L'Oise Agricole 20 mai 2020 à 14h00 | Par AJ

Les gagnants de l’après Covid-19

En temps de crise, les marques de distributeur et les discounteurs ont les faveurs des consommateurs. Celle engendrée par le Covid-19 ne devrait pas faire exception, assurent Iri et Nielsen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les supermarchés à marques propres et discounteur pourraient tirer bénéfice de la crise.
Les supermarchés à marques propres et discounteur pourraient tirer bénéfice de la crise. - © Pixabay

Le parallèle entre la crise induite par l’épidémie de Covid-19 et celle de 2008 est tout vu pour les cabinets d’études spécialistes de la consommation. À l’époque, avec la crise économique et la forte inflation, les Français «se tournent massivement vers les marques de distributeurs, fréquentent plus le hard discount», se remémore le cabinet Iri dans une analyse dédiée à la paupérisation de la consommation publié le 13 mai. L’épidémie de Covid-19 devrait dès lors entraîner les mêmes effets sur la demande. Les ménages français rempliront leurs chariots de marques de distributeurs (MDD) et se tourneront vers les supermarchés à dominante marques propres (SDMP) tel que Lidl ou Aldi. «Les inquiétudes sur le pouvoir d’achat et l’attention au prix étaient installées avant l’arrivée de la pandémie. En effet, le ralentissement de la valorisation, le rebond des MDD et le boom des EDMP allemandes étaient déjà notables depuis plusieurs mois», admet Iri. Malgré tout, «la crise actuelle amplifie ces tendances et devrait ancrer encore davantage en grande surface alimentaire ces révélateurs de la paupérisation à court et moyen terme» assure le cabinet d’étude.

Les MDD ont le vent en poupe

«Énorme phénomène», «énorme coup d’accélérateur», les superlatifs ne manquent pas à Anne Haine, directrice générale de Nielsen France pour qualifier les ventes de produits commercialisés sous MDD depuis le début du confinement. Ils affichent 16 % de croissance contre 6 % «seulement» pour les marques nationales. Une trajectoire générée par une baisse du pouvoir d’achat pour une partie des foyers français qui «pourrait très naturellement se poursuivre à l’issue du confinement». «L’attractivité et la pertinence vont s’accroître pour les MDD», assure-t-elle.

Retour vers les discounteurs

«Quand il y a de l’inflation, il y a un gros retour des discounters», analyse Daniel Ducrocq, directeur du service distribution de Nielsen. La situation économique d’un certain nombre de ménages va se dégrader du fait de la crise du Covid-19 et entraînera un «regain des SDMP qui sont actuellement très affectés», renchérit-il. Ces magasins n’ont pas connu pendant le confinement la croissance des ventes des supermarchés et des magasins de proximité car ils ne permettent pas de constituer des stocks. Mais leurs attractivités remontent «au fur et à mesure de la montée des craintes sur le pouvoir d’achat», analyse également Iri.

Et les foyers aisés consomment premium et bio

«La recherche du prix bas [...] n’empêchera pas en parallèle un besoin de réassurance et une attention accrue à la composition et à la provenance des produits (là encore une tendance qui n’est pas nouvelle), au moins pour les consommateurs qui pourront se le payer», analyse Nielsen. Les produits premium, locaux, bio ou de PME devraient bénéficier des achats des ménages les plus aisés car leur «pouvoir d’achat [sera] moins touché que le reste de la population». «Au final, ce sont les produits milieu de gamme qui risquent d’en subir les conséquences, pris entre deux feux», avertit le cabinet. Et non sans satisfaire les producteurs, les Français, aisés et moins aisés, veulent continuer de privilégier les produits hexagonaux. «Oui, il y a deux France, admet Emmanuel Fournet, directeur analytique chez Nielsen. Mais deux tiers des Français disent maintenant “je préfère rechercher des produits d’origine française ou des produits d’origine locale”.»

Le Covid-19 accélère les innovations en e-commerce

En Chine, «l’engouement pour l’e-commerce était déjà visible auparavant, mais cette crise semble avoir été un accélérateur pour son adoption», assure le cabinet Nielsen, dans une note du 11 mai. L’e-commerce dépasse désormais 30 % de part de marché, explique Daniel Ducrocq, directeur du service distribution. Cette tendance permet une adoption rapide des innovations du secteur. Ainsi, 67 % des consommateurs chinois ont essayé le shopping en réalité virtuelle et 68 % ont aussi essayé la livraison par drone, assure le cabinet d’étude. Ailleurs aussi, l’essor d’e-commerce a été visible. En Corée du Sud, un tiers des ventes perdues en hypermarchés ont ainsi été reportées sur le online. En Espagne, la croissance atteint 27 % depuis le début d’année. En Italie, des pics atteignent même 160 % sur la dernière semaine de mars. En France aussi, le drive a su convertir une nouvelle cible d’acheteurs. «Un quart des foyers, sur un mois, ont effectué un achat de produits de grande consommation en e-commerce et ce malgré les difficultés pour trouver des créneaux à la fois pour récupérer ces courses en drive mais aussi pour se faire livrer», observe Daniel Ducrocq. Sa part de marché devrait s’établir durablement au-delà de 8 %. Et pour ce spécialiste, ce qui est assez nouveau c’est que l’on se fait livrer des fruits et légumes sans même les voir !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui