Anciens numéros

277 anciens numéros

N°1376 (21)

24 mai 2019 | Semaine 21 1376
Afficher l'édito

L'édito

Hervé Ancellin, président de la Chambre d’agriculture de l’Oise

Thierry Bourbier, président de la FDSEA 60

Voter,  c’est décider !

 

C’est seulement à travers l’Europe que la France et son agriculture peuvent faire entendre leur voix. Face aux grandes puissances que sont la Chine, les Etats-Unis et la Russie, seule, la France a peu de chances d’imposer ses vues. Sur les grands accords commerciaux internationaux qui se négocient actuellement, seule la voix de l’Europe pèse. C’est pour cette raison qu’il est important d’aller voter.

Les Hauts-de-France sont la première région exportatrice agricole française. La renationalisation de la politique impacterait fortement les agriculteurs de la région, céréaliers ou éleveurs. Nous devons garder cette vocation exportatrice de notre agriculture. C’est pour cette raison qu’il est important d’aller voter.

Les députés européens que nous allons élire écriront la prochaine Pac et négocieront le Brexit. Ce sont deux enjeux essentiels pour l’avenir de notre activité. C’est pour cette raison qu’il est important d’aller voter. Le vote aux élections européennes, ce n’est pas forcément cautionner toutes les décisions qui ont été prises. C’est justement pour renforcer les meilleures et amender les plus néfastes qu’il est indispensable d’aller s’exprimer dans les urnes.

 

N°1372 (17)

26 avril 2019 | Semaine 17 1372
Afficher l'édito

L'édito

Luc Smessaert, Vice-président de la FNSEA

L’Oise reconnue en calamité agricole

À la demande de la FDSEA et JA 60, une procédure de reconnaissance en calamité agricole au titre de la sécheresse 2018 a été engagée. Nous avions obtenu dernièrement le dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti. Ce 17 avril, le CNGRA (comité national de gestion des risques en agriculture) a reconnu une perte de 43 % en prairies sur la moitié Est de l’Oise, sur les communes des arrondissements de Senlis, Compiègne, ainsi que Creil.

Les éleveurs concernés vont donc pouvoir prétendre à une indemnisation sur TéléCalam et, en même temps, bénéficier de l’aide régionale sécheresse de 500 à 3.000 €/exploitation sur l’achat de fourrages pour reconstitution des stocks. Les démarches sont à réaliser indépendamment. Ces deux dispositifs ne sont pas à négliger.

Il s’agit d’une belle victoire syndicale. Toutefois, la situation météorologique de 2018 nous rappelle la vulnérabilité de nos exploitations face aux aléas climatiques. Même si quelques pluies sont annoncées en cette fin de semaine, les risques climatiques 2019 sont de nouveau élevés. Il est urgent que le gouvernement et nos élus politiques agissent pour concrétiser des stockages d’eau tombée en excès l’hiver pour nos cultures. Parallèlement, nous, agriculteurs, devons nous prémunir, notamment en utilisant la nouvelle dotation épargne de précaution pour une gestion pluriannuelle de nos revenus agricoles et pour certains, avoir plus de stocks à plus d’un an (fourrages…). Regardons aussi le dispositif assurance récolte qui a bien évolué. Face aux changements climatiques, anticipons !

 

N°1368 (13)

29 mars 2019 | Semaine 13 1368
Afficher l'édito

L'édito

Thierry Bourbier, Président de la FDSEA Oise

Agriacting, soyons acteurs !

Le congrès de la FNSEA à Nancy est un moment fort de notre réseau. Ce sont LES agricultures de notre pays qui, pendant trois jours, vont s’exprimer, réagir, partager. Sur ce début de congrès, l’un des sujets qui ressort est bien évidemment les élections à la Chambre d’agriculture de ce début d’année. Bien sûr, ce sujet a été vécu différemment en fonction du résultat de chaque département. Une intervention de la Loire-Atlantique, qui a perdu ces élections à deux voix près, n’a laissé personne insensible.

Laurent Degenne, président FRSEA Hauts-de-France, a de nouveau mis en lumière la distorsion de concurrence avec nos voisins belges. Quand on voit les outils de transformation de l’autre coté de la frontière et le projet d’une sucrerie avec un statut coopératif, ou encore, lorsque l’on constate que les agriculteurs ne sont pas soumis à la RPD, c’est inacceptable ! Le congrès a été aussi pour nous FDSEA 60 le moment de faire remonter l’une de nos problématiques actuelles, la Pac. En trois minutes, Régis Desrumaux a réussi l’exercice et à passer notre coup de gueule sur la requalification des surfaces en prairie permanente, mais aussi la surtransposition règlementaire de la période des huit semaines des Cipan au niveau du département, que nous ne cautionnons pas. On doit avoir une période choisie individuellement pour prendre en compte les contraintes, priorité dans les travaux de chaque exploitant !

Christiane Lambert a conclu ce tour de territoires sur un sujet qui touche chacun d’entre nous, quelle que soit sa région : l’agribashing ! Nous devons être acteurs, il est temps de faire de l’agriacting. Les actions sont multiples comme Agri Demain, engagement sur les réseaux sociaux.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui