L'Oise Agricole 18 mars 2019 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi, Ludivine Campbell

Mobilisation pour la transition agro-écologique

Le jeudi 7 mars dernier, à UniLaSalle Beauvais, Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf), la Région, les Agences de l’eau Artois-Picardie et Seine-Normandie et la Chambre régionale d’agriculture se sont mobilisés conjointement pour l’accompagnement des collectifs locaux d’agriculteurs engagés dans la transition vers l’agro-écologie en Hauts-de-France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Élus, professionnels, étudiants, presque une centaine de personnes ont participé à ce forum.
Élus, professionnels, étudiants, presque une centaine de personnes ont participé à ce forum. - © Dorian Alinaghi

L’objectif a été d’échanger et de capitaliser sur les expériences de ces collectifs d’agriculteurs, tournés vers l’innovation des pratiques, des systèmes de cultures et d’élevage et de l’organisation au quotidien.

Le format a été voulu le plus ouvert possible aux témoignages, retours d’expérience des collectifs, exemples de réalisation pour les agriculteurs présents qui réfléchissent à créer leur groupe et leur projet collectif sur leur territoire. Sous forme de speed-meeting, la centaine de personnes personnes ont pu switcher sur une vingtaine de micro-ateliers tournants pour échanger et partager sur des thématiques concrètes et variées.

Au total, vingt-deux étaient proposés sur autant de projets. De la réduction d’utilisation des phytos, de la dynamique bio, du semi-direct en passant par l’agroforesterie, le système de micro-ateliers tournants permet d’avoir un panel des multiples solutions s’offrant aux agriculteurs désireux de s’inscrire dans cette démarche.

Entre deux barcamps, quatre présentations d’expérimentation de la réduction jusqu’au zéro phyto, et de l’utilisation optimale de l’azote étaient proposées aux participants : des présentations concrètes sur les outils d’aides à la définition d’un système d’exploitation moins dépendant des intrants, des présentations alliant indicateurs économiques et techniques.

Lancement d’un appel à projet

Pour la deuxième année consécutive, un appel à projets est lancé conjointement par la Draaf et les Agences de l’eau Artois-Picardie et Seine-Normandie pour favoriser l’émergence et soutenir la mise en œuvre de projets collectifs locaux d’agriculteurs engagés dans l’agro-écologie.

Depuis 2018, afin d’améliorer la lisibilité et l’efficacité des dispositifs d’accompagnement d’une part, des financements et leurs synergies d’autre part, les appels à projets reconnaissance et/ou financement des groupes d’agriculteurs sont lancés de façon conjointe et concomitante par le présent appel à projets global.

Outre les dispositifs historiques (GIEE, 30000), un volet «émergence de groupes» est reconduit pour la seconde année afin d’encourager la création de nouveaux groupes locaux d’agriculteurs et la structuration d’un projet via un financement sur une durée d’un an.

Grande nouveauté pour l’appel à projets de 2019, un nouveau type de collectifs fait son entrée dans le volet émergence de cet appel à projets, sur la thématique principale de la «gestion globale efficiente de l’azote», en déclinaison régionale du «plan énergie méthanisation autonomie azote» et en soutien aux politiques régionales «nitrates» et «amélioration de la qualité de l’air» : les groupes émergents «azote».

L’appel à projet «collectifs locaux d’agriculteurs engagés dans la transition agro-écologique» concerne donc les groupes d’agriculteurs, déjà structurés ou souhaitant se construire autour d’un projet d’amélioration de leurs pratiques agricoles, dans une dynamique de transition agro-écologique des exploitations.

Il permet de reconnaître et de financer l’accompagnement et l’animation des projets collectifs, autour de 3 volets. Le premier est le volet GIEE, cela permet d’avoir la reconnaissance en tant que GIEE et/ou le financement sur 3 ans de l’animation de GIEE des groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE).

Le deuxième est le volet groupes 30.000 - Ecophyto, qui permet le financement sur 3 ans de l’accompagnement des groupes engagés dans la transition agro-écologique à bas niveau de produits phytopharmaceutiques.

Et le troisième volet est l’émergence de groupes pour le financement de l’accompagnement à la structuration d’un groupe et d’un projet, sur une période d’un an maximum, en vue de constituer un GIEE , un groupe 30.000 ou un groupe azote l’année suivante.

Trois financeurs sont particulièrement mobilisés dans le cadre de cet appel à projets : les Agences de l’eau (Artois-Picardie et Seine-Normandie) et l’État (Draaf) via les fonds CasDar.

La journée s’est clos par la remise des Trophées régionaux de l’agro-écologie, en partenariat avec le Crédit agricole. Dans la catégorie «Grand Prix de la démarche collective», le lauréat régional est le collectif d’agriculteurs de l’Apad 59/62 «semis direct sous couvert végétal, l’autre voie pour l’agriculture : des agriculteurs ont anticipé l’agroécologie».

Dans la catégorie «Prix de l’innovation», le lauréat régional est Vincent Delargillière, éleveur laitier dans l’Oise, sur le projet «Tendre vers un système économe basé sur le pâturage».

 

Des barcamps pour apprendre

On pouvait par exemple trouver un atelier sur la médecine alternative en élevage. Ce programme a pour objectif de réduire l’utilisation d’antibiotiques, de maîtriser les charges, de diminuer les pollutions d’origine pharmaceutique, les phénomènes de résistances antibiotiques, de concourir à l’amélioration de la santé humaine, d’améliorer le bien-être de l’éleveur, l’état sanitaire des troupeaux, et d’améliorer le bien-être animal par l’utilisation de médecine douce. Les plus pratiquées sont l’homéopathie, l’aromathérapie et la phytothérapie.

Les remèdes homéopathiques, dilués à plus d’un millionième, stimulent les processus naturels de réaction aux agressions de l’individu. Scientifiquement controversée, cette pratique fait tout de même ses preuves sur le terrain. L’homéopathie s’applique en contact avec les muqueuses sous forme solide ou liquide.

En aromathérapie, les huiles essentielles sont le produit de pression à froid ou de la distillation de plantes. Le choix des huiles essentielles dépendra de la toxémie, de l’environnement, et des germes concernés. Connue dans le grand public pour apaiser les allergies et pour soigner les rhumes, l’aromathérapie est aussi efficace sur les animaux ! Elle s’utilise en général par l’application de quelques gouttes sur des points d’acupuncture.

La phytothérapie, souvent définie comme le remèdes de grand-mère, consiste à utiliser les vertus naturelles des plantes telles quelles ou sous la forme de décoction, d’infusions, de sirops...

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui