L'Oise Agricole 09 avril 2020 à 11h00 | Par JCD

Une première estimation record sur le plan mondial en 2020-21

Le Conseil international des céréales (CIC) a livré le 26 mars une première estimation de la récolte mondiale, au niveau record de 2 223 Mt de grains en 2020-21. Malgré le coronavirus, les intentions de semis seront respectées, d’après lui.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021.
Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021. - © Alix Penichou

«La production totale de grains devrait atteindre un nouveau sommet de 2 223 Mt, soit environ 2 % de plus en glissement annuel», selon un rapport. Elle est affichée en hausse à la fois pour le blé à 768 Mt (contre 763 Mt en 2019-2020), le maïs à 1157 Mt (contre 1 116 Mt), le soja à 366 Mt (contre 341 Mt).

«A ce niveau, l’offre globale constituerait un nouveau pic mais, avec une croissance supposée de la consommation, une nouvelle baisse modeste des stocks de clôture est prévue. Encore une fois, cela est principalement lié à une baisse des stocks de maïs en Chine, qui compense largement l’accumulation de cette céréale aux États-Unis.» Les stocks de blé sont prévus à un niveau record de 283 Mt fin 2020-2021 (contre 275 Mt), sous l’impulsion de la Chine et de l’Inde. Une croissance de 2 % est envisagée pour le commerce mondial de grains, à 385 Mt (contre 379 Mt), les flux internationaux en maïs, blé et sorgho s’accélérant, d’après le rapport.

L’impact de la pandémie reste difficile à évaluer

Le CIC insiste sur le caractère provisoire de ses prévisions sur l’offre et la demande «jusqu’à ce que la propagation et la durée de la pandémie deviennent plus claires». Alors que certains produits de base ont connu une forte hausse de la demande immédiate, particulièrement ceux à base de riz et de blé, «l’affaiblissement de la situation économique pourrait freiner l’utilisation à plus long terme, notamment des produits industriels tels que l’éthanol de maïs et l’amidon».

Bien que les achats à l’importation de certaines commodités se soient accélérés ces dernières semaines, des difficultés logistiques sont signalées à mesure que les contraintes de mouvement et les me- sures de quarantaine se généralisent, poursuit le rapport. «Les restrictions de transport pourraient également entraver la distribution des intrants agricoles et perturber les travaux de printemps. Mais, à ce stade, le CIC juge que les intentions de semis seront respectées.»

Les semis de maïs revus en hausse aux États-Unis

Le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a, lui, surpris les observateurs en annonçant le 31 mars des intentions de semis pour le maïs à 96,99 millions d’acres (39,25 Mha) aux États-Unis, soit bien plus que les 94,33 M anticipés en moyenne par les analystes et que les 89,7 M de l’an passé. Aux yeux de la société Agritel, «il semble que les farmers américains ne décident plus tellement de leurs emblavements en fonction des prix [...] mais bien en fonction de leurs habitudes et de leur matériel». Le maïs est actuellement plombé par l’effondrement des cours du pétrole et dans son sillage de l’éthanol. Une évolution des prix «quelque peu compensée par un repli des coûts des intrants, engrais notamment», en plus des carburants, poursuit Agritel.

Côté soja, l’USDA a évalué que 83,51 M d’acres (33,79 Mha) seraient semés cette année aux États-Unis, ce qui est bien plus que l’an dernier (76,1 M d’acres) mais un peu moins que la moyenne des analystes (84,87 M). S’agissant du blé, l’USDA a anticipé les superficies à 44,66 M d’acres (18,07 Mha), contre 44,98 M attendus. Pour le seul blé de printemps, la superficie est évaluée à 12,6 M d’acre (5,1 Mha).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,