L'Oise Agricole 07 janvier 2021 � 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

La Ferme aux roses, aux petits soins des amateurs de jardins

C’est un lieu dédié aux plantes comme on n’en fait plus beaucoup. Loin des chaînes de jardinerie, ici, on veut que vous repartiez avec le végétal adapté à vos besoins et qui vous procurera de la joie pendant longtemps.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Martine Blanchais et sa fille Élise sont des passionnées de roses.
Martine Blanchais et sa fille Élise sont des passionnées de roses. - © Dominique Lapeyre-Cave

Martine Blanchais et sa fille Élise font vivre ce lieu composé de serres froides et de platebandes où elles bichonnent les rosiers, arbustes, arbres, plants de potagers, plantes aromatiques qui orneront les jardins de tous ceux qui viennent à la pépinière-roseraie de Couloisy. «C’est mon père qui a créé ce lieu en 1970 pour y produire des plantes de haies. À cette époque, c’est le développement de l’habitat horizontal, la France des pavillons individuels et, pour s’isoler du voisin, quoi de mieux qu’une haie végétale ?» témoigne Martine Blanchais. Dans ces années-là, des tuyas, des troènes et quelques arbres ornementaux, tout au plus un massif de rosiers rouges ornent les jardins de particuliers ainsi que des arbres fruitiers. «Je me suis installée avec mon père en 1980 et j’ai alors beaucoup entendu que pépiniériste, ce n’est pas un métier de femme.» Mais il en faut plus à Martine Blanchais pour se décourager et elle constate l’évolution de la demande. «La généralisation des photos couleur dans les beaux livres a modifié la perception du public : elle lui a donné l’envie de voyager et de jardiner ! Pas un pavillon surélevé sans ses rocailles et des roses de plus en plus variées. Car le jardinage s’est féminisé en même temps que la réduction du temps de travail s’est opérée», analyse la pépiniériste.

Passion roses

Pour des passionnées de roses comme Martine et Élise, installée avec sa mère depuis, cela ne pouvait mieux tomber. Elles proposent à la vente de nombreuses variétés de rosiers qu’elles font pousser en pots pendant 18 mois afin de vendre des plants qui fleuriront bien dès la première année : des couvre-sol, des arbustifs, des pleureurs, des tiges et de toutes les couleurs. À la belle saison, la pépinière est à couper le souffle. Des centaines de rosiers en fleurs, de toutes les couleurs, pour tous les goûts et tous les types de jardin. «Quand je reçois un client, je l’écoute : je veux savoir quel jardin il a, quelle orientation, quel type de sol, s’il passe beaucoup de temps ou s’il veut une plante sans soin ou presque. C’est comme cela qu’on est sûr que le client sera satisfait de son choix. La plante tiendra toutes ses promesses et répondra aux attentes», détaille Martine Blanchais.

Avec un salarié, les deux femmes développent leur production du 1 ha 38 : outres les rosiers, des arbres fruitiers, cerisiers, pruniers, pommiers, poiriers, kaki, parfois conduits en espaliers pendant 5 ans et des arbres ornementaux dont toute une partie réservée aux petits jardins.

Des animaux pour les petits

Et, pour que les amateurs puissent se faire une idée de la taille des arbres à l’âge adulte, elles ont acheté un terrain au dessus de leur pépinière, en bordure de bois (avec les dégâts de sangliers qui vont avec) et elles ont planté arbres, arbustes et rosiers. «C’est un showroom que nous louons aussi à la journée aux beaux jours pour des anniversaires, des fêtes au jardin, des mariages», renchérit Élise.

Les deux pépiniéristes ont aussi reçu un agrément Bienvenue à la ferme car elles ont installé dans leur pépinière une ferme de découverte. Poneys, chèvres naines, lapins, volailles reçoivent la visite de classes maternelles de la région parisienne qui viennent passer une journée à la campagne. «On leur apprend à faire des confitures, de la lessive avec des ingrédients naturels, on leur montre comment s’occuper des animaux et ils pique-niquent dans notre jardin d’agrément. On reçoit également des personnes âgées des maisons de retraite qui retrouvent ainsi le lien avec la nature», témoigne Élise.

Car le végétal est considéré par les deux femmes comme une thérapie, une reconnexion avec la nature, le rythme des saisons, le réapprentissage de la patience. Pas de produits phytos sur la pépinière, juste du travail et le respect du temps nécessaire à la croissance. Et aussi des conseils pour faire son potager avec des plants de légumes, des herbes aromatiques et médicinales.

La Ferme des roses trouve aussi sa clientèle localement (particuliers, jardinières pour des restaurants, rosiers pour le château de Compiègne) en participant aux fêtes des plantes et salons du jardinage des alentours. Devant une telle variété de plantes et d’aussi beaux rosiers, que l’on soit jardinier débutant ou confirmé, il faut aller à Couloisy où l’on est sûr de trouver l’accueil et le conseil nécessaires pour trouver la plante de ses rêves.

Un lieu chargé d’histoire

À seulement quelques kilomètres du front et des tranchées de la Première guerre mondiale, Couloisy porte encore les marques de cette histoire douloureuse. Sur la pépinière de Martine et Élise Blanchais, tient encore debout une baraque Adrian. Il s’agit d’un exemplaire de préfabriqués en bois, multi-usages, très utilisés durant la Première guerre mondiale comme casernements, bureaux, magasins, hangars, ateliers, salles d’opération, salles de réception... Les avantages étaient multiples : économique car la baraque coûtait le même prix qu’une tente de volume équivalent ; faciles à monter avec de la main-d’œuvre non qualifiée ; démontables, modulables et réutilisables. Les baraques étaient initialement sans gouttière et recouvertes de toile goudronnée ; pour un usage civil, des tôles ondulées et des gouttières seront ajoutées. Leur concepteur ? Louis-Auguste Adrian qui fut un ingénieur polytechnicien et un intendant militaire français connu pour avoir fait produire le casque Adrian qui équipera les armées françaises dans le courant de la Première Guerre mondiale et au début de la Seconde. On lui doit aussi le baraquement Adrian.

Mais la propriété des Blanchais ne garde pas ce seul souvenir de ces années terribles : «il y a quelques années, quand j’ai fait refaire la toiture d’un bâtiment agricole ancien, dans un grenier à foin, nous avons trouvé les traces du passage d’un soldat français : son livre de chevet et une lettre de sa mère, du Creusot, ainsi que les restes du colis qu’elle lui avait fait parvenir dont une boîte de sardines. C’était très émouvant», témoigne Martine Blanchais.

 

 

La ferme des roses

Pépinière Roseraie Blanchais

Agréée Bienvenue à la ferme en ferme de découverte

8 rue de la Récompense 60350 Couloisy

martine.blanchais@laposte.net

Ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h

Le samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h

Le dimanche de 10 h à 12 h

Téléphone : 06 79 01 41 08

Facebook La Ferme aux Roses/ Pépinière Roseraie Blanchais

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,