L'Oise Agricole 22 février 2020 à 11h00 | Par Lucie Debuire

Des projets à la pelle

Le 11 février, le groupe GRTGaz, spécialisé dans le transport de gaz en Europe a présenté son bilan de l’année 2019 à Lille (59). L’année dernière, six nouvelles unités de méthanisation ont vu le jour dans les Hauts-de-France, cela porte à dix-sept le nombre de sites connectés au réseau de gaz.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans les Hauts-de-France, 141 projets de construction d’unités
de méthanisation ont été dénombrés.
Dans les Hauts-de-France, 141 projets de construction d’unités de méthanisation ont été dénombrés. - © GRTGAZ_ROY

Avec 124 gigawattheures (GWh) de biométhane injectés dans le réseau de gaz en 2019, les Hauts-de-France se placent en deuxième position des producteurs de biogaz. C’est ce qu’a annoncé GRTGaz lors d’une conférence de presse le 11 février à Lille (59). À jour, le principal gestionnaire du transport de gaz en France dénombre dix-sept sites de méthanisation dans la région dont six nouveaux.

«La méthanisation correspond pleinement aux attentes des agriculteurs, tant au niveau du complément de revenus qu’au niveau du traitement des déchets», annonce Thierry Daniel, délégué Nord-est de GRTGaz. Pour preuve, 141 projets de méthaniseurs ont été recensés, la plupart dans le secteur agricole. L’entreprise estime que d’ici 2023, 5,5 % de la consommation de gaz naturel des Hauts-de-France sera issu d’une unité de méthanisation (soit l’équivalent de la consommation annuelle de 321 000 foyers). Toutefois, de nombreux projets font face à des réticences de la part de la société. «Nous ne pouvons plus monter des projets sans l’accord des riverains, reconnaît le délégué Nord-est de GRTGaz. Mais la transition énergétique ne doit pas être que technologique.»

Des prix de rachat en baisse

De plus, les voyants ne sont pas tous au vert sur le plan économique. Notamment, le prix de rachat du gaz qui a été revu à la baisse. Il est actuellement d’environ 90 E/MWh en moyenne et il devrait baisser à 67 E d’ici 2023. Pour compenser cette perte, les unités de méthanisation devront être plus productives. «Nous réalisons de nombreuses études sur le sujet, explique Thierry Daniel. Des améliorations sur la préparation du mélange et sur la conception de l’unité de méthanisation peuvent être apportées. Nous tentons de mieux connaître les réactions biologiques qui ont lieu dans le méthaniseur dans le but de les accélérer. Nous travaillons actuellement sur l’hydrogénisation. Peut-être qu’en injectant de l’hydrogène dans le méthaniseur, les réactions seraient stimulées.» Une productivité qui doit absolument compenser les prix du gaz en baisse, sans quoi, c’est toute une filière, encore fragile, qui serait déstabilisée.

Une consommation de gaz en baisse dans les Hauts-de-France

Avec 71 milliards de kilowattheures (kWh), la consommation régionale de gaz reste stable par rapport à 2018. Toutefois, il existe des contrastes entre les différentes utilisations du gaz. La production d’électricité à base de gaz progresse en 2019 de 26 %. Dans le secteur de l’industrie, la demande recule de 4 %. Cela s’explique principalement par une campagne betteravière plus courte. La consommation des particuliers diminue de 3,3 % principalement grâce à des conditions climatiques plus douces et des gains d’efficacité énergétiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui