L'Oise Agricole 25 décembre 2020 � 10h00 | Par M.N.

Une stratégie «biosourcés» et «carburants durables» se prépare

Bercy prépare une stratégie d'accélération «produits biosourcés et carburants durables» avec, à la clé, un financement pour les entreprises de la bioéconomie, a dévoilé FranceAgriMer le 11 décembre.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Méthanisation, carburants verts mais aussi coproduits animaux (entre autres) figurent dans les orientations de la future stratégie «produits biosourcés» et «carburants durables» en préparation du côté de Bercy.
Méthanisation, carburants verts mais aussi coproduits animaux (entre autres) figurent dans les orientations de la future stratégie «produits biosourcés» et «carburants durables» en préparation du côté de Bercy. - © Région Hauts-de-France

La Direction générale des entreprises du ministère de l'Économie a présenté le 3 décembre à la commission thématique «bioéconomie» de FranceAgriMer sa stratégie d'accélération «produits biosourcés et carburants durables» et les appels à projets en cours dans le cadre du Programme d'investissement d'avenir n° 4 (PIA 4). À titre d'exemple, cite FranceAgriMer, la stratégie sur les biocarburants «structurera une filière nouvelle de production de carburants durables sur le territoire franc?ais, destinés notamment au transport aérien, qui permettra d'atteindre les objectifs d'incorporation définis par le gouvernement dans la feuille de route française soit 2 % en 2025 et 5 % en 2030». FranceAgriMer annonce un «prochain plan d'action 2021-2022» qui visera entre autres à «mobiliser la biomasse». À ce titre, l'Observatoire national des ressources en biomasse, confié par le ministère de l'Agriculture à FranceAgriMer, publiera dès janvier une synthèse de ses données. Il recense la biomasse issue de l'agriculture :

résidus de cultures annuelles ou pérennes, et aussi effluents d'élevage, cultures dédiées comme le miscanthus et taillis à rotation courte, issues de silo, coproduits des industries agroalimentaires, ainsi que la biomasse forestière. Le plan d'action visera aussi à «développer les marchés et assurer un cadre réglementaire porteur» en favorisant la concertation nécessaire au déploiement des politiques publiques de la bioéconomie.

Des bioplastiques aux co-produits animaux

Un groupe de travail sur les produits biosourcés de la commission thématique planchera «sur les enjeux auxquels fait face le développement des bioplastiques», tandis qu'un groupe de travail «coproduits animaux» construira un observatoire des marchés des cuirs, laines, peaux et plumes et pilotera une étude sur les bioressources aquatiques.

Un groupe de travail «méthanisation agricole et agroalimentaire», installé en novembre, et présidé par Olivier Dauger (FNSEA), s'est fixe? plusieurs objectifs pour 2021, dont la conduite d'une veille réglementaire et la mise en place des indicateurs de performance de la méthanisation agricole et agroalimentaire «sur la base des externalités qu'elle génère».

Le groupe de travail «biocarburants», présidé par Pierre Cuypers (sénateur LR en Seine et Marne), poursuivra ses séances en 2021 avec le suivi des actualités règlementaires telles que le Green Deal ou la transposition de la Directive Red II. La réflexion sera, en outre, élargie au développement des biocarburants de seconde génération.

Barbara Pompili lance une mission de «modernisation» de la culture du risque

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a lancé une mission visant à moderniser la culture du risque des Français, annonce un communiqué le 21 décembre. Le but? Mieux préparer les citoyens à réagir en cas de de catastrophe naturelle ou industrielle. L'objectif de cette mission est triple, détaille le communiqué. Il s'agit de «sensibiliser» le grand public avec «pédagogie» à la notion de risque; de former les personnes à «limiter» leur exposition aux risques tout en adoptant «les bons réflexes en situation de crise» ; et de favoriser une culture participative du risque grâce aux outils numériques. «Trop de décès sont encore constatés à chaque catastrophe naturelle», indique le ministère dans le communiqué. Tout en rappelant que l'incendie de Lubrizol a révélé le besoin de mieux informer les population sur les risques industriels.

Présidée par Fred Courant, ancien présentateur de l'émission TV «C'est pas sorcier», la mission sera composée «d'experts spécialisés en communication, sciences comportementales, digital et gestion de crise».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,