L'Oise Agricole 22 février 2019 à 13h00 | Par Dorian Alinaghi

L’Afasec met le pied à l’étrier pour la rentrée

L’établissement hippique de l’Afasec prépare sa rentrée 2019 en recrutant ses nouveaux élèves via deux stages en immersion totale dans l’univers du cheval de course.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’Afasec peut accueillir jusqu’à 200 élèves.
L’Afasec peut accueillir jusqu’à 200 élèves. - © Dorian Alinaghi

Du 11 au 15 février, de jour comme de nuit, les (futurs) élèves se sont mis en selle pour découvrir le milieu hippique. Deux stages, découverte et positionnement, ont permis de faire découvrir aux jeunes le déroulement des entraînements et la vie hippique.

Le stage a pour but de faire découvrir concrètement au candidat du secteur des courses hippiques les principaux métiers qui s’y rattachent et leurs conditions d’exercice. Cette mise en situation doit permettre au candidat de confirmer son choix de formation et la possibilité d’intégrer l’établissement.

«Les célèbres pistes de Chantilly sont le terrain d’entraînement des élèves de l’École des courses hippiques de Gouvieux. Vous apprenez les métiers de cavalier d’entraînement, de premier garçon, de garçon de voyage et de jockey dans un site agréable, à proximité du plus grand centre d’entraînement de galop d’Europe. Cependant, tous les élèves ne seront pas jockeys. Avant de devenir jockey, on passe forcément par le métier de cavalier. Ce dernier s’occupe du bien-être et de l’entraînement du cheval que montera le jockey lors d’une course.» explique Lucie Chaume, l’adjointe du chef d’établissement.

À Gouvieux, les élèves de l’école disposent d’un internat et d’une restauration. Certains d’entre eux quittent la zone pour effectuer leurs trois semaines mensuelles de travail en écurie chez les professionnels. Ils continuent à bénéficier d’un cadre adapté grâce aux internats de Maison-Laffitte et Deauville situés dans les résidences Afasec.

«L’École de Gouvieux peut accueillir les élèves dès la 4e et les prépare au brevet tout en leur permettant de rester en contact avec l’univers du cheval. Elle propose, en contrat d’alternance ou d’apprentissage, de former les jeunes pour obtenir un Capa LCE (lad cavalier d’entraînement) en deux ans, un Bac pro CGEH (conduite et gestion de l’entreprise hippique) en trois ans.» poursuit-elle.

«C’est un domaine qui recrute beaucoup et nous n’avons aucun problème d’insertion. L’école peut accueillir tous les élèves, même ceux qui sont en difficulté scolaire ou ayant un petit handicap physique. Par contre, nous avons un problème qui se pose à nous, c’est le départ des jeunes durant leur scolarité. Ils n’ont pas de mal à trouver un patron prêt à les embaucher dès 16 ans. Mais on fait le maximum pour les garder afin qu’ils terminent leur cursus et valident leur diplôme» déclare-t-elle.

Miser sur le bon enseignement

Les métiers hippiques ne sont pas de tout repos. Il s’agit de former des sportifs professionnels. Dès lors, une préparation physique est de mise. «Outre les activités physiques, le stage de découverte s’organise autour des soins aux chevaux, de l’équitation, monte classique et monte course et/ou initiation au trot monté et attelé, la visite d’une écurie de courses, la pratique sur simulateurs de monte, sans oublier l’entretien de motivation. Concernant le stage de positionnement, il comporte notamment la mise en selle, l’apprentissage de l’équilibre, les soins aux chevaux et le travail sur simulateur de monte» explique Lucie Chaume.

Les prochains stages se dérouleront du 8 au 12 avril et du 15 au 19 avril. Il est toujours temps de s’inscrire et de galoper vers la réussite.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui