L'Oise Agricole 29 juin 2019 à 10h00 | Par Vincent Fermon

L’amélioration des pratiques se structure

La journée Innovations et performances du Groupe Carré le 21 juin a été l’occasion de revenir sur le rôle de l’association Eco-Phyt’ et la création de plusieurs GIEE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plateforme d’essai du groupe Carré.
Plateforme d’essai du groupe Carré. - © Vincent Fermon

Après un peu plus d’un an depuis sa création par le groupe de négoce Carré et quelques partenaires, l’association Eco-Phyt’ passe à la vitesse supérieure en annonçant la création prochaine de plusieurs GIEE (3), un groupe 30.000 ainsi que deux groupes émergents. La journée Innovations et performances organisée par le négociant à Gouy-sous-Bellonne, le 21 juin a été l’occasion de réaliser un point d’étape et de procéder au renouvellement de l’engagement des exploitations agricoles impliquées.

Lors de son lancement en tant que groupe GIEE émergent en juin 2018, Eco-Phyt’ intéressait huit exploitations. Aujourd’hui, 35 fermes y sont engagées, ainsi que onze partenaires et les filières blé, pommes de terre, betteraves, endives ou encore légumes. D’ici fin 2019, elle pourrait en rassembler une cinquantaine à travers les Hauts-de-France, «voire peut être plus», selon Ghislain Leprince, son animateur.

De l’expérimentation et des partenariats

Le GIEE, c’est cet outil qui permet la reconnaissance officielle par l’État d’un engagement collectif d’agriculteurs dans la modification ou la consolidation de leurs pratiques avec pour but d’améliorer leur performance économique, environnementale et sociale. L’engagement de ces agriculteurs est pluriannuel. Le groupe 30.000 est quant à lui la structuration d’un collectif d’agriculteurs pour mettre en place des systèmes et techniques économes en produits phytosanitaires. Enfin, le groupe émergent est un outil préparatoire à la reconnaissance en tant que GIEE ou groupe 30.000 d’un groupe d’au moins cinq agriculteurs. Pour le président de l’association Eco-Phyt’, Xavier Darras, le principal intérêt du GIEE, comme du groupe 30.000, «est de pouvoir faire de l’expérimentation, avec des partenaires, et de mettre en place des essais sur plusieurs années. Au cours de l’hiver prochain, nous allons pouvoir comparer les avancées de chacun des membres. Nous savons qu’il nous faut changer de modèle, rester performant, tout en répondant aux attentes de la société. Eco-Phyt’ et ses différents groupes vont permettre de partager des expériences».

Les principaux axes de recherche déjà engagés concernent la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires - traitement de l’eau, utilisation d’OAD, lutte alternative contre les ravageurs –, la fertilisation ou encore l’agrobiodiversité. Les 3 GIEE en projet s’étendront géographiquement sur l’Artois et le Douaisis, l’Amiénois et le Santerre, la Flandre française. Les deux groupes émergents compteront quant à eux parmi leurs membres partenaires les entreprises de négoce Claye et Vaesken.

Si le premier de ces groupes a vocation à être généraliste, le second devrait aborder des thématiques en lien avec l’élevage. L’adhésion à l’un ou l’autre des groupes s’effectue par le règlement d’une cotisation et le témoignage d’une certaine motivation à faire évoluer ses pratiques.

Viser la certification HVE 3

À terme, les initiateurs de la démarche Eco-Phyt’ espèrent orienter les exploitations adhérentes dans une démarche de certification HVE 3 ; une manière, selon M. Leprince, «d’éviter l’amalgame avec d’autres démarches de certification, dont des démarches privées, et de donner une visibilité aux efforts réalisés par les agriculteurs. Les labels et les certifications sont intéressants, mais il y en a tellement qu’on ne s’y retrouve pas forcément. Il y a en revanche une vraie demande au sein des filières pour la certification HVE 3 parce qu’elle bénéficie d’une reconnaissance internationale, et la valorise».

Au courant de l’automne 2019, une formation pourrait être proposée par l’association Eco-phyt’ afin de mieux connaître la certification HVE 3. D’autres exploitations agricoles que la ferme-pilote du groupe Carré ainsi que les plateformes d’essais des partenaires du projet sont également recherchés pour accueillir de nouvelles expérimentations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui