L'Oise Agricole 25 avril 2020 à 14h00 | Par YG, AJ

Pas d’inflation des prix, sauf pour l’origine France

Des bruits de fond semblent attester d’une hausse des prix en grandes surfaces. Pourtant, les observateurs ne notent aucune inflation depuis le début de la crise du Covid-19. Seul le rayon des fruits et légumes voit ses prix augmenter du fait du passage à l’origine France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec la fermeture des entreprises, des restaurants et des écoles, tous les repas se prennent dorénavant à domicile, nécessitant in fine de faire plus de courses en magasin.
Avec la fermeture des entreprises, des restaurants et des écoles, tous les repas se prennent dorénavant à domicile, nécessitant in fine de faire plus de courses en magasin. - © J.-C. Gutner

«Certaines alertes se font jour sur la hausse des prix de vente aux consommateurs», affirmaient les sénateurs de la commission des affaires économiques, le 10 avril dernier. Les élus appellent même le gouvernement à créer une «cellule de surveillance des prix d’achat et des prix de vente en grandes surfaces». L’objectif est de «vérifier si [les hausses] sont justifiées ou si elles relèvent d’opportunités». Pourtant, aucune donnée ne vient corroborer ces dires. «Les prix des denrées alimentaires sont globalement stables», estime le gouvernement dans une communication en Conseil des ministres le 8 avril. D’après ce document, les prix ont connu une augmentation de 0,01 % en mars (source Nielsen). L’institut Iri estime également qu’«aucune inflation n’est lisible depuis le début de l’épidémie sur les produits de grande consommation (PGC)». Selon leur calcul, l’inflation a été négative de 0,15 % pour les PGC entre le 24 février et 22 mars, tous circuits de distributions confondus.

Et parmi les principaux intéressés, nombreux sont les distributeurs, à l’instar de Lidl, Intermarché, Carrefour ou Leclerc, à s’être engagés à bloquer les prix sur un certain nombre de produits. «Nous sommes satisfaits de voir que le travail des agriculteurs est reconnu, que les distributeurs eux aussi ont accepté de plafonner leurs marges pour qu’il n’y ait pas de surchauffe pour les coûts consommateurs», s’est félicitée d’ailleurs Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, lors d’un point presse le 10 avril. Une explication avancée à cette impression de renchérissement du ticket de caisse est l’augmentation des volumes achetés par les ménages. Avec la fermeture des entreprises, des restaurants et des écoles, tous les repas se prennent dorénavant à domicile, nécessitant in fine de faire plus de courses en magasin.

Les fruits français plus chers que leurs concurrents

Deux bémols malgré tout dans cette affaire. En outre-mer, «des alertes ont été exprimées», reconnaît le gouvernement, mais «aucun dérapage général des prix n’a été constaté» et «les distributeurs ont pris des engagements de maîtrise des prix». Les autorités ont tout de même demandé «un examen détaillé de la situation [...] au délégué à la concurrence en outre-mer». C’est donc dans le seul rayon des fruits et légumes frais qu’une hausse des prix est effectivement constatée. «La seule hausse constatée concerne certains fruits et légumes frais» comme les fraises, les concombres, les tomates et les endives notamment en grandes surfaces, précise le gouvernement. Une hausse due, selon lui, à la différence de prix entre les origines française et étrangères, à l’insuffisance de la production française et à l’augmentation du coût du transport.

Une explication que corrobore la coopération agricole. «La perception d’un prix plus élevé par le consommateur sur certains fruits et légumes s’explique notamment par une réorientation de l’approvisionnement des distributeurs vers des produits d’origine France dont les coûts de production sont plus élevés, notamment le coût de la main- d’oeuvre, par exemple deux fois plus élevé en France qu’en Espagne», explique-t-elle. Mais l’impact de ces hausses reste toutefois «limité, au regard de la consommation mensuelle de fruits et légumes», relativise le gouvernement. «Le surcoût lié à l’achat de produits français en légumes et fruits n’est que 12 à 15 E par ménage et par mois, c’est supportable, soutient Christiane Lambert. Manger français, ça a un prix, l’autonomie alimentaire, c’est important, la sécurité

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui