises (Ariège), fondé Alpin Pellet (Savoie) et Lignatec (Italie). - © P. Bourgault

Tout commence avec les Romains. Lorsqu’ils colonisent la Gaule, ils redoutent les forêts où se cachent brigands, rebelles et animaux sauvages. Pour limiter le risque d’embuscade, ils tracent des voies romaines rectilignes et, comme le raconte le botaniste Francis Hallé, font cultiver aux peuples conquis des plantes annuelles et basses. Auparavant, le paysage s’étageait. Des vestiges de ce jardinage subsistent avec les vignes en hautain que l’on observe encore en Campanie et au Portugal : accrochées à des peupliers d’une dizaine de mètres, elles se vendangent sur des échelles. Entre les rangs, on binait le potager, on cultivait du blé.

Le tiers de la France

Incroyable, mais vrai : avec 17 millions d’hectares, la forêt couvre près du tiers du territoire national, soit la superficie qu’elle occupait au Moyen Àge. Ce territoire peu connu, inhabité, zone blanche des réseaux téléphoniques et routiers, s’accroît avec l’abandon de terres agricoles en montagne. Une partie de cette forêt appartient même à des propriétaires décédés sans héritiers et, en 2014, il fut décidé que ces biens vacants et sans maîtres reviendraient à la commune ou à l’État.

Que faire d’une telle richesse ? À notre époque où la température et la pollution atteignent des records, provoqués en particulier par la civilisation du pétrole, il serait judicieux de puiser localement dans ses sources d’énergie et de matière. Le bois en est le meilleur exemple. La chimie verte veut ainsi réduire l’usage de substances néfastes pour l’environnement grâce à des procédés inspirés par les écosystèmes naturels.

Exploiter les ressources fossiles, tels les hydrocarbures et rejeter des déchets fut la formule de notre ère industrielle. Il est temps de retrouver une économie circulaire recyclant ses sous-produits, à l’image de la nature. Ainsi, construire en bois requiert moins d’énergie que de fabriquer du béton, et la démolition est également plus économe. L’agroforesterie suggère de planter des arbres dans les parcelles agricoles afin de diversifier les ressources alimentaires et les revenus. Des interactions et complémentarités se créent entre les espèces végétales, voire animales. L’élevage n’est pas oublié, les bovins adorent pâturer à l’ombre d’une peupleraie.

Les projets du Fonds Archimbaud

Doté par le groupe, ce Fonds accompagne les initiatives d’intérêt général qui renforcent le lien entre l’Homme, l’arbre et la forêt. Il apporte un soutien aux projets de recherche inspirés des écosystèmes forestiers : chimie verte, bio-mimétisme, adaptation de l’Homme au changement climatique...

Concrètement, le Fonds aide des projets d’agroforesterie et a créé avec l’association régionale Prom’Haies, un verger à graines collaboratif. Avec l’Association française d’agroforesterie, le Fonds prépare un Guide technique d’agroforesterie dédié au peuplier, à paraître cette année.

Le Fonds Archimbaud et l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine lancent le premier Concours bois destiné aux étudiants en architecture. Trophée Béton et Construir’Acier existaient pour béton ou acier, mais aucun pour le bois, matériau naturel, solide et durable. Le Fonds Archimbaud encourage également l’utilisation originale de palettes de récupération par des bricoleurs ingénieux et des artistes du détournement, dans le principe d’une économie circulaire.

www.fonds-archimbaud.org

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui