L'Oise Agricole 04 août 2022 a 09h00 | Par D.A.

Les JA 60 récoltent près de cinq tonnes de blé dans une friche industrielle

Le vendredi 29 juillet dernier, à 14 h 30, sur la zone industrielle du Haut-Villé à Beauvais, a eu lieu une action grand public, dont l’objectif est la récolte d'une parcelle de blé située sur une friche abandonnée pour dénoncer le problème à l'accès au foncier pour les jeunes agriculteurs.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Fabien Frébourg, secrétaire général des Jeunes agriculteurs de l'Oise, et Gwenaelle Desrumaux, présidente du syndicat.
Fabien Frébourg, secrétaire général des Jeunes agriculteurs de l'Oise, et Gwenaelle Desrumaux, présidente du syndicat. - © D.A.

Sous un soleil de plomb en pleine zone industrielle, un champ de blé a émergé au milieu des entreprises. Comment a-t-il pu bien pousser dans cette zone ? Pour le savoir, il faut remonter à novembre dernier. Lors de la semaine du foncier organisée par les Jeunes Agriculteurs de France, les Jeunes Agriculteurs de l’Oise ont semé une culture de blé sur une zone de friche industrielle. L’objectif était de dénoncer le gâchis de foncier encore trop important dans le département. «Il s’agit d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur le gaspillage du foncier qui s’opère au détriment des terres agricoles et donc de l’installation des jeunes. Partout en France, des zones d’activités ou commerciales se créent, qui ne se vendent pas et on se retrouve avec des parcelles perdues pour l’agriculture et même pas utilisées pour les autres activités économiques», souligne Gwenaëlle Desrumaux, présidente du syndicat. «L’agriculture fait vivre les territoires. Tous doivent prendre conscience que l’enjeu de la préservation du foncier agricole est majeur. L’artificialisation de dizaines de milliers d’hectares de terres cultivées ou pâturées depuis des millénaires en France est définitive. Le bétonnage d’une surface prend quelques jours, mais il est irréversible. Aujourd’hui, force est de constater que les demandes des jeunes agriculteurs ne sont pas respectées. Il est indispensable de mettre en place une politique d’aménagement basée sur l’évitement de l’artificialisation et le choix des emplacements de projets. La réflexion porte sur une réduction de l’emprise des projets qui pourrait tendre au principe de zéro artificialisation nette», alerte-t-elle.

En effet, Fabien Frébourg, secrétaire général du syndicat, déclare qu’un département disparaît tous les 14 ans. 100.000 hectares sont en friche dans l’Hexagone : «on pourrait y installer près de 1.000 jeunes agriculteurs.» interpelle-t-il. En effet, sur les 1,5 hectares à Haut Villé, un maraîcher peut s’installer aisément.

Cette action est soutenue par de nombreux partenaires agricoles. Les semences de blé, de variété Winner, ont été fournies gracieusement par la coopérative Agora et La Motoculture de l’Oise a su mettre ses engins au service de cette action. Ce vendredi, ce sont près de cinq tonnes de blé qui ont été récoltées. Les Jeunes Agriculteurs gagneront près de 2.000 euros. Cet argent sera reversé à l’association Réagir qui vient en aide aux agriculteurs de l’Oise en difficulté.

«Nous serons mobilisés afin de défendre notre outil de travail, qui a vu s’installer des générations d’agriculteurs depuis des décennies. Dans les Hauts-de-France, l’accès au foncier est très compliqué du fait du prix des terres et de l’agrandissement des villes. Les jeunes non-issus du milieu agricole sont les plus touchés. Lorsque l’on a une friche en face de chez nous, je préfère voir une parcelle cultivée qu’une parcelle à l’abandon devenant une décharge publique. Même avec nos blés, on retrouve des détritus comme des bouteilles ou des pancartes sur la parcelle. Cela pourrait permettre d’installer des jeunes, même en bail précaire le temps que les projets de construction se fassent. Nous allons donc continuer l’action pour faire bouger les mentalités.» En effet, on reverra du blé pousser après une jachère fleurie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,