L'Oise Agricole 13 février 2020 à 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

À Beauvais, le bio est servi sur un plateau... Saint-Jean

C’est un endroit perdu sur les hauteurs de Beauvais, là où la ville rejoint la plaine et où la nature a repris ses droits, accueillant orchidées et chauve-souris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Radouane Azarkane, maraîcher bio.
Radouane Azarkane, maraîcher bio. - © Dominique Lapeyre-Cave

Classé en zone naturelle et propriété depuis de nombreuses années de la ville de Beauvais, cet espace a vu s’installer des jardins familiaux où des associations permettent aux enfants de reprendre contact avec la nature et de retisser du lien social. La ville voulait a tout prix garder la vocation naturelle de ce lieu tout en y créant une activité et a donc lancé un appel à projet pour une exploitation en maraîchage bio.

«C’est ainsi que mon cousin Nabil et moi, nous nous sommes installés en janvier 2017 sur la ferme de Saint-Jean», explique, tout sourire, Radouane Azarkane. «Nous étions tous les deux en reconversion professionnelle et avions suivi une formation agricole d’un an en maraîchage au CFA (centre de formation pour adultes) d’Airion. Nous avons répondu à l’appel à projet et nous avons été retenus.»

Les deux cousins ont signé un bail rural avec la ville de Beauvais et suivi le parcours à l’installation. Avec la Chambre d’agriculture de l’Oise, ils ont bâti leur projet qui les verra utiliser au fur et à mesure les 5,7 hectares du site. Au bout de 5 ans, ils auront investi à deux 50.000 euros pour l’achat de serres de 1.000 m2 d’occasion, de matériels de travail du sol et de bâtiments de stockage. Deux chalets à l’entrée du site accueillent le bureau et le point de vente.

«Pour le moment, nous produisons une trentaine de fruits et légumes toute l’année dont des légumes de conservation, ail, oignons, échalotes et pommes de terre. En cette saison, nous vendons des potimarrons, des radis noirs, des navets, des salades, des épinards et nous avons semé sous nos serres des fèves et des haricots. Aux beaux jours, c’est une explosion de cultures avec tous les légumes d’été, tomates, courgettes, poivrons, aubergines... Les arbres fruitiers déjà présents produisent pommes, poires, prunes, cerises, coings... et nous plantons également des fraisiers», développe Radouane Azarkane.

Une installation progressive

Ce n’est qu’au bout de 5 ans que l’ensemble du site sera exploité : trois hectares de maraîchage et un de fruitiers plantés au fur et à mesure, qui entreront en production progressivement.

Quelques poules habitent déjà sur place et devraient recevoir des congénères pour une production d’œufs bio. «Les poules permettent aussi de consommer les déchets de légumes et nos boucs et chèvres débroussaillent les parties non encore occupées».

Des carrés potagers accueillent des plantes aromatiques et une partie du site est dédiée à la cueillette. «Les clients qui viennent acheter sur place amènent leurs enfants et cela nous a donné l’idée de la cueillette, qui couvre 4.000 m2 actuellement, mais devrait arriver à 6.000 m2 à terme.»

Les parcelles sont déjà dessinées, selon une disposition géométrique qui rappelle les jardins à la française. Elles sont plantées aussi d’aromatiques, de cardons et d’artichauts.

Maîtrise technique

«Nous sommes en agriculture biologique et, jusqu’à présent, nos principaux soucis viennent des ravageurs du sol. Il a fallu travailler le sol pour les maîtriser. Nous sommes sur des friches anciennes et des prairies, un sol qui a peu de fond», développe Radouane Azarkane.

Sinon, les deux cousins fabriquent des purins d’orties, de rhubarbe, de fougères. Le seul traitement qu’ils utilisent est le savon noir contre les pucerons.

Contre les ravageurs terrestres, ils installent des filets sur les bandes extérieures car les oiseaux, les lapins et même les chevreuils viennent déguster leur production. Quant aux cerisiers déjà anciens et trop développés, impossible de mettre un filet et les oiseaux sont les plus rapides : «nous n’avons pas mangé une seule cerise», plaisante le jeune maraîcher.

Tous les principes de l’agriculture biologique sont appliqués : rotation, plantes compagnes, fleurs repoussantes comme les œillets d’Inde. La pollinisation est assurée aussi par des ruches qu’un voisin apiculteur vient installer à la belle saison. À terme, les deux cousins aimeraient vendre des pots de miel estampillés «ferme de Saint-Jean».

Commercialisation

En attendant, les produits de la ferme sont vendus sur place et surtout le samedi matin, sur le marché de Beauvais. Le premier dimanche de chaque mois, les deux cousins sont présents au marché bio de Beauvais. «Comme nous sommes un peu excentrés, vendre sur le marché est une réelle opportunité et contribue à développer nos ventes. Et, depuis peu, nous vendons à une Amap sur Sainte-Geneviève qui nous prend une cinquantaine de paniers par semaine. Cela nous permet d’ajuster au mieux nos semis en fonction des commandes, de nous donner une lisibilité à l’année et cela nous assure une trésorerie puisque les paniers sont payés deux mois à l’avance», concède le maraîcher. Une Amap en cours de création dans le secteur pourrait venir compléter la clientèle, tout comme des voisins qui viennent aussi chercher des paniers tout faits. «Les paniers de saison permettent d’éviter des pertes, de faire des mélanges et nous y ajoutons toujours des plantes aromatiques différentes chaque semaine.»

Malgré une dotation jeune agriculteur de 24.000 € et une aide régionale de 9.000 €, les deux maraîchers devraient commencer seulement cette année à tirer un revenu de leur exploitation.

«Nabil et moi, on a la quarantaine et on a mis toutes nos économies dans ce projet que nous construisons étape par étape. C’est grâce au bouche-à-oreille qu’on s’est fait connaître et, avec le marché et les Amap, on développe notre commercialisation. Et puis on aimerait s’engager sur un projet pédagogique ; on accueille déjà les écoles du secteur qui viennent découvrir le potager», détaille Radouane. Assurément, Nabil et lui n’ont pas mis que leurs économies dans la ferme de Saint-Jean, ils y ont mis tout leur cœur.

La ferme de Saint-Jean

Contacts :

Radouane Azarkane : 06 75 43 66 08

Nabil Azarkane : 06 15 34 28 22

https://www.facebook.com/ferme.saintjean

Tous les samedis matin au marché de Beauvais.

Marché bio de Beauvais le premier dimanche de chaque mois.

Sur place, téléphoner au préalable.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui