Anciens numéros

285 anciens numéros

N°1380 (25)

21 juin 2019 | Semaine 25 1380
Afficher l'édito

L'édito

Thierry Bourbier, président de la FDSEA 60

Lapin de garenne : nuisible, il restera !

Le lapin est et restera bien dans la liste des nuisibles ! C’est un grand soulagement pour la profession de voir que nous avons été entendus et compris. En mai dernier, lors de notre conseil d’administration, notre responsable du dossier Faune sauvage, Thierry Leysens, nous avait informés du risque de voir le lapin être déclassé des espèces nuisibles. Nous avions aussitôt alerté le préfet sur les risques et conséquences de le retirer de cette liste. Les agriculteurs n’ont pas à supporter les ravages dans leurs champs ! Finalement, le préfet ne retirera pas le lapin de garenne de la liste des nuisibles. Pour éviter d’avoir à l’avenir une révision de cette position, nous devons aussi nous mobiliser. Cinq cents prélèvements de lapins de garenne ont été réalisés dans l’Oise pour la saison 2018-2019, le compte n’y est pas. J’invite donc les agriculteurs à la plus grande vigilance : ne pas déclarer les tableaux de chasse, privée ou communale, c’est s’exposer à un risque de déclassement de la liste des nuisibles.

N°1379 (24)

14 juin 2019 | Semaine 24 1379
Afficher l'édito

L'édito

Alice Avisse, présidente de la section viande bovine de la FDSEA 60

Stop au «steack» tout venant !

De la colère… Voici le sentiment premier que ressent un éleveur lorsqu’il découvre la situation frauduleuse des steacks hachés en provenance de Pologne à destination d’une association caritative française. Sa composition n’est qu’un mélange de tendons, gras, amidon…

Une nouvelle histoire qui entache la bienveillance des éleveurs français, soucieux du respect d’un cahier des charges 100 % muscle, qui garantit la qualité au consommateur. On ne peut que s’insurger face à ce constat du non-respect des éleveurs, mais aussi des personnes démunies destinataires de cette «viande».

Dans la logique des États généraux de l’alimentation, la Fédération nationale bovine demande aux pouvoirs publics d’assurer la généralisation du 100 % muscles pour toute viande bovine distribuée en France, sur appel d’offres. Le respect de la qualité de notre alimentation doit s’appliquer dès le passage de notre frontière. Afin d’enrayer l’importation de produits douteux qui ne correspondent, ni à nos standards de production, ni de fabrication, les consommateurs sont en droit et se doivent d’exiger l’origine française et le logo «100% muscles» sur les produits qui leur sont proposés. La profession n’en restera pas là : l’interprofession porte plainte contre X, car le terme «steack haché» ne peut être utilisé pour un produit contenant des protéines végétales.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui