L'Oise Agricole 19 septembre 2019 à 09h00 | Par Agence de presse

Une campagne record à l'exportation

Les exportations françaises de pommes de terre de conservation ont battu des records lors de la dernière campagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Compte tenu de son niveau de récolte en 2018, la France a pu répondre aux attentes d’un certain nombre de marchés export.
Compte tenu de son niveau de récolte en 2018, la France a pu répondre aux attentes d’un certain nombre de marchés export. - © Agence de presse

Favorisées par la faiblesse des récoltes dans l'Union européenne, les exportations françaises de pommes de terre de conservation ont atteint des niveaux records : + 10 % en volume sur la moyenne 3 ans et + 76 % en valeur sur un an. Les opérateurs français ont expédié pour 593 millions d'euros de pommes de terre «soit un niveau jamais atteint» constate le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT).

En volume, les exportations s'élèvent à 1,880 million de tonnes, quasiment stable par rapport à la campagne précédente (1,916 millions de tonnes, - 1 %), mais en croissance de + 10 % par rapport à la moyenne des trois précédentes campagnes.

La France, premier exportateur mondial

«La France, bénéficiant d'une baisse de récolte moindre par rapport à ses voisins européens, a été en capacité de satisfaire aux besoins supplémentaires des acheteurs» poursuit le CNIPT. Les exportations ont démarré à un rythme soutenu dès le mois de septembre 2018 tirées par la forte demande de l'industrie belge. La France reste ainsi le premier exportateur mondial de pommes de terre fraiches, devant l'Allemagne (1,6 million de tonnes) et la Belgique (632 000 tonnes). 98 % des exportations, en volume, sont destinées au marché européen avec la Belgique comme premier client. En effet, «les exportations françaises vers la Belgique s'élèvent à 1,3 million de tonnes (chiffre prévisionnel arrêté à fin mai, d'après les Douanes belges) sur la campagne 2018-19 contre 1 million de tonnes la campagne précédente, soit une croissance de + 24 %», relève l'interprofession.

L'Espagne, premier client de la France

En dehors de ce marché spécifique destiné à la transformation, l'Espagne demeure la première destination de la France pour les pommes de terre destinées au marché du frais (540 000 tonnes) en repli toute fois (- 11,3 %) par rapport à la campagne précédente. Viennent ensuite l'Italie (287 000 tonnes), le Portugal (143 000 tonnes), et l'Allemagne (120 000 tonnes). Le flux vers le Royaume-Uni est en repli constant depuis de nombreuses années (59 000 tonnes en 2015, 34 000 tonnes en 2018, 28 000 tonnes en 2019), ce qui pourrait atténuer les conséquences du Brexit pour la filière française. Une contre-performance du courant d'affaires est constatée vers les pays de la Péninsule arabique où les exportations (14 000 tonnes) atteignent leur plus bas niveau sur les cinq dernières campagnes. Les importations sont elles aussi en forte hausse (+ 71 %), mais sont à relativiser toutefois par rapport aux volumes concernés (97 500 tonnes).

Les opérateurs doivent désormais se concentrer sur la campagne d'export qui vient de démarrer, dans un contexte de hausse de la production européenne. Cette campagne est aussi la dernière où l'utilisation de l'anti germinatif CIPC sera autorisé. Elle devrait aussi être marquée par le Brexit. La donne va rapidement changer pour la filière pommes de terre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui