L'Oise Agricole 17 janvier 2021 a 15h00 | Par JCD

Ecophyto pour financer le conseil stratégique ?

Sébastien Windsor, président de l’APCA (chambres d’agriculture), souhaite qu’Ecophyto participe au financement du conseil stratégique, a-t-il déclaré le 6 janvier, en Présentant ce nouveau service imposé par la loi Egalim.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © N. Ouvrard

Le conseil stratégique à l’utilisation de phytos, auquel l’agriculteur doit avoir recours avant le 31 décembre 2023, «va coûter cher». Il s’agit de «mobiliser des fonds Ecophyto pour démarrer ça plus tôt», a expliqué Sébastien Windsor. L’idée est de «prendre en charge une partie des coûts» pour éviter que les agriculteurs, notamment ceux en difficulté, attendent le dernier moment.

La loi Egalim oblige, depuis le 1er janvier, une séparation de la vente et du conseil en phytos. Changement qui s’accompagne de la création d’un conseil stratégique. L’agriculteur doit justifier, lors du renouvellement de son Certiphyto, avoir reçu deux conseils stratégiques par période de cinq ans. Mais cette condition n’est prévue qu’à partir du 31 décembre 2023.

Équilibre entre coût et efficacité

Côté chambres d’agriculture, l’offre de conseil stratégique est évaluée «entre 500 et 1 000 E» par exploitation. Trois cents collaborateurs sont formés pour la tester, auprès de huit agriculteurs chacun, dans tous les départements. «On ne fera pas (du conseil stratégique) à bas coût, à ultra-bas coût», a insisté Sébastien Windsor. L’APCA vise un «coût raisonnable» pour l’agriculteur, mais aussi «avec une efficacité maximale». Ces tests montrent qu’il faut «à peu près une journée pour le faire efficacement», sur deux demi-journées «en tête-à-tête avec l’agriculteur». L’APCA travaille sur «une prestation commune» entre les différentes chambres, a précisé le secrétaire général Christophe Hillairet. Des «options» sont prévues pour la compléter. «L’objectif, c’est pas un coup de tampon qu’on met en bas d’un papier», au contraire, «c’est une valeur ajoutée pour l’exploitation», selon lui.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

L’actualité en direct
Chambre d'agriculture de l'Oise