L'Oise Agricole 26 avril 2020 à 15h00 | Par Terres et territoires

Bientôt un label pour le miel régional

Les apiculteurs professionnels des Hauts-de-France viennent de valider le cahier des charges qui devrait déboucher sur une Indication Géographique Protégée pour le miel de tilleul de Picardie. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des adhérents de l’APPNP échangent avec des collègues lors d’un voyage d’études dans l’Est de la France, début mars. Au menu : techniques d’élevage, démonstrations de matériels...
Des adhérents de l’APPNP échangent avec des collègues lors d’un voyage d’études dans l’Est de la France, début mars. Au menu : techniques d’élevage, démonstrations de matériels... - © T&T

Ses arômes mentholés et sa texture au grain fin en font un des plus recherchés des amateurs. Le miel de tilleul de Picardie devrait bientôt faire l’objet d’une Indication géographique protégée (IGP).

Issue des forêts d’un vaste arc s’étendant du Pas-de-Calais à l’Aisne en passant par la Somme et l’Oise, cette production emblématique du Nord de la France doit son existence à la forte présence de tilleuls à petites feuilles (tilia cordata) et sa reconnaissance au travail de l’association des Apiculteurs professionnels en Pays du Nord-Picardie (APPNP). Celle-ci a fait de la valorisation de ce miel un de ses principaux chantiers depuis sa création en 2000.

Forte sélection pour miel d’exception

C’est le sens de la démarche de qualité initiée par l’association avec Terroirs de Picardie, devenue Terroirs Hauts-de-France : les apiculteurs souhaitant intégrer la démarche doivent se conformer à des pratiques communes, soumettre leurs crus à un comité de dégustation lors de séances à l’aveugle et leurs miels font l’objet d’analyses réalisées par le laboratoire du Cari (Université de Louvain-la-Neuve). Objectif : garantir les qualités organoleptiques de ce miel d’exception.

En 2018, les productions d’une quinzaine de producteurs bénéficiaient de l’agrément de Terroirs Hauts-de-France à l’issue de cette sélection. Un nombre évoluant chaque année en fonction de la qualité de la miellée, soumise comme toute production agricole aux aléas météo.

L’obtention d’un label européen de qualité représenterait une forme de reconnaissance pour la filière apicole professionnelle de la région. Un cahier des charges, qui s’appuie sur celui de la démarche régionale, a été adopté en février par l’APPNP, soutenue par le Groupement régional pour la qualité alimentaire, lequel vient tout juste de transmettre le dossier à l’Inao. Compte tenu des délais de l’instruction, l’IGP devrait naître d’ici deux à quatre ans.

Le miel de tilleul de Picardie.
Le miel de tilleul de Picardie. - © T&T

L’APPNP, premier réseau professionnel de l’apiculture régionale

La valorisation du miel de tilleul de Picardie, c’est un des chantiers historiques de l’association des Apiculteurs professionnels en Pays Nord-Picardie (APPNP). Mais ce n’est pas la seule de ses activités. Association de développement apicole (Ada), elle poursuit le même but depuis vingt ans : assurer le développement d’une filière professionnelle à l’échelle des Hauts-de-France.

Principal réseau professionnel apicole du nord de la France, l’APPNP propose à ses adhérents des temps d’échanges et de formation (techniques d’élevage, lutte contre le varroa, travail du miel, visites d’exploitations hors région…), soutient l’installation de jeunes, représente les professionnels auprès d’autres acteurs agricoles et dans les instances de la filière telles que le réseau Ada France, l’Itsap (Institut technique de l’abeille) ou InterApi (interprofession des produits de la ruche).

Lors de sa dernière assemblée générale, en janvier à Bergues (Nord), l’association s’est aussi dotée d’une gouvernance rajeunie et représentative de la diversité des exploitations apicoles régionales (miel, gelée royale, pollen, élevage de reines et d’essaims, en bio ou en conventionnel, en vente au détail ou en vrac, transhumante ou sédentaire…).

Prochain changement attendu : son nom. Fondée dès son origine sur le territoire des cinq départements de l’actuelle région, l’APPNP devrait devenir Ada Hauts-de-France prochainement.

Covid-19 : faites connaître vos difficultés

Le réseau Ada France, qui réunit les Associations de développement apicoles de l’Hexagone, réalise une enquête pour centraliser les difficultés rencontrées par les apiculteurs concernés par la pandémie liée au coronavirus, que ces difficultés soient liées à l’épidémie elle-même ou aux mesures de confinement mises en place par le gouvernement. La participation du plus grand nombre permettra de mesurer l’impact de la crise sur l’activité et d’aider les autorités à adapter leurs mesures. Vous êtes concerné ? N’hésitez donc pas à en faire part de façon régulière (toutes les 2 semaines par exemple). https://cutt.ly/fyw28et

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui