L'Oise Agricole 09 août 2019 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

Comparez et optimisez les rendements avec Agrico’Rendement

Depuis le 10 juillet dernier, la start-up Agriconomie propose un outil gratuit et collaboratif permettant aux agriculteurs d’analyser anonymement les rendements et de faire un bilan de leur moisson. Tout cela à l’aide d’une intelligence artificielle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agriconomie

Agriconomie est la première plateforme de vente en ligne entièrement dédiée aux approvisionnements agricoles. Son chiffre d’affaires 2018 est de 23 millions d’euros et le groupe projette d’atteindre les 40 millions cette année. Par ailleurs, près de 10 % des exploitants français achètent des produits sur Agriconomie et 50 % des agriculteurs utilisent la plateforme pour comparer les prix.

À noter qu’on peut également s’informer sur du contenu technique et échanger avec des experts sur Agriconomie, ce qui fait de la plateforme une vraie référence sur plusieurs catégories de produits agricoles. Fort de son succès, cette start-Up s’oriente vers la stratégie et le conseil grâce à l’analyse des données.

«Notre mission est d’aider les agriculteurs à mieux piloter leur entreprise et à améliorer leur pouvoir d’achat. Nous le faisons depuis 4 ans en leur proposant d’acheter en ligne les produits nécessaires à leur exploitation au meilleur prix. À présent, nous mettons l’intelligence collaborative à leur service en leur proposant le premier outil gratuit et anonyme capable de leur donner une analyse complète de leur moisson. Ils pourront identifier les variétés les plus performantes, les précédents les plus judicieux, la dose de N optimale… Avec ces éléments, nous permettons aux agriculteurs de faire des choix éclairés dans leur stratégie», explique Clément Le Fournis, l’un des trois fondateurs d’Agriconomie. Agrico-Rendement est donc un outil collaboratif qui a pour objectif de collecter et traiter des informations de terrain en masse et de les restituer de la manière la plus simple et claire possible aux utilisateurs.

«Plutôt que de se baser sur des résultats d’essais qualitatifs (biaisés par la date d’implantation, un itinéraire phyto et un plan de fumure forcément différents d’un agriculteur à l’autre), nous partons du principe que nous pouvons réaliser un travail similaire et avec moins de biais en utilisant des modèles statistiques (plus les contributions sont importantes, plus les effets de biais sont corrigés). Finalement, l’outil est le partenaire idéal pour l’agriculteur qui souhaite choisir les 2-3 variétés qui ont le plus de potentiel dans sa zone en fonction de ses techniques culturales et son assolement», souligne-t-il. C’est un outil d’aide à la décision basé sur la communauté dont le mantra est : «Je dois participer pour profiter des résultats». L’accès se fait depuis un ordinateur et n’est pas réglementé. La seule contrainte est d’avoir un compte sur Agriconomie pour que l’utilisateur d’Agrico’Rendement puisse retrouver ses informations et ses résultats depuis son espace personnel.

Récolter de la data, prévoir les récoltes
Les rendements sont comparés avec des agriculteurs limitrophes et ayant des caractéristiques de sol similaires car le potentiel sera très différent entre un sol de limon et un sol de craie. «Notre objectif est de donner une analyse qui prend en compte tous les facteurs sur lesquels l’agriculteur ne peut influer (géologie, météo, texture de sol...). L’outil est utilisable toute l’année à chaque fois que l’agriculteur aura besoin d’aide pour prendre des décisions structurantes. Par exemple, si je souhaite acheter mon orge de printemps au mois de janvier, je pourrais me connecter sur l’outil pour voir quels ont été les résultats variétaux dans mon secteur sur la dernière moisson. On peut prendre le même exemple avec les pois de printemps, le maïs et ainsi de suite», détaille Clément Le Fournis.

Plus de 1.700 agriculteurs ont à ce jour renseigné plus de 4.000 parcelles. L’objectif de la start-up est d’ores et déjà atteint pour avoir une bonne fiabilité des résultats. Cependant, leur ambition est de couvrir plus de 300.000 hectares à la fin de la campagne. À titre de comparaison, cela représente la superficie agricole du département de la Seine-et-Marne.
«Nous allons optimiser notre outil au fur et à mesure du temps afin que les agriculteurs puissent retrouver encore plus d’informations utiles. A partir de cette base, nous pouvons imaginer ajouter les charges de structure, les itinéraires culturaux, la définition des seuils de rentabilité, la définition des stratégies de commercialisation ou des objectifs de vente... Nous avons déjà beaucoup de demandes de la part des utilisateurs pour aller encore plus loin, ce qui nous laisse penser que ce genre d’outil inédit a une vraie valeur dans le pilotage d’une exploitation», conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui