L'Oise Agricole 08 décembre 2019 à 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

La MFR du Noyonnais promeut l’agriculture durable

Cette année, les responsables de l’établissement ont décidé de faire de la journée obligatoire à destination des maîtres de stage une séquence d’information. Sujet : l’agriculture de conservation des sols.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Gomel, directeur de la MFR du Noyonnais, et Marie Dhilly, présidente.
Patrick Gomel, directeur de la MFR du Noyonnais, et Marie Dhilly, présidente. - © Dominique Lapeyre-Cave

Patrick Gomel, le directeur, et Marie Dhilly, la présidente de la MFR, avaient bien organisé l’évènement. Toute l’équipe pédogique, les élèves et les membres de l’association étaient mobilisés pour accueillir le matin une table ronde de présentation sur l’agriculture de conservation des sols avec témoignages de conseillers et d’agriculteurs et, l’après-midi un point sur les obligations réglementaires liées à la pulvérisation avec la participation d’Émilie Leduc, du service prévention de la MSA de Picardie.

En matinée, ce sont donc des membres de l’Adane, des agriculteurs engagés dans l’agriculture de conservation des sols qui on livré leur témoignage, accompagnés par Laurence Legrand, conseillère de secteur à la Chambre d’agriculture qui a présenté les grands principes de l’ACS : travail minimal du sol, rotation et diversité de l’assolement, couverture permanente des parcelles. Le tout vise à préserver les sols, augmenter leur fertilité en favorisant l’activité biologique, augmenter la porosité, limiter l’érosion et le ruissellement, protéger le taux de matière organique, limiter le développement des adventices avec les couverts.

Guillaume Le Pogam, agriculteur à Guiscard, implante des couverts depuis 1998 et rappelle que l’ACS est une démarche globale qui vise à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires mais que la chimie reste utilisée en dernier recours, lorsque toutes les mesures de prévention ont été prises : «être en ACS, c’est être opportuniste : en fonction de ce que l’on constate sur le terrain, on prend des décisions.»

Propos repris par Alex Vandeputte, exploitant à Gury : «En ACS, on travaille avec la nature et, surtout, on tâtonne au début, quand on se lance. On ne s’interdit pas de changer l’assolement en fonction des conditions météo. Et puis je pratique la double culture : par exemple, du sarrazin derrrière l’escourgeon. Dans tous les cas, il faut beaucoup observer sa plaine.»

Hervé De Smedt, agriculteur à Autrêches, partage son expérience et de la lutte contre l’érosion que mènent les exploitants dans son secteur. En effet, d’importantes coulées de boue sont intervenues dans les villages, créant un malaise avec les habitants. «Il est hors de question de laisser nos sols s’éroder et de causer des difficultés à nos voisins. Nous avons mis en place des essais pour limiter l’érosion et je sème des couverts avant betteraves ou avant pommes de terre. J’obtiens des résultats très encourageants. D’ailleurs, il existe beaucoup de publications sur l’ACS. Je conseille simplement de vérifier avant de mettre en musique les pratiques. D’où l’intérêt de travailler en groupe sur ce genre de problématique. Nous avons créé un GIEE et le groupe semis direct compte maintenant une cinquantaine de personnes. Il n’y a pas de recette miracle en ACS, contrairement à l’attente de certains. C’est par le partage d’expériences et la multiplication d’essais sur nos exploitations que nous obtenons des résultats.»

Une approche et des valeurs qui ne manqueront pas d’interpeler les élèves de la MFR du Noyonnais.

MFR du Noyonnais

- 4e et 3e par alternance : cycle d’orientation pour trouver son projet professionnel. Développement personnel et épanouissement du jeune grâce à l’alternance et la construction de son projet d’orientation.

- CAP Services aux personnes et vente en espace rural pour accéder aux métiers des services aux personnes. Se doter d’une première expérience professionnelle grâce à la découverte de structures et la pratique d’activités liées à l’accueil, la vente et le service à la personne.

- CAP agricole métiers de l’agriculture (grandes cultures et élevage) pour accéder aux métiers de l’agriculture. Se doter d’une première expérience professionnelle grâce à la découverte de structures et la pratique d’activités liées à l’agriculture en exploitations polycultures et élevages de ruminants.

www.mfrbeaulieu.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui