L'Oise Agricole 13 juillet 2020 à 11h00 | Par Emmanuelle Perrussel

12 300 t de stockage à la ferme

Christophe Durand, céréalier à Taponas (Rhône) et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme. Témoignage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christophe Durand, céréalier à Taponas et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme.
Christophe Durand, céréalier à Taponas et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme. - © Emmanuelle Perrussel

Dans le département, c'est probablement le plus gros espace de stockage chez des particuliers. Cinq exploitations de grandes cultures utilisent ce silo situé à Taponas. «Avec mon père Bernard et mon frère Laurent, mon oncle et mon cousin, nous avons déjà une logique de mutualisation depuis longtemps. Si chacun de nous exploite ses surfaces en son nom propre, nous avons du matériel en commun et réalisons des achats groupés de fournitures, détaille Christophe Durand, exploitant à Taponas. Nos surfaces sont en blé, orge, colza, maïs et prairies» Les Durand exercent également, en parallèle de leur activité d'agriculteur, celle d'entrepreneurs agricoles.

Vendre à un meilleur prix

«Ce projet de silo de stockage est né en 2013, mais il n'était alors que de 6000 t. Les raisons qui nous ont poussés à cet investissement sont multiples : avec une production aussi élevée que la nôtre, les silos de proximité des Établissements Bernard à qui nous livrions étaient saturés. Et se rendre au silo à la capacité plus importante à Villefranche pouvait se révéler compliqué avec plusieurs bennes de 25 t, car la circulation est dense. Nous avons aussi décidé de profiter de la présence d'une colonne de gaz de ville près du siège de l'une de nos exploitations, cela permet d'alimenter le séchoir du silo. Bien sûr, la possibilité de vendre nos productions à un meilleur prix a été décisive. J'ai par exemple vendu récemment du blé à un prix moyen de 193 EUR/t et je viens de vendre du maïs à 177 EUR/t (autour du 10 juin, NDLR), sachant que le stockage nous coûte environ 10 EUR/t», poursuit Christophe Durand. Ainsi depuis 2018, moyennant un coût d'environ 3 millions d'euros, installation comprise, les céréaliers stockent leur blé, maïs et orge sur place. Cela représente les trois quarts de la capacité du silo, le quart restant étant utilisé par les Établissements Bernard. Un courtier se charge de leur trouver le meilleur client, «bien souvent en Italie. Nous avons par exemple un contrat pour des variétés de blé spéciales avec un grand nom transalpin de l'industrie des pâtes». Les avantages de ce système sont nombreux.

«On a la possibilité de faire des lots grâce des à des cellules de stockage de plusieurs tailles : 550 t à 3000 t. Le contact direct avec le client final est intéressant. On souhaite aussi développer d'autres débouchés. On a commencé à semer des variétés spécifiques de blé pour une minoterie des environs.» Les agriculteurs gagnent également un temps précieux à la récolte mais la principale contrainte est l'astreinte, liée notamment au séchage du maïs. «Le séchoir à recirculation extrait 550 kg de maïs toutes les 300 s donc le séchage de plusieurs milliers de tonnes dure quelques semaines. Pendant cette période, il y a beaucoup de paramètres à surveiller, jour et nuit. Le nettoyage une fois les récoltes vendues est lui aussi assez lourd», souligne Christophe Durand. L'installation ne passe pas inaperçue dans le paysage du val de Saône et a déjà suscité l'intérêt d'autres exploitants et des entreprises qui collectent des céréales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui