L'Oise Agricole 07 novembre 2019 à 08h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

Bovins et chevaux pour une activité de rééducation équestre douce

À 47 ans, Virginie Lallau sait où elle va. Après un élevage bovin doublé d’une activité équestre, puis un emploi de cadre marketing mais depuis toujours au contact des chevaux, elle vient de se lancer dans le mountain trail, à Vaudancourt, dans le Vexin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dominique Lapeyre-Cavé

Le mountain trail est une activité d’équitation américaine, issue du travail des cowboys auprès des troupeaux de bovins. Le cavalier, parfois à pied, et sa monture doivent franchir des obstacles naturels tout en douceur, sans chronomètre. Serpenter entre des troncs posés à terre, traverser des surfaces hérissées de cailloux, monter sur un podium, une balance, traverser une pièce d’eau jaillissante, voilà qui nécessite une rare complicité dans le couple et une grande confiance. Cavalier et monture doivent être en harmonie «bien dans leur tête», assure Virginie Lallau.

Issue d’une famille d’agriculteurs de l’Orne où l’on élevait de «vrais bœufs gras normands», elle aime la nature, a le sens de l’élevage et se passionne dès son plus jeune âge pour l’équitation qu’elle pratique assidûment. Elle aurait aimé reprendre avec son frère la ferme familiale, mais les circonstances en ont décidé autrement. En 1997, elle se lance dans une activité conjugant élevage bovin et préparation de chevaux de chasse à courre. «Nous sommes dans les premiers à être allés chercher des Salers dans le massif central. Parallèlement, je m’intéressais déjà à la préparation de chevaux de travail, pour la chasse à courre», détaille Virginie Lallau.

Puis elle occupe un poste de cadre marketing tout en continuant à fréquenter le milieu hippique.

C’est à l’occasion d’un séjour au Canada qu’elle découvre le mountain trail et son approche bien différente de l’équitation classique pratiquée en France. «J’ai tout de suite pressenti que cette discipline éthique, qui met en avant le développement des relations entre le chaval et l’homme, pouvait apporter des bénéfices à des cavaliers qui ont des chevaux stressés par la recherche de performances. C’est par exemple le cas dans le saut d’obstacles où on cherche à tirer le meilleur parti des chevaux, quitte à les broyer. Le mountain trail est un formidable outil de rééducation pour le cheval et son cavalier. Sous forme ludique, les chevaux comprennent ce qu’on attend d’eux.»

 

Un projet en développement

Virginie et son époux, cadre chez Groupama à la Défense, s’installent en 2009 à Vaudancourt, dans le Vexin, à quelques kilomètres de Gisors. Ils achètent une maison sur les hauteurs du village et un hectare de terrain sur lesquel les installations nécessaires à la pratique du mountain trail vont progressivement trouver leur place. C’est un travail titanesque puisqu’il faut décaisser le terrain pour dégager des surfaces planes pouvant accueil boxes et paddocks. Le terrain de mountain trail, le horsepark, est installé sur un terrain en pente et les obstacles y sont bâtis avec des matériaux naurels : rondins, troncs d’arbre, pierres... «Je suis adhérente de la MTHA, Mountain trail horse association, qui regroupe 63 structures et 1.000 adhérents. Je suis juge officiel dans cette discipline qui est une variante de l’équitation western. Le horsepark peut accueillir des stagiaires, mais aussi des compétitions, même si cette discipline commence juste à se développer dans la région» déclare Virginie Lallau.

 

Des bovins aussi

Le mountrain trail comporte aussi des épreuves de manipulation de bovins à cheval. «Le travail sur le bétail à cheval est un gain de temps indéniable. Les bovins ne se comportent pas de la même manière lorsqu’ils ont à faire à un cavalier plutôt qu’à un homme à pied. C’est également bénéfique pour le cheval qui gagne en confiance pour s’imposer face aux bovins.» Virginie Lallau a donc acheté des veaux mâles de race jersiaise, doux et joueurs, qui grandissent à l’herbe. «C’est un autre axe de mon projet. Comme je suis amatrice de très bonne viande, je soigne mes jeunes bovins à l’herbe, au foin, au grain et à la pulpe sèche. À terme, je souhaite commercialiser la viande qui est de bonne qualité. Et puis, comme je nourris les personnes qui viennent en stage ici avec leurs chevaux, j’en profite pour leur redonner goût aux bons aliments. J’apprécie la bonne chair et je m’approvisionne localement auprès de maraîchers et d’éleveurs» assure-t-elle.

Sa clientèle, elle l’a trouve auprès de son réseau de connaissances constitué au long de ses années de pratique de l’équitation et du bouche-à-oreille. Des propriétaires prennent leur adhésion à l’association et viennent utiliser les installations.

Virgnie Lallau a démarré son activité depuis juin 2019 et prévoit déjà son développement puisqu’elle possède maintenant environ trois hectares. Elle pense créer une partie hébergement, sans doute insolite avec des tentes, et organiser des stages de plusieurs jours. Elle accueillera des couples cavalier-cheval, mais aussi des personnes qui souhaiteraient simplement profiter de la beauté du lieu pour se poser.

«Le travail avec le cheval et les troubles de comportement que j’observe sont révélateurs d’une société toujours pressée et stressée par la recherche de la performance. Ici, on apprend aux chevaux et aux gens à se poser, à respirer, à retrouver la simplicité et la joie du retour à la nature. C’est vrai que la campagne autour de Vaudancourt, vallonnée et boisée, est propice au repos. Je passe des messages à mes clients. Autour de la relation homme-cheval, avec le mountain trail, on réapprend la patience, le travail en douceur et en confiance». Une vraie philosophie de vie.

 

Ouestern équitation

Location des installations à la journée : 35 euros pour le couple cheval-cavalier.
Stage à la journée avec coaching sur la discipline de mountain trail : 75 euros pour le couple cheval-cavalier, 90 euros avec conduite du bétail.
9 chemin des Aulnaies 60240 Vaudancourt
Tél. 06 13 83 15 69
https://www.facebook.com/EquitationOuestern/
Prochain stage en novembre.
Concours de mountain trail prévu le 7 juin 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui