L'Oise Agricole 31 octobre 2019 à 10h00 | Par Agence de presse

Un marché européen en perte de vitesse

La demande européenne d’engrais devrait se tasser dans les cinq ans à venir, à l’inverse de l’Inde ou du Brésil, prévoit l’association internationale des engrais (IFA). Côté offre, la Chine baisse drastiquement ses capacités de production d’engrais azoté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © PATRICK CRONENBERGER

«L’Europe de l’Ouest devrait être la seule région du monde à diminuer sa consommation d’engrais dans les cinq ans à venir», a indiqué Armelle Gruere de l’International Fertilizer Association (IFA) lors de la session économique des 16e rencontres internationales de l’Association française de commercialisation et de mélange d’engrais. Toutefois, si la région Asie est en progression, la Chine, premier consommateur mondial, suit la même tendance que l’Europe avec une demande d’engrais prévue en baisse de 1 million de tonnes (Mt) à horizon 2023-2024. À l’inverse, l’Inde et le Brésil devraient voir leur demande augmenter de 13 % sur cette période. Autre fait marquant, la liste des pays pour lesquels le marché est en progression se diversifie. «C’est la première fois qu’il y a deux États d’Afrique sub-saharienne parmi les dix pays qui affichent la plus forte progression», remarque Armelle Gruere.

Une demande en mutation

Concernant spécifiquement le segment de l’azote, la demande européenne s’établit à 11 Mt et représente 10 % du marché mondial selon les chiffres présentés par la société FertIberia. Le fabricant d’engrais estime que cette demande va s’infléchir à l’avenir sous l’effet de la tendance du développement durable, mais également de l’expansion de l’agriculture biologique. «L’Europe va devenir un marché de niche avec des produits à plus forte valeur ajoutée. L’unité d’azote devra être la plus efficace possible», explique Guillermo Perez Medina, directeur des ventes de l’entreprise.

La production chinoise se restreint

Selon les chiffres de l’IFA, la production d’urée et d’ammoniac, à l’échelle mondiale, devrait augmenter de 8 % à l’horizon 2023 pour atteindre respectivement 226 Mt et 228 Mt. Cette tendance générale cache des disparités, selon les régions du monde. L’Inde devrait augmenter sa capacité en urée de 9 Mt à travers sept projets en développement. Dans le même temps, la Chine, dont l’industrie fait face à une réglementation de plus en plus stricte, va réduire sa production de 5 Mt. Concernant l’ammoniac, la hausse viendra à 45 % de l’Inde et du Nigéria. Pour ce type d’engrais, la production chinoise devrait également s’inscrire en forte baisse, avec un chiffrage à – 6 Mt par l’IFA. Alors que le pays produisait 36 % de l’ammoniac mondial en 2014, ce chiffre n’est plus de que de 30 % en 2018 et devrait être de 26 % en 2023.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui