L'Oise Agricole 09 juillet 2020 à 09h00 | Par AG

Pac : des sujets ouverts avant la dernière ligne droite

L’Allemagne, qui a pris la présidence semestrielle du Conseil de l’UE, souhaite boucler les pourparlers entre États membres sur la future Pac dès le mois d’octobre. Mais l’issue des débats n’est pas encore trouvée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, a insisté sur l’importance du maintien de la politique de développement rural «en haut de l’agenda politique».
Le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, a insisté sur l’importance du maintien de la politique de développement rural «en haut de l’agenda politique». - © Pixabay

Les ministres de l’Agriculture de l’UE, réunis par visioconférence le 29 juin pour la dernière fois sous présidence croate, ont globalement salué les avancées enregistrées dans les discussions sur la future Pac au cours des six derniers mois. Et ce malgré des circonstances difficiles, entre l’absence de cadre financier pluriannuel et la pandémie de coronavirus.

Mais leur échange de vues a montré que les discussions restaient encore très ouvertes sur les deux principales nouveautés de cette réforme de la Pac : le nouveau modèle de mise en oeuvre (donnant plus de subsidiarité aux États membres) et l’architecture verte (qui doit renforcer l’ambition environnementale et climatique de la réglementation). Durant la présidence croate, les discussions sur cette réforme ont principalement porté sur le règlement sur les plans stratégiques et en particulier le nouveau modèle de mise en oeuvre, le système d’indicateurs de performance, les interventions sectorielles ainsi que l’architecture verte. L’Allemagne, qui a pris la présidence du Conseil agricole de l’UE le 1er juillet, espère conclure les négociations avant la fin de l’année.

La plupart des ministres ont confirmé qu’un travail politique, mais aussi technique, restait à mener avant qu’un juste équilibre puisse être trouvé entre la simplification de la réglementation et des objectifs environnementaux ambitieux. Le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski a exprimé son inquiétude quant à la volonté des États membres de réduire le nombre d’indicateurs de suivi des résultats de la Pac. Il a également rappelé qu’il était en faveur de la fixation d’un pourcentage de l’enveloppe de chaque État membre au titre du premier pilier à consacrer aux nouveaux éco-régimes, afin d’assurer un niveau commun d’exigence en la matière. Il a également insisté sur l’importance du maintien de la politique de développement rural «en haut de l’agenda politique». Il lancera au second semestre une vaste consultation publique sur cette question.

Outils de gestion des crises

Les ministres français, Didier Guillaume, espagnol, Luis Planas, et belge, Denis Ducarme, ont par ailleurs mis en avant le rôle des outils de gestions des marchés de l’OCM unique pour faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus. «La crise du Covid-19 a montré que ces outils de gestion des marchés devaient être renforcés», a souligné Luis Planas. Notamment pour les rendre plus réactifs. Didier Guillaume a également appelé la Commission européenne à lancer d’urgence un fonds de compensation pour la filière vitivinicole frappée par la crise du Covid-19 et les droits de douane supplémentaire imposés par les États-Unis dans le cadre du différend concernant Airbus.

Enfin, les ministres se sont, une nouvelle fois, opposés sur la question des aides couplées entre d’un côté la Finlande, la Bulgarie, la Roumanie, ou le Portugal, qui ont défendu ce dispositif, et de l’autre les Pays-Bas ou le Danemark qui souhaitent le voir réduit à son strict minimum. Dans sa proposition la Commission européenne prévoit que ces aides soient limitées à 13 % de l’enveloppe du premier pilier (plus 2 % supplémentaires pour les légumineuses) comme dans la réglementation actuelle.

Accord dès octobre ?

L’Allemagne a l’intention de parvenir à une position commune des États membres sur la réforme de la Pac dès le mois d’octobre, a indiqué la ministre allemande, Julia Klöckner. Elle estime que la nouvelle architecture verte de la Pac doit être discutée en parallèle de la stratégie «de la ferme à la table». Ce point fera l’objet d’un échange de vues lors du Conseil agricole du 20 juillet à Bruxelles. Mais, a prévenu Julia Klöckner, «il faut que les agriculteurs soient pleinement intégrés dans ces décisions qui ne doivent pas se faire contre eux. Il sera donc nécessaire d’évaluer l’impact social et économique de nos décisions pour vérifier qu’elles sont applicables sur le terrain.»

Si une approche générale du Conseil est obtenue en octobre, la présidence allemande compte dans la foulée entamer des discussions avec le Parlement européen et la Commission pour finaliser les négociations sur la Pac avant la fin de l’année. Mais il faudra avant cela que les dirigeants européens se mettent d’accord sur le cadre financier pluriannuel 2021-2027 de l’UE lors de leur sommet programmé mi-juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui