L'Oise Agricole 05 novembre 2020 � 09h00 | Par Virginie Charpenet

Quelles perspectives pour l’agriculture régionale ?

Le volet agricole du plan de relance présenté par le gouvernement en septembre se met en place au niveau régional. Différents niveaux d’aides sont envisagés.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Christian Durlin, président de la commission économique de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France.
Christian Durlin, président de la commission économique de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France. - © Agence de presse

La déclinaison régionale du plan de relance présenté par le gouvernement en septembre se met en place. Point de situation pour son volet agricole avec Christian Durlin, président de la commission économique de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France.

Comment s’organise le volet agricole du plan de relance en région ?

C’est la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf), en lien avec la préfecture de région, qui est l’interlocutrice sur ce dossier. Le travail se fait aussi en partenariat avec le Conseil régional afin d’articuler les différents dispositifs d’aide existants et à venir. Actuellement, nous sommes dans une phase de recensement des projets potentiels qui pourraient avoir besoin de soutien. Les projets doivent être déjà assez avancés dans leur élaboration pour être retenus car les délais prévus par le gouvernement sont courts : les fonds mobilisés doivent être engagés dans les deux ans et dépensés dans les quatre ans.

Comment vont s’articuler les aides ?

Il y aura deux niveaux de cadrage des aides : celles directement gérées au niveau national, comme l’accompagnement de FranceAgriMer à la modernisation des équipements de pulvérisation, et les aides distribuées au niveau régional.

Quels types de projets sont susceptibles d’être retenus ?

Ils peuvent porter sur des investissements de modernisation dans les exploitations - sur ce point, il n’est pas exclu qu’une enveloppe du plan de relance abonde le plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE) porté par la Région, sur le montage de nouvelles filières, sur la production de protéines, sur le développement d’outils de transformation... C’est assez large.

Comment seront-ils sélectionnés ?

Nous avons intérêt à être réactifs pour faire remonter les projets car les premiers arrivés seront sans doute les premiers servis. Nous n’avons pas la prétention d’être exhaustifs, mais l’objectif de la Chambre d’agriculture est de communiquer sur le plan de relance et de recenser le maximum de projets d’ici la fin de l’année. Les critères précis et le cahier des charges devraient être connus prochainement.

Ce programme de relance intervient dans un contexte toujours compliqué...

Malgré les difficultés, nous devons préparer l’après-Covid, même si la crise n’est pas finie. La volonté de la Chambre d’agriculture est d’accompagner toutes types de projets, notamment ceux portés de manière collective, mais également ceux portés par les collectivités.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,