Anciens numéros

351 anciens numéros

N°1453 (46)

13 novembre 2020 | Semaine 46 1453
Afficher l'édito

L'édito

Régis Desrtumaux, président de la FDSEA 60

Gibier : évitons davantage de dégâts

Les nouvelles mesures sanitaires pour faire face à la Covid 19 nous permettent de travailler sans encombres. Le premier confinement et ses conséquences pour l’agriculture nous ont permis d’agir au plus vite pour éviter de reproduire les problèmes rencontrés en mars et avril dernier. Ainsi, nous avons rapidement obtenu l’attestation professionnelle permanente de circuler.
Malgré tout, la période automnale est également importante dans la régulation du gibier. Nous avons construit avec la Fédération des chasseurs de l’Oise une charte pour travailler à réguler le gibier et réduire les dégâts dans nos champs. Les restrictions sanitaires de ces dernières semaines ont conduit les chasseurs à cesser tout regroupement et donc la chasse.
Lors de la dernière commission départementale faune sauvage (CDCFS), nous avons souhaité, avec JA 60 et la Chambre d’agriculture, en concertation avec la FDC, que la chasse puisse reprendre pour la régulation des nuisibles. Sans reprise de la chasse, la population de sangliers et cervidés serait exponentielle avec toutes les conséquences pour nos cultures.
Nous sommes conscients que l’arrêt de la chasse commerciale génère une nouvelle problématique pour les éleveurs de gibier. Des solutions sont en cours de réflexion. Nous demanderons d’ores et déjà une prolongation de la période de chasse équivalente à la période de confinement actuelle. Madame La préfète a accepté la reprise de la chasse, avec un encadrement adapté à la situation sanitaire.

N°1450 (43)

23 octobre 2020 | Semaine 43 1450
Afficher l'édito

L'édito

Pascal Foucault, responsable FDSEA 60 du dossier Pac

Acomptes Pac ingérables… Revenons à du bon sens !

Après toutes les difficultés rencontrées pour semer les Cipan-SIE fin août, nous voilà de nouveau pénalisés ! Une année où nos trésoreries se retrouvent de nouveau mises à mal, accentuées aujourd’hui par une inadaptation administrative !

En effet, les exploitants concernés par les Cipan-SIE ont constaté au 16 octobre une avance des aides Pac amputée de leur paiement vert. Il n’y a donc, dans cette avance, que 70 % des aides découplées. En effet, la période de maintien des 8 semaines de ces Cipan-SIE se terminant au 25 octobre, le paiement ne peut intervenir avant. Nous demandons simplement du bon sens !

Depuis des années, la FDSEA et FNSEA n’ont de cesse de demander une période de présence de ces Cipan gérée et choisie par l’agriculteur ! En plus des contraintes climatiques et économiques, de semer en temps et en heure ces Cipan-SIE, semer en parallèle le colza, rentrer les pailles, nous ne pouvons plus accepter que l’administration fasse preuve de rigidité, sans cohérence avec le métier d’agriculteur et la gestion d’entreprise. Il faut revenir à du bon sens ! Un petit pas pour l’administration, mais un grand pas pour nos trésoreries !

N°1449 (42)

16 octobre 2020 | Semaine 42 1449
Afficher l'édito

L'édito

Régis Desrumaux, président de la FDSEA 60

Fraudeurs !

Certains des contrôles de l’ASP, démarrés depuis quelques semaines, ne se passent pas dans de bonnes conditions. En effet, des contrôleurs refusent de se re-déplacer sur le terrain afin de constater le respect de la réglementation. Prenons l’exemple de l’implantation des Cipan-SIE dans un contexte de sécheresse extrême. Eh oui, vous serez étonné de l’apprendre, mais il faut de l’humidité pour faire germer une graine ! Effectivement, au premier coup d’oeil, on aurait pu croire que l’agriculteur n’avait pas semé, mais certaines graines germées ont dépéri à cause du sec.

D’autres témoignages du terrain remontent des propos de contrôleurs sous-entendant des magouilles pour donner de fausses preuves de bonne foi (facturation houleuse avec les coopératives, etc.). Tout cela n’est autre qu’un moyen de mettre la pression aux agriculteurs ! Le mot «contrôleur» ne rime pas avec «shérif». Désolé, mais les agriculteurs ne sont pas des fraudeurs ! Ils essaient seulement d’exercer leur métier du mieux qu’ils peuvent en conjuguant météo, réglementation, faible revenu et surcharge de travail ! La fragilité des agriculteurs est palpable, due à des années toujours plus difficiles, ne faisons pas déborder le vase avec ces contrôles ! Chère ASP, vous aurez votre responsabilité si c’est le cas ! J’en appelle donc au bon sens et au dialogue pour trouver des issues aux anomalies de certains dossiers. Chers agricultrices et agriculteurs, en cas de problème, n’hésitez à nous contacter. Votre FDSEA sera à vos côtés.