L'Oise Agricole 24 février 2020 à 11h00 | Par Alix Penichou

Scica Roye déshydratation : l’activité pulpes perdure

Poursuite de l’activité pulpes malgré la perte de l’outil de déshydratation et reconnaissance officielle de l’OP : tels étaient les principaux objets de l’AG de la Scica Roye déshydratation du 14 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Scica compte bien se faire restituer les pulpes des betteraves de SLS, pour permettre aux éleveurs adhérents, qui en ont besoin pour la ration de leurs vaches, d’en bénéficier au meilleur prix.
La Scica compte bien se faire restituer les pulpes des betteraves de SLS, pour permettre aux éleveurs adhérents, qui en ont besoin pour la ration de leurs vaches, d’en bénéficier au meilleur prix. - © Agrikol

«Le 1er mai 2020, nous perdrons notre usine de déshydratation, puisque Saint Louis Sucre (SLS) ne renouvelle pas le bail du terrain sur lequel elle se trouve. Mais nous comptons nous faire restituer les pulpes pour pouvoir rémunérer nos adhérents planteurs et fournir des pulpes aux adhérents planteurs», annonçait Benoît Gerbaux, président de la Scica (Société coopérative d’intérêt collectif agricole), ce 14 février, lors de l’assemblée générale.

Une première modification statutaire a été actée, faisant suite à la demande d’éleveurs souhaitant s’engager à acheter à la Scica des pulpes de betteraves surpressées ou déshydratées pour leurs exploitations. «Ce que nous voulons, c’est que chaque éleveur puisse, comme ça a toujours été le cas, bénéficier de pulpes de qualité à des prix intéressants», ajoute Benoît Gerbaux. La volonté est acté, puisque le vote s’est avéré favorable. La parité sera la suivante : une action donne droit à l’achat de 8 t de matière sèche. Encore faut-il que Saint Louis Sucre restitue les pulpes…

Quid de l’outil ? Pas d’avancée ces derniers mois. Le commissaire aux comptes de la Scica a placé celle-ci en procédure d’alerte, le président du tribunal de commerce en étant informé, «car nous considérons que ce non-renouvellement de bail compromet la continuité d’exploitation et la pérennité de la société». Un expert a estimé l’outil de déshydratation à un peu plus de 7 ME, mais SLS conteste ce prix. L’entreprise sera pourtant dans l’obligation de le racheter à la Scica.

L’OP toujours d’actualité

Une deuxième modification statutaire, actée elle aussi, concernait la mise en place d’un groupe sectoriel pour l’activité betteraves de l’OP (organisation de producteurs). Pour rappel, la Scica a reçu un avis favorable de la commission nationale technique (sous réserve d’apporter une modification des statuts) à la demande de reconnaissance en tant qu’OP le 10 décembre 2019. Les avantages : être reconnue par l’État en l’application du règlement OCM, lequel permet de négocier collectivement et de faire exception au droit de la concurrence qui interdit les ententes entre planteurs. L’OP a ainsi la possibilité de lever des aides à l’échelle de l’Union européenne dans le cadre du programme opérationnel des aides sectorielles, pour du matériel de déterrage et de bâchage, par exemple.

Sauf que… Aucun groupe, industriel ou coopératif du secteur n’a souhaité traiter avec l’OP pour la prochaine campagne. «Un échec à essuyer», admet-on à la Scica, mais qui ne signe pas la fin de la partie. Quatre-cent-cinquante planteurs pour 650 000 t de betteraves avaient adhéré à l’OP. Parmi eux, la moitié ont finalement signé à nouveau avec SLS. L’autre moitié a parfois fait le choix de rejoindre une coopérative (Tereos ou Cristal Union) et d’autres ne feront pas de betteraves pour cette campagne. «Nous poursuivons nos efforts et sommes confiants quant à la reconnaissance de notre OP par le ministère de l’Agriculture, annonce Dominique Fievet, président de la CGB Somme. Notre objectif est toujours d’obtenir une juste rémunération des planteurs. Nous espérons ouvrir le dialogue, entre autres avec SLS, pour pouvoir travailler ensemble. Nos adhésions, elles, sont précieuses, car c’est le volume qui fait notre force.»

Les betteraviers s’affichent pour valoriser la filière et ses débouchés

A l’occasion du Salon international de l’agriculture, la filière betterave-sucre-bioéthanol lance une campagne de communication pour montrer le savoir-faire de ses agriculteurs et valoriser l’importance de ses débouchés pour l’économie française. Baptisée «Betteraviers, nous sommes fiers de vous», elle met en valeur le portrait de quatre agriculteurs dont une agricultrice. Quatre betteraviers de l’Oise, d’Île-de-France, du Nord et du Pas-de-Calais viendront faire campagne sur les réseaux sociaux et s’afficher sur le stand de la filière betterave sucre bioéthanol pour valoriser la betterave et porter chacun un message : Guillaume, l’importance des emplois dans les territoires ; Alexis, la mise en valeur de la production de sucre en France ; Bérengère, le bénéfice du bioéthanol français pour les automobilistes et pour l’environnement et Guillaume, la première place de la France dans la production de sucre et de bioéthanol.

Cette campagne de communication vise à valoriser les femmes et les hommes qui font la culture de la betterave en rappelant le poids économique et social de la filière en France. «A travers cette campagne, la filière veut partager un sentiment de fierté avec le plus grand nombre pour valoriser son savoir-faire. Dans un contexte d’agribashing, cette campagne vient aussi dire simplement “Merci” à nos agriculteurs et apporter un message d’encouragement et de reconnaissance à ceux qui ont à coeur de bien faire leur métier» explique Carine Abecassis, directrice de la communication de la CGB qui a piloté cette campagne.

Celle-ci se compose de quatre portraits et de quatre interviews vidéos qui racontent leur fierté de cultiver la betterave. Elle sera visible sur les réseaux sociaux relayée pendant trois semaines autour du salon sur la page de Miss Better sur Twitter et sur Facebook. Elle sera également visible sur le site aibs-france.fr et relayée sur les réseaux des pages le sucre et bioéthanol. Enfin, elle sera affichée sur le stand «La betterave sucrière française» avec la rencontre en personne de ces agriculteurs ambassadeurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui