L'Oise Agricole 19 juillet 2020 à 10h00 | Par Simon Playoult

Missions réussies pour les équipes de l’Afdi

L’association Agriculteurs français et développement international (Afdi) Hauts-de-France continue de construire des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Zoom sur deux projets de solidarité au Togo et à Madagascar.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Desbuquois et Fabien Berthomé, président et chargé de mission à l’Afdi Hauts-de-France.
Luc Desbuquois et Fabien Berthomé, président et chargé de mission à l’Afdi Hauts-de-France. - © Afdi

Un certain nombre de valeurs unissent les 300 adhérents de l’Afdi Hauts-de-France. Parmi elles: apporter expériences, compétences économiques et techniques pour aider les agriculteurs de pays en développement, accompagner les organisations paysannes locales ou encore sensibiliser un public agricole et rural en région à l’agriculture mondiale et à la solidarité internationale. «Dans de nombreux pays, être agriculteur n’est pas reconnu, explique Luc Desbuquois, président de l’Afdi Hauts-de-France. Le métier n’est pas valorisé et est parfois en perte de vitesse. C’est pour faire vivre l’agriculture et la pérenniser que nous agissons.» Créée en 1982 dans le Nord-Pas de Calais, puis régionalisé en 2016, l’Afdi aide donc à la mise en oeuvre de projets structurants dans cinq pays : Tchad, Guinée, Cambodge, Madagascar et Togo. Découverte de deux de ces actions qui portent sur la culture du cacao et l’élevage de volailles.

Des poulaillers construits au Togo

Au Togo, en Afrique de l’Ouest, l’Afdi est partenaire de l’Union régionale des organisations de producteurs de céréales - maritime (UROPC-M), une organisation agricole à vocation coopérative. Créée en 2008, elle est composée de 13 unions cantonales, représentant 730 membres, et a pour but de professionnaliser les filières céréales sur le littoral de ce pays. «En 2018, nous avons lancé une opération de financement participatif pour soutenir la création d’une filière volaille, indique Fabien Berthomé, chargé de mission à l’Afdi Hauts-de-France. Nous avons récolté 6 900 euros, c’était au-delà de nos objectifs. Grâce à cela, 37 producteurs (trices) de volailles viennent de s’installer, bénéficiant d’un crédit à taux zéro pour la construction de poulaillers et la constitution du cheptel de base.» D’après l’Afdi, les bénéficiaires sont «très satisfaits» de ce projet et «optimistes» sur les retombées positives que cela aura à court terme. En parallèle, des paysans ont été formés à la production de semences de maïs. «Les actions vont se poursuivre en 2020 avec toujours plus de producteurs, assure Fabien Berthomé. Nous espérons arriver à 50 éleveurs à la fin de l’année.»

Les producteurs Malgaches prennent leur envol

En 2004, à Madagascar, à l’est de l’Afrique, de simples associations d’agriculteurs se sont rassemblées en coopératives agricoles, avec une volonté commune de commercialiser leur cacao. L’Union des coopératives Lazan’ny-Sambirano (UCLS) a ainsi vu le jour. Elle collecte les produits de ses membres et permet ainsi aux petits agriculteurs d’accéder aux marchés de gros volumes et à l’exportation. «Aujourd’hui, l’UCLS, qui compte 466 membres, vise l’autonomie tant technique que financière, se réjouit Fabien Berthomé. Notre collaboration prendra fin à l’issue de l’année car l’organisation marche très bien. Elle exporte désormais 200 tonnes de cacao par an.» L’occasion pour l’Afdi Hauts-de-France de se concentrer sur d’autres actions comme le renouvellement des générations d’agriculteurs en Guinée ou la promotion de la filière karité et l’alphabétisation au Tchad.

Des échanges gelés par le Covid-19

Depuis la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les membres de l’Afdi Hauts-de-France ont stoppé leurs échanges et voyages. «Nous continuons à suivre de près les différents projets grâce aux outils numériques, lance Luc Desbuquois. Nous sommes inquiets de l’évolution du virus en Afrique étant donné le manque de services de santé sur place.» Des agriculteurs togolais devaient venir dans les Hauts-de-France à la fin de l’année, pour un séjour de visites ponctuées d’interventions en milieu scolaire. Une initiative qui reste pour l’heure en suspens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui