L'Oise Agricole 12 mars 2021 a 09h00 | Par D.

Brézillon, un siècle de dépollution des sols

Avec son écocentre situé à Longueil-Sainte-Marie (60), Brézillon est un acteur majeur de la dépollution des sols.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le site de Longueil-Sainte-Marie a ouvert en 2017.
Le site de Longueil-Sainte-Marie a ouvert en 2017. - © Brezillon

Grâce à un accès facile depuis l’A1, les camions-bennes défilent dans la zone industrielle de Longueil-Sainte-Marie. Arrivés au site de Brézillon, ils déversent des terres polluées issues de chantiers. Brézillon développe ses spécialités pour maîtriser le risque sol dans le cadre de projets sur fonciers pollués, gérer les eaux souterraines polluées et réhabiliter les anciennes décharges. «Nous sommes une plateforme de traitement et de valorisation des terres classée pour la protection de l’environnement», affirme explique Honorine Haguet.

L’éco-centre est équipé d’un laboratoire géotechnique pour la réalisation d’essais pilotes de traitement sur site, d’un quai privatif de (dé)chargement ou encore d’un bassin de stockage et de traitement des eaux de pluie.

«En 2020, nous avons obtenu l’autorisation ICPE. Ce qui a permis de doubler les capacités d’accueil et de traitement des terres polluées de la plateforme jusqu’à 250.000 tonnes par an et de traiter d’autres types de terres polluées. En coordination avec les équipes de construction, nos solutions de valorisation permettent de limiter les prélèvements des ressources naturelles grâce au recyclage des matériaux et limiter aussi les émissions de carbone grâce au transport fluvial ou au double/triple fret.» poursuit-elle. Mais pour dépolluer des sols, cela n’est pas si simple.

Différentes variantes existent. Sur cet écocentre par exemple, il y a du traitement biologique parfois associé à un procédé d’aspiration de gaz, eux-mêmes traités, pour les hydrocarbures. Il existe aussi des procédés brevetés de lavage des terres pour les polluants métalliques ou pour les COHV (composés organo-halogénés volatils). «Le lavage qui peut être fait à haute pression, à pression normale, sur site ou hors site. L’objectif est de séparer les particules les plus fines dans lesquelles sont principalement concentrés les polluants (lavage haute pression à l’eau), ou de capturer ces polluants dans une solution liquide (eau, acide). Par exemple, la plupart des métaux lourds (cuivre, zinc, arsenic, cadmium, plomb) peuvent être extraits en utilisant une solution d’acide qu’il faut ensuite neutraliser (pour précipiter une partie des composés) puis décanter, filtrer et centrifuger, afin de séparer les éléments restants.» poursuit Honorine Haguet.

Un label honorifique

L’écocentre de transit, tri, traitement et valorisation de terres polluées a reçu récemment le label professionnel Recyterre destiné aux installations qui traitent puis recyclent des terres excavées.

«Je suis très fière concernant l’obtention d’un label d’excellence ancré dans le respect de standards de qualité technique et environnementale. Cela montre le professionnalisme de Brézillon.» souligne-t-elle. L’écocentre devient ainsi l’un des deux premiers sites français qui reçoit ce label mis en place par la profession et l’État en 2019.

Il démontre ainsi toute sa maîtrise dans la gestion des terres prises en charge et des matériaux valorisés issus de ses procédés de traitement. L’obtention de ce label prouve également que l’exemplarité environnementale est au cœur du fonctionnement de Brézillon.

Son écocentre est ainsi reconnu comme un acteur qui respecte les qualités environnementales d’excellence exigées par Recyterre dans la gestion de volumes importants de déblais tout en respectant de forts objectifs de valorisation et de traçabilité des terres. «Nous avons pour objectifs d’agrandir notre site de Longueuil-Sainte-Marie pour recevoir davantage de terres et d’ouvrir un nouveau centre dans le sud de l’Ile-de-France.» conclut Honorine Haguet.

Focus sur Recyterre

Ce label obtenu pour 3 ans permet aux donneurs d’ordre d’identifier les plateformes d’acceptation et de traitement des terres en mesure de recycler les terres excavées (hors déchets de tunneliers), d’aiguiller ces flux vers des installations ICPE garantes de la maîtrise de l’impact environnemental des terres excavées et d’identifier des entreprises productrices de matériaux issus du recyclage respectant les qualités techniques et environnementales attendues.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,