L'Oise Agricole 27 mars 2020 à 15h00 | Par A. J.

Comment rendre la filière laitière attractive ?

Le renouvellement des générations en agriculture, sempiternel casse-tête que tente de résoudre la filière laitière, qui fait face à de fortes difficultés de recrutement, tant dans la production que pour la transformation et même la distribution. Remplacement, innovation et communication positive sont autant de solutions pour attirer de nouvelles recrues.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est bien la filière dans son ensemble qui peine à recruter. Au total ce sont près de 15 % des annonces en CDI ne sont pas pourvues dans la filière laitière.
C’est bien la filière dans son ensemble qui peine à recruter. Au total ce sont près de 15 % des annonces en CDI ne sont pas pourvues dans la filière laitière. - © Franck Mechekour

«Il y a plein de petits enfants qui ont envie de faire ce métier d’éleveur laitier. Comment faire pour qu’ils gardent l’envie d’avoir envie ?», résume Daniel Perrin, fraîchement élu secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) lors du congrès du syndicat qui s’est tenu à Cherbourg les 11 et 12 mars. Le renouvellement des générations en agriculture, et particulièrement en élevage laitier où les contraintes horaires sont plus fortes qu’ailleurs, est un challenge que doit rapidement relever la filière laitière. Et il n’y a pas que le maillon production qui manque d’attractivité. C’est bien la filière dans son ensemble qui peine à recruter. Au total ce sont près de 15 % des annonces en CDI ne sont pas pourvues dans la filière laitière. «Il y a un quasi-rejet des métiers des secteurs agricole et de l’industrie alimentaire», explique Fabienne Gomant, directrice adjointe du département opinion de l’Ifop, lors d’une présentation au Salon de l’agriculture d’une étude commandée par l’interprofession laitière sur la perception des métiers du lait par les jeunes de quinze à vingt-cinq ans. Malgré ce constat implacable, des pistes de réflexions s’ouvrent. «Ce qui rend attractif la filière laitière, c’est de faire perdurer un savoir-faire, l’utilité sociale du métier qui fait sens», explique-t-elle. Le niveau d’autonomie pour l’élevage est également un critère qui apparaît «comme atout à valoriser auprès des jeunes générations».

Innovation, remplacement, communication

Alors, pour attirer plus de jeunes dans les métiers du lait, quelques pistes émergent. La première mise en avant lors du congrès de la FNPL sont les nouvelles technologies. «Il est évident que les nouvelles technologies contribuent à l’attractivité des nouvelles générations», s’enthousiasme Benoit Rubin, chef service économie de l’exploitation à l’Idèle. Si le robot de traite vient spontanément en tête, de très nombreuses technologies et start-up se développent pour aider l’éleveur au quotidien.

Par exemple, afin de contrer les troubles musculosquelettiques, la MSA de Normandie a mis en place un projet d’exosquelette. Après seulement un mois, l’expérimentation a malheureusement été abandonnée du fait d’inconvénients trop forts en termes de sécurité, de mobilité et de flexibilité dans les tâches à réaliser. Mais elle démontre l’effervescence dans la filière pour apporter une meilleure qualité de vie au travail. Les vacances, ou plutôt leur absence, pesent également sur l’attractivité de l’élevage laitier. Là encore, des initiatives apparaissent. La coopérative fromagère Jeune Montagne a mis en place un service de remplacement où elle prend en charge 50 % des vingt premiers jours de remplacement. Le reste à charge pour l’éleveur est alors de 60 E par jour.

Communiquer autrement et plus positivement semble aussi nécessaire. «Il faut aussi dire quand cela va bien. Nos propres fils ne veulent pas reprendre nos fermes. Laissons place à ces discours enthousiastes de ces jeunes qui viennent s‘installer par passion, prêche Christiane Lambert, présidente de la FNSEA en clôture du congrès de la FNPL. Ne soyons pas que porteurs de mauvaises nouvelles.»

Le Cnaol appelle au maintien des AOP dans les linéaires

«L’appauvrissement alimentaire guette les rayons des grandes surfaces», alertait le Cnaol, la fédération des AOP laitières dans un communiqué du 23 mars. Elle note une «baisse très importante des commandes», une faible présence des AOP dans les catalogues drive des grandes surfaces et la réduction, voire la fermeture, des rayons coupe, alors que 38 % des fromages AOP y sont commercialisés. «Nous sommes effectivement confrontés à des décisions unilatérales de certains distributeurs qui stoppent brutalement les commandes, jugeant que les produits sous signe de qualité ne sont pas de première nécessité. C’est vraiment incroyable et scandaleux», juge Dominique Chambon, vice-président du Cnaol. En outre, la fédération «appelle à la responsabilité des distributeurs et de l’administration pour permettre une pluralité de l’offre et le maintien de la diversité des produits laitiers AOP dans les rayons». «Confinés et sans fromage de qualité, voilà un coup dur de plus pour le moral des Français», résume Michel Lacoste, président du Cnaol.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui