L'Oise Agricole 24 août 2020 à 16h00 | Par D. Alinaghi

«C’est une passion, je resterai toujours dans ce milieu»

Avec ses vaches de race Montbéliarde, nourries en majorité à l'herbe, Anaïs Lucien produit de la qualité ! Cette jeune commerçante de 23 ans propose un large choix de produits (yaourts aux fruits et nature, fromage blanc, faisselle, crème... et d'autres produits à découvrir).

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«C’est une passion, je resterai toujours dans ce milieu» © Dorian Alinagi

À 23 ans, Anaïs Lucien gère un magasin de produits locaux à Armentières, un hameau de
Lachapelle-aux-Pots. Cette jeune femme a toujours baigné dans l'agriculture. Elle s'est lancée dans des études agricoles pour assouvir sa passion.
«J'ai fait un Bac technologique agricole à Brémontiers-Merval, puis un BTS gestion de l'exploitation car je souhaitais continuer dans le milieu agricole, détaille-t-elle. J'ai réalisé mon stage dans un commerce de produits locaux et là, ça a été le déclic ! J'ai trouvé ma voie. J'ai donc continué avec une licence commerce agricole pour ensuite m'installer l'année suivante.» poursuit-elle.
Après ses études, elle est devenue salariée sur l'exploitation familiale pour la partie transformation. À côté de ça, elle s'occupait également de la partie vente directe. Après une concertation avec sa famille, il a été convenu qu'elle devait reprendre entièrement la boutique pour pouvoir la développer.
«À partir de septembre 2019, les clients ont souhaité que le magasin soit ouvert plus fréquemment avec plus de produits. Il fallait donc que je me libère du temps. Dès lors, je me suis entièrement consacrée uniquement au magasin.»
En route vers du local
Le but de l'exploitation et de la boutique à la ferme est de faire travailler uniquement les producteurs locaux. «Tous les produits que je ne peux pas trouver en local, je ne les prends pas, même avec un intermédiaire» explique-t-elle. Exception faite pour un producteur de la Drôme et un en Seine-Maritime. «J'avais une forte demande auprès des clients concernant les fruits. J'ai donc pris contact avec un producteur dans la Drôme qui produit des nectarines, pêches, melons. J'ai également quelques producteurs locaux en Seine-Maritime car l'exploitation est pratiquement à 15 kilomètres du département.» ajoute-t-elle.
Mais que trouve-t-on dans sa boutique ? Pratiquement 200 références en allant du salé au sucré, en faisant une halte aux produits laitiers, à la viande et aux oeufs. Sans compter les spécialités de la ferme : fromages, yaourts, fromage frais (battu et autres), crème crue, lait cru et pasteurisé...
«On a toujours eu l'idée de faire une boutique à la ferme, déjà pour montrer aux clients comment on travaille. C'est important de pouvoir partager notre métier de A à Z. Dans l'ensemble, ils sont assez curieux et ils échangent avec nous», affirme Anaïs Lucien.
Depuis qu'elle a repris la boutique, la fréquentation est en constante évolution. Plus de produits de qualité, donc un panier moyen plus conséquent. Cela s'explique notamment par la volonté des consommateurs de manger local.
«Pour moi, manger local, c'est manger de saison. On sait d'où vient le produit, comment il est fait ! Je les connais tous par coeur. Il faut revenir au local pour consommer quelque chose de sain et faire une agriculture durable. Et cette traçabilité plaît aux clients. Après le déconfinement lié au Covid-19, on a remarqué que les gens revenaient à la boutique, cela signifie qu'il y a eu un certain déclic !» annonce-t-elle.
Pleine d'ambitions et sourire aux lèvres, les futures idées de cette jeune commerçante fusent.
«La prochaine étape serait de faire de la viande rouge, non en caissette, mais au détail. C'est une demande des clients, mais aussi ça nous facilitera le stockage. J'aimerais également développer la gamme des fromages tout en restant local. Il ne faut surtout pas oublier le numérique. Le magasin est déjà présent sur Facebook et un site internet va voir le jour. Cela permettra de faire de la vente en ligne. Mais d'abord, il faudra trouver des solutions concernant la logistique, mais aussi l'agrandissement du magasin», prévoit-elle.
Fière de sa boutique, Anaïs Lucien est satisfaite de sa situation et souhaite continuer à faire vivre les produits locaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui