L'Oise Agricole 23 décembre 2019 à 14h00 | Par Agence de presse

Un round décisif commence

Les négociations commerciales qui commencent vont être décisives. Les ministres ont donc souhaité réunir les parties prenantes pour une mise au point afin qu’elles se déroulent au mieux. Spectateurs, les agriculteurs entendent bien maintenir la pression.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture
Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture - © Gutner/SIPA

Tel un arbitre avant le début d’un match, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume et la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, Agnès Pannier-Runacher, ont réuni le 10 décembre, producteurs, industriels et distributeurs dans le cadre du comité de suivi des négociations commerciales. Pour ce nouveau round de négociations, c’est la première fois que l’ensemble des dispositions de la loi Egalim sont effectivement applicables. Et les ministres le savent, un bilan de la loi Egalim sera tiré dès le coup de sifflet final, le 1er mars 2020. Aussi, les ministres ont souhaité «faire un point». Rassurant les producteurs, ils insistent sur le besoin de «prise en compte des indicateurs de coûts de production et de prix de marché lors de la contractualisation». Concédant aux distributeurs que des progrès avaient été observés lors des dernières négociations, le gouvernement maintient malgré toute la pression.

Les agriculteurs maintiennent la pression

À la veille de la réunion, FNSEA et JA ont souhaité adresser un courrier à l’ensemble des acteurs économiques de leur territoire. Son objet : «pour une réelle application de l’ensemble des dispositifs de la loi EGA». «Nous ne resterons pas passifs à écouter les uns et les autres tenir des discours non suivis d’effets et s’accuser mutuellement lors des réunions du comité de suivi des relations commerciales», affirme le courrier. S’il est vrai qu’habituellement, la FCD (distributeurs) et l’Ania (industries agroalimentaires) campent sur des positions diamétralement opposées et irréconciliables, cette année, il n’en est rien. Pour l’heure, la communication des deux fédérations parait plus discrète que l’an passé. Mais difficile d’y voir déjà un apaisement, les négociations ont à peine commencé.

Contournement des promotions

Pour le moment, c’est l’encadrement des promotions qui est sur toutes les lèvres. Lors du comité de suivi, Agnès Pannier-Runacher a annoncé que les services de la DGCCRF avaient releve 13 % d’anomalies lors des 4500 contrôles réalisés par ses services sur ce sujet spécifique. Mis en place par la loi Egalim, l’encadrement des promotions limite ces dernières à 34 % en valeur et à 25 % en volume. Pour autant, de nombreuses promotions en magasin ont questionné les observateurs. Aussi, la secrétaire d’État a rappelé «la grande vigilance de services de contrôle par rapport aux stratégies de contournement de l’encadrement des promotions mises en oeuvre par certains acteurs». Avec le ministre de l’Agriculture, elle assure que «sans regarder les sanctions comme des fins en soi, le gouvernement n’hésitera pas à agir si les nouvelles règles du jeu ne sont pas respectées». «La DGCCRF et ses enquêteurs maintiendront une pression élevée de contrôle tout au long des négociations», insistent-ils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui