L'Oise Agricole 07 mai 2020 à 11h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé, D.

Agriculture : le confinement se desserre un peu dans l’Oise

Alors que la France est dans l’attente de la carte des départements rouges ou verts, dans l’Oise, les partenaires de l’agriculture ont d’ores et déjà tracé les toutes premières lignes d’un déconfinement qui ressemble plus à un desserrage du confinement qu’à une reprise franche des habitudes passées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Toutes les organisations agricoles se sont préparées au déconfinement.
Toutes les organisations agricoles se sont préparées au déconfinement. - © D.

D’ailleurs, vu la cacophonie et le débat qui agite les Français quant à la reprise de l’école, il semble bien qu’il faille se résoudre à faire son deuil «de la vie d’avant». Car il y aura bien un avant et un après. La crise aura modifié les habitudes de travail et le monde agricole s’est particulièrement bien adapté à ce mode de fonctionnement qui perd sans doute en proximité, mais pas en efficacité. D’ailleurs, les premières mesures prises par l’ensemble des organisations agricoles de l’Oise consistent en l’essentiel dans le maintien du télétravail et dans la limitation des rendez-vous présentiels.

Maison de l’agriculture : le 11 mai !

La mise en œuvre du confinement depuis le 16 mars a entraîné la fermeture de l’accueil de la maison de l’agriculture et de ses antennes. Le contexte sanitaire ne permettait pas de faire autrement, même si la majorité des salariés a continué à s’impliquer en télétravail. Il a fallu faire à distance… chacun a compris aujourd’hui l’importance de la formule «à distance» ! Les collaborateurs sont toutefois restés joignables et au service des agriculteurs. «Le déconfinement, c’est-à-dire la sortie d’un état de confinement où les mouvements sont restreints et le retour à une possible circulation des personnes, va s’opérer à la maison de l’agriculture de Beauvais», annonce Fabrice Riquier, directeur de la Chambre d’agriculture de l’Oise.

Dès ce lundi 11 mai, les agriculteurs vont pouvoir être accueillis de nouveau, avec certaines règles. Chacun sera le bienvenu, il faudra malgré tout avoir pris un rendez-vous, même pour le dépôt de documents, et venir masqué !

Les précautions seront appliquées sur place, chacun ayant une responsabilité dans la non circulation du virus et dans la protection sanitaire des personnes.

Les salariés des services seront présents à tour de rôle (le télétravail est maintenu pour partie) et en fonction des nécessités. Ils resteront toujours joignables par téléphone ou par courriel.

Formations et rendez-vous individuels vont reprendre, en appliquant rigoureusement les moyens et les gestes barrières recommandés. Le port du masque sera notamment obligatoire pour les salariés et les visiteurs, du gel hydro-alcoolique sera accessible à tous et un sens de circulation dans les locaux sera établi.

Les antennes de la Chambre d’agriculture de l’Oise dans les petites régions fonctionneront sur le même principe. Dans la même idée, la FDSEA 60 recevra également des rendez-vous sur Beauvais et Noyon. «Le port du masque est bien évidemment obligatoire. Il faut surtout contacter les conseillers syndicaux pour la prise de rendez-vous et éviter les déplacements. Nous privilégions bien sûr les contacts par visioconférence», déclare Linda Monnier, directrice de la FDSEA 60.

Banques, MSA et assurance

En ce qui concerne le Crédit agricole Brie-Picardie, les agences sont toujours restées ouvertes, l’Etat ayant identifié la banque comme un opérateur d’importance vitale. Bien entendu, les moyens de communication à distance, téléphone et email, restent privilégiés. L’application Ma Banque et le site commercial ca-briepicardie.com permettent de réaliser de nombreuses opérations depuis chez soi.

Néanmoins, l’accueil en agence peut se faire le matin, dans le respect des gestes barrières qui assurent la protection de tous. Le mieux est de se rapprocher en amont de son conseiller ou de son agence pour voir s’il est nécessaire de se déplacer et quel moment est le plus adapté pour être accueilli au mieux.

Pour Groupama Paris-Val-de-Loire, la prudence est de mise avec la réouverture de quelques agences avec des règles très strictes pour assurer la sécurité de tous. «À partir du 11 mai jusqu’à la fin du mois, nous resterons très vigilants. On va surtout à continuer le télétravail qui fonctionne très bien. Nos commerciaux et gestionnaires arrivent à réaliser un travail remarquable et de qualité. Quelques agences de l’Oise vont rouvrir avec une ou deux personnes maximum. Les petites agences resteront bien évidemment fermées», affirme Denis Pype, vice-président de Groupama Paris-Val-de-Loire. Même si quelques agences ouvriront leurs portes, cela sera uniquement pour les rendez-vous. «Soit nos commerciaux se déplacent au sein de l’exploitation ou entreprise, ou bien la personne fixe un rendez-vous en agence. Il faut savoir que le port du masque et l’application du gel hydroalcoolique sont obligatoires et du plastique acrylique est installé pour séparer les interlocuteurs. La personne peut toujours et quoiqu’il arrive, contacter nos commerciaux et nos professionnels via le téléphone et notre plateforme internet. Nous essayons aussi de faire en sorte d’appeler nos sociétaires pour prendre des nouvelles» poursuit-il. Selon l’évolution début juin, d’autres agences auront la chance d’ouvrir leurs portes. Cependant, Denis Pype préfère y aller modérément pour la sécurité de tous.

La MSA de Picardie, de son côté, suit la même trajectoire. La réouverture des agences se fera par étape. En effet, au-delà du respect des gestes barrières, la MSA de Picardie travaille actuellement à une réouverture des accueils offrant toutes les garanties possibles en termes sanitaires, tant pour le public que le personnel.

Aujourd’hui, plus de 80 % de l’effectif MSA Picardie est en télétravail. Seules les missions non réalisables à distance comme l’ouverture et le tri des courriers ou la réponse téléphonique sont réalisées sur site. La priorité continue d’être donnée aux échanges à distance afin de protéger le personnel MSA et la population en évitant les déplacements.

Pour solliciter un rendez-vous, deux options : utiliser le service en ligne «Demander un rendez-vous» disponible depuis votre espace privé en ligne sur picardie.msa.fr ou appeler le 03 22 80 60 02 entre 9 h et 12 h 30.

Silos

Valfrance reste opérationnelle malgré la crise sanitaire. Un plan de continuité de l’activité a été mis en place. «Nous allons équiper l’ensemble de nos collaborateurs avec masques, visières, gel… Nous avons également mis en place l’anticipation des commandes pour les produits phytos et engrais. Le sociétaire doit appeler le silo 24 h avant pour mettre la commande en préparation et ainsi éviter l’afflux. De plus, nous privilégions surtout la dématérialisation avec nos sociétaires. Nous devons faire attention à cette crise sanitaire et nous évaluons tous les risques possibles pour agir dans les meilleures conditions pour la sécurité et le respect de tous», explique Adeline Levy, chargée de communication à Valfrance.

La coopérative Agora, pour garder une sécurité absolue, joue sur la distanciation. «La coopérative a eu la chance de continuer son activité. On a bien évidemment mis en place le télétravail et les mesures hygiéniques adéquates» affirme Amandine Bannery, responsable marketing et communication d’Agora. Mais la prise de conscience de la coopérative est bien réelle et elle compte bien faire face au Covid-49. «Nous avons créer une cellule de veille avec 8 membres pour connaître les remontées de terrain, suivre l’actualité, mais aussi prévoir les mesures nécessaires. Nous avons démocratisé la vidéo pour le conseil technique. Nos collaborateurs connaissent les parcellaires et ils peuvent intervenir via des visios ou bien par téléphone. L’enjeu majeur maintenant est de continuer l’activité en se protégeant encore plus ! Qui dit circulation des hommes, dit circulation du virus. Agora est connu et reconnu pour la maîtrise de ses charges avec un personnel adapté et non en sureffectif. Et vu que la moisson 2020 s’annonce précoce, nous devons être préparés ! Cela veut dire avoir 100 % du personnel opérationnel et en très bonne santé. Il s’agit aussi de resserrer les mesures sanitaires pour la productivité de l’entreprise et la sécurité des employés. Mais aussi rappeler les bons gestes pour tout le monde. De plus, toutes les semaines, nous appelons les chefs de silos pour mettre en place les différents dispositifs et configurations pour être mesure de collecter dans les meilleures conditions possibles. Nous voulons que cette moisson et la vie quotidienne des agriculteurs et des employés soient les plus sécuritaire possibles.»

À la DDT

Les mesures nationales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire perturbent la campagne télédéclaration Pac 2020. TéléPac est ouvert depuis le 1er avril 2020 avec un report exceptionnel de la fin des déclarations au 15 juin. Pour assurer le meilleur déroulement possible de la campagne, le ministère de l’Agriculture invite cependant tous les exploitants qui le peuvent à ne pas différer leur déclaration au delà du 15 mai. Les réunions de présentation de la campagne traditionnellement organisées en avril (Chambre d’agriculture, organisations professionnelles agricoles et DDT) ont été remplacées par une présentation vidéo disponible sur le site des services de l’État : http://www.oise.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture/Les-teleprocedures/TelePAC-2020

Les équipes de la DDT sont mobilisées pour accompagner les agriculteurs au mieux. Elles sont joignables de préférence par courriel à l’adresse ddt-telepac@oise.gouv.fr. Tous les messages sont pris en charge et traités au plus vite. En cas de besoin, l’agent en charge du dossier rappelle, il convient donc de bien spécifier coordonnées, disponibilités et l’objet de la demande.

La DDT est joignable au 03 60 36 52 15. Cependant, compte-tenu du contexte de la crise sanitaire, tous les appels ne peuvent être pris en charge simultanément. Il faut réitérer.

L’accueil du public à la DDT est actuellement fermé jusqu’à nouvel ordre. S’il reprenait, le nombre d’exploitants accueillis serait très réduit et réservé exclusivement à des cas particulièrement problématiques et clairement identifiés au préalable.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,