L'Oise Agricole 24 avril 2020 à 10h00 | Par actuagri

Le colza rebondit, le soja plonge

Les marchés mondiaux restent erratiques, les cours de colza retrouvant un peu de couleur en Europe tandis que ceux du soja à Chicago s’effondrent, sous l’effet de la pandémie virale. Habituellement très liés, les deux marchés semblent se décorréler.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les cours du colza en Europe ne suivent pas l’effondrement de ceux du soja aux États-Unis, au plus bas.
Les cours du colza en Europe ne suivent pas l’effondrement de ceux du soja aux États-Unis, au plus bas. - © Pixabay

Le marché mondial des oléoprotéagineux reste très perturbé par le coup de frein brutal des économies en raison de la pandémie de coronavirus. Mais fait assez inhabituel, les cours du colza en Europe ne suivent pas l’effondrement de ceux du soja aux États-Unis, au plus bas. Actuellement, sur le FOB Moselle, marché physique de la graine de colza le plus suivi en Europe, affiche 372 E/t, contre 355 E/t le 20 mars, lors de la montée en flèche de la pandémie en France. Les cours se raffermissent aussi sur les marchés à terme, autour de 370 E/t sur les échéances de 2020 et 2021. Les cours du pétrole sont pourtant au plus bas, ce qui entraîne normalement une chute des matières premières agricoles. En revanche, la faiblesse de l’euro face au dollar est évidemment un soutien pour les exportations.

Chute de 25 % de la production

Mais la hausse toute relative des cours pourrait bien venir d’ailleurs. Les chiffres des surfaces semées en colza en France ne sont pas bons. Ils affichent une chute de 25 % par rapport à la moyenne quinquennale, à 1 million d’ha, comme en 2019. La sécheresse sévit à nouveau en Bourgogne, dans l’Est et dans d’autres régions européennes. Les prévisions de récolte sont faibles, à 3,5 millions de tonnes en France au mieux si les conditions climatiques sont de la partie. La filière s’inquiète beaucoup de ces deux années de chute de la production, laquelle pourrait devenir structurelle. Et c’est probablement ce qui soutient un peu - trop peu - les cours actuels.

Ainsi, rapporte Agreste, la Bourgogne Franche Comté a perdu près de la moitié de sa superficie en colza, à 100 000 ha contre 200 000 ha lors des années normales. En cause, les conditions climatiques qui rendent l’implantation de colza de plus en plus hasardeuse et l’absence de techniques de lutte efficaces contre les ravageurs, non sans lien avec la réduction de l’utilisation de produits phyto. Pis, lorsqu’une récolte était faible, comme en 2013, les cours montaient en flèche, dépassant les 450 E/t. Or, depuis deux ans, malgré la baisse de la production, les cours flirtent avec les 350 E/t, seuil très limite pour la rentabilité des exploitations. Les producteurs réorientent donc pour partie leurs cultures, en soja, pois protéagineux et tournesol, mais surtout en céréales. La question se pose pour l’avenir de la filière oléopro, pourtant potentiellement l’une des plus prometteuses avec les débouchés du biodiesel, de l’huile de colza et de tourteau sans OGM pour l’alimentation animale.

Des importations massives

Pour compenser les pertes de production que l’on observe dans toute l’Union européenne, les importations deviennent massives. Ainsi, sur 12 mois à mi-avril, l’Europe a importé 11,2 Mt de graines de soja dont 5,5 Mt provenant des États-Unis, 3,3 Mt du Brésil et 1,6 Mt provenant du Canada, auquel il faut ajouter 2,8 Mt de colza ukrainien et 1,4 Mt de canola canadien. Il faut dire que les cours du soja à Chicago viennent de plonger sous la barre des 310 $/t et n’ont pas dépassé les 330 $/t au cours des derniers mois. Cet afflux de soja américain en Europe s’explique aussi par la guerre commerciale que continue de se livrer discrètement la Chine et les États-Unis. Le soja ne fait pas partie de l’accord signé en janvier et la Chine achète la totalité de ses besoins en soja - la bagatelle de 89 Mt ! - au Brésil, dont la monnaie ne cesse de se dévaluer. C’est le volume que la Chine achetait auparavant aux États-Unis. Or, ce ne sont pas avec les accusations de Donald Trump sur la responsabilité de la Chine, dans la pandémie mondiale du coronavirus, qui vont améliorer les relations commerciales. Le contexte est donc particulièrement propice, sur tous les plans, économiques, logistiques, géopolitiques, pour accroître une forte volatilité des cours des oléagineux lors des mois à venir....

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui