L'Oise Agricole 02 décembre 2021 a 08h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

Stop au gaspillage du foncier

À l’appel de JA national et dans le cadre de la Semaine du foncier, les Jeunes agriculteurs de l’Oise ont remis en culture une parcelle en friche de la zone d’activité au nord-est de Beauvais, entre la route de Saint-Just-en-Chaussée et l’autoroute A 16.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
mené de telles opérations par le passé, signe que le gaspillage du foncier et le zéro artificialisation ne sont pas intégrés dans les décisions d’aménagement.
mené de telles opérations par le passé, signe que le gaspillage du foncier et le zéro artificialisation ne sont pas intégrés dans les décisions d’aménagement. - © DLC

Il n’aura pas fallu beaucoup plus d’une heure pour que la parcelle en friche soit remise en culture. Avec, au labour, Mathieu Carpentier et Antoine Boucton et, au semis, Aurélien Testard. Les semences de blé, de variété Winner (tout un programme), ont été fournies par Agora et la parcelle, évaluée à environ 1,7 ha, par l’Agglomération du Beauvaisis, à son insu. Sur place, un groupe de responsables du syndicalisme jeune, dont Gwenaëlle Desrumaux, présidente, et Julien Degry, secrétaire général adjoint, surveillent les opérations et répondent aux questions de la presse invitée à cette action coup-de-poing.

«Il s’agit d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur le gaspillage du foncier qui s’opère au détriment des terres agricoles et donc de l’installation des jeunes. Partout en France, des zones d’activités ou commerciales se créent, qui ne se vendent pas et on se retrouve avec des parcelles perdues pour l’agriculture et quand même pas utilisées pour les autres activités économiques», plaide Julien Degry.

Action nationale

Partout en France, des opérations JA similaires ont été menées, signe du gaspillage. «Tous les quatorze ans, c’est un département agricole qui disparaît, renchérit Gwenaëlle Desrumaux. Pourquoi prévoir des zones de surface aussi importante partout ? Cette parcelle est en friche depuis plusieurs années.» Les JA plaident pour que soit priorisée, dans la mesure du possible, la réhabilitation des usines désaffectées avant d’en construire de nouvelles, comme Agco a fait à Beauvais en s’agrandissant sur le site Nestlé. Et puis, quand les usines tardent à se monter, pourquoi ne pas donner à cultiver les parcelles en occupation précaire aux agriculteurs du secteur? De nombreuses dispositions juridiques le permettent pourtant.

En attendant, sans aucune autorisation, JA 60 va mener une culture de blé jusqu’à la récolte. Ce sont les adhérents du secteur qui seront en charge de la conduite de la parcelle. La destination de la vente du blé n’a pas encore actée par les Jeunes Agriculteurs, mais ils pensent déjà à en faire bénéficier l’association Réagir qui vient en aide aux agriculteurs de l’Oise en difficulté, jeunes ou pas. Ils attendent une réaction du propriétaire. Pour l’instant, seuls les nombreux lapins qui infestaient les lieux en friche semblent dans le désarroi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,