L'Oise Agricole 17 décembre 2020 � 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

2019 conforte la déjà très bonne santé financière d’Agora

Crise sanitaire oblige, c’est sous forme virtuelle que les assemblées de section se sont déroulées. La coopérative a présenté des résultats 2019-2020 excellents grâce notamment à une collecte record en 2019.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Agnès Duwer, nouvelle directrice, et Thierry Dupont, président de la coopérative.
Agnès Duwer, nouvelle directrice, et Thierry Dupont, président de la coopérative. - © Agora

Les adhérents peuvent être rassurés : leur outil est en très bonne santé financière grâce à une politiquer d’investissements maîtrisée, une gestion rigoureuse des coûts et des ventes en hausse.

Il faut dire que la collecte 2019 s’affiche, à plus d’un million de tonnes, comme le record absolu pour la coopérative. Les quatre principaux produits représentent 97 % des tonnages : le blé 71%, l’orge 12 % et le colza et le maïs 7 % chacun.

Bonne santé financière

Le chiffre d’affaires d’Agora sur l’exercice 2019-2020 (clos au 30 juin 2020) s’en est trouvé conforté et a progressé de 7 %,à 286 millions d’euros. Cette récolte record a permis un gain marginal pour l’adhérent de 1,70 €/t et le blé valorisé à 81 % au prix de campagne l’a été à 164 €/t, au dessus de la moyenne historique. Par ailleurs, les activités de vente de semences ont progressé, notamment en maïs.

Parallèlement, malgré la crise sanitaire et le confinement, Agora a pu maintenir l’ensemble de ses activités et services auprès des adhérents grâce à un protocole sanitaire strict. Le choix a été également été fait de réduire les marges sur les produits phytosanitaires. Au final, le résultat financier s’élève à 3 millions d’euros.

Ristourne de 1 €/t

Le conseil d’administration a ainsi pu décidé de proposer une ristourne et un intérêt aux parts à hauteur d’un tiers du résultat, soit un montant de 994.000 euros. Cela représente pour chaque adhérent 1 €/t à hauteur de ses livraisons.

Richard Thiollet, le directeur administratif et financier de la coopérative, a détaillé la présentation des comptes de la coopérative, à retrouver sur https://youtu.be/EHGeC6ZeKzM. Agora est en excellente forme, notée B3+ par la Banque de France. La coopérative va tellement bien qu’elle n’a même pas sollicité un prêt garanti de l’État (PEG), mesure d’accompagnement de la crise sanitaire.

Outre son excellent résultat de l’année et sa trésorerie excédentaire, Agora présente un bilan solide, avec des capitaux propres à hauteur de 50 %, un actif immobilisé de 30 % et un endettement moyen long terme de 7 %.

Agora a ainsi pu prendre des décisions comme la reprise en direct de ses parts dans Tereos, une prise de participation dans la structure PriseDirect’ (voir L’Oise Agricole du 30 octobre page 4), un réseau de distribution de produits fermiers locaux en association avec le groupe Advitam pour intégrer les circuits courts en plus de la participation dans Vertdis.

Forte de son assise financière, Agora devrait ainsi pouvoir imaginer sereinement son avenir au travers d’un plan stratégique à horizon 2030.

 

Agora choisit la vente plutôt que le conseil

La coopérative avait anticipé la législation dès 2019 en dissociant ses activités de vente et de conseil avec notamment la mise en place du prix unique des produits, une nouvelle politique de services et la création de trois formules d’accompagnement selon les souhaits de l’adhérent.

En 2020, le conseil d’administration de la coopérative et le comité de direction ont étudié les impacts économiques et organisationnels du choix à opérer entre la vente et le conseil. Pour cela, ils ont recours aux experts de La Coopération agricole.

«Pour sécuriser à court terme le modèle économique, la relation adhérent et les hommes et femmes de la coopérative, mais aussi assurer à long terme la pérennité de la coopérative, le conseil d’administration a décidé le 23 novembre 2020 de conserver l’agrément distributeur de produits phytosanitaires. Cela nous laisse le temps nécessaire pour transformer de façon pragmatique notre modèle. L’objectif est d’être solide face aux défis qui nous attendent et de pouvoir continuer d’orienter et accompagner les adhérents dans leur recherche de performance» explique Thierry Dupont, président de la coopérative. Cela ne remet pas en cause l’accompagnement aux adhérents qui s’étoffera.

Rétropective 2020

Quelques temps forts de l’année qui se termine :

- changement de direction : Jean-Xavier Mullie, présent au sein de la coopérative depuis 33 ans, quitte la direction et laisse la place à Agnès Duwer le 1er juillet 2020.

- lancement d’une production d’orge de printemps protéinée à destination de la brasserie pour la filière Budweiser

- poursuite des essais sur la conservation du grain avec l’installation de 5 groupes froids. L’objectif est de trouver une alternative durable aux insecticides de stockage tout en maîtrisant la sécurité alimentaire des céréales stockées.

- travaux de modernisation du site de Noyon à hauteur de 2 M€ et la mobilisation d’Agora sur le projet du canal Seine-Nord Europe

- déploiement de l’offre de services aux adhérents avec ses 3 formules : Coccinelle (accompagnement individuel et collectif), Abeille (accompagnement collectif) et Papillon (services à la carte).

- lancement de la plateforme e-commerce Aladin.Farm by Agora avec plus de 500 utilisateurs, 1200 références et 450 commandes sur 1 an.

En savoir plus sur https://youtu.be/O3D-E0sPXrk

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,