L'Oise Agricole 22 décembre 2019 à 13h00 | Par L'Oise Agricole

Un excédent confortable pour le commerce extérieur

Les échanges extérieurs français de produits agricoles et alimentaires français ont enregistré en octobre un léger retrait de 3 ME par rapport à octobre 2018, mais sur les dix premiers mois de l’année, le solde positif atteint 6,66 milliards, en hausse de 1 milliard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur les dix premiers mois de l’année, le bilan est largement plus positif, l’excédent atteignant 6,66 Mds E soit 1 Md de mieux que pour la période correspondante de 2018, dont 1,19 Md pour les produits bruts et 5,47 Mds pour les produits transformés.
Sur les dix premiers mois de l’année, le bilan est largement plus positif, l’excédent atteignant 6,66 Mds E soit 1 Md de mieux que pour la période correspondante de 2018, dont 1,19 Md pour les produits bruts et 5,47 Mds pour les produits transformés. - © Pixabay

Selon les services statistiques du ministère de l’Agriculture, le bilan des échanges extérieurs du secteur agro-alimentaire français a laissé, en octobre dernier, un excédent de 938 millions d’euros (ME) soit un léger repli de 3 ME par rapport à octobre 2018. C’est la conséquence d’une progression plus rapide des importations : + 146 ME, soit 3 % de plus que l’an dernier que des exportations, plus 143 ME, soit plus 2 %. Entre les deux principaux postes de ces échanges, les vins et spiritueux et les céréales, ces dernières ont confirmé leur bonne orientation en présentant un bilan positif de 521 milliards d’euros (MdE) en hausse de 72 ME alors que les vins et spiritueux accusent un recul de 51 ME, à 1,47 MdE.

Un milliard de mieux en un an

En revanche, sur les dix premiers mois de l’année, le bilan est largement plus positif, l’excédent atteignant 6,66 MdE soit 1 Md de mieux que pour la période correspondante de 2018, dont 1,19 Md pour les produits bruts et 5,47 Mds pour les produits transformés. Les vins et spiritueux représentent le plus gros poste d’exportation de produits agro-alimentaires et l’un des plus importants de nos échanges extérieurs en général. L’exportation de ces boissons a représenté, sur les dix premiers mois de cette année, 12,42 ME, (laissant un solde positif de 10,7 Mds) contre 5,58 Mds, pour les céréales, à quasi-égalité avec les produits laitiers, à 5,6 Mds E.

Le secteur de la viande et produits animaux a profité de l’augmentation sensible des sorties de viande porcine, avec la forte progression de la demande chinoise, entraînant la hausse des prix. Les grands secteurs déficitaires demeurent ceux des produits préparés de la pêche (2,7 Mds E), des fruits (2,5 Mds E) et des produits préparés à base de fruits et légumes (2,3 Mds).

L’UE, premier partenaire

Sur cette période de dix mois, l’Union européenne demeure notre premier client, avec un chiffre d’affaires (produits bruts et transformés compris) de 32,9 Mds E tandis que les importations en provenance de l’Union atteignent 33,12 Mds. Nous sommes déficitaires avec nos partenaires européens tandis que nos exportations vers les pays tiers, avec 20,9 Mds E laissent un résultat positif de 6,9 Mds E.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui