L'Oise Agricole 24 janvier 2019 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

Des Lasalliens partent à l’assaut du Salon de l’agriculture

6 étudiants de l’école UniLaSalle à Beauvais, participent au Trophée national des lycées agricoles (TNLA) lors du Salon de l’agriculture (Sia). Ce trophée vise différents objectifs, notamment valoriser le travail réalisé dans les établissements d’enseignement agricole pour la formation des élèves dans l’enseignement pluridisciplinaire

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’association Vach’Expo LaSalle Beauvais a été créée il y a 12 ans. Elle compte aujourd’hui plus de 50 étudiants issus des différentes promotions de l’Institut. Cette association est née de l’initiative d’élèves soucieux de se rassembler autour d’une passion commune : l’élevage. L’association organise des sélections de concours de pointage dans les races allaitantes et laitières, finance des formations pour des visites d’élevage, d'entreprises et participe à des salons tels que le Sia.
L’association Vach’Expo LaSalle Beauvais a été créée il y a 12 ans. Elle compte aujourd’hui plus de 50 étudiants issus des différentes promotions de l’Institut. Cette association est née de l’initiative d’élèves soucieux de se rassembler autour d’une passion commune : l’élevage. L’association organise des sélections de concours de pointage dans les races allaitantes et laitières, finance des formations pour des visites d’élevage, d'entreprises et participe à des salons tels que le Sia. - © Dorian Alinaghi

Une bande de cow’équipiers ont décidé de se lancer dans l’aventure du TNLA avec une passion commune, l’élevage. Clément Bunias, Lucas Braczynski, Chloé Gauchenot, Marie Kremer, Clémence Blondel et Claire Cousandier, tous agés de 18 ans, souhaitent montrer, à travers ce concours, leur amour pour l’agriculture : «nous nous sommes lancés dans l’aventure pour l’amour des vaches que nous avons tous l’habitude de cotoyer en rentrant chez nous le week-end.» souligne toute l'équipe.

Claire Cousandier poursuit : «Il y a aussi l’envie de représenter notre école et ses valeurs. Pour nous, participer au Salon de l’agriculture représente quelque chose d’important, cela peut être assimilé à l’aboutissement d’un rêve, celui d’entrer dans les coulisses et participer à la vie du salon.»

Une préparation et un concours intensifs

Il s’agit d’une compétition entre établissements d’enseignement agricoles qui se déroule lors du Salon de l’agriculture à Paris. Le concours est divisé en plusieurs épreuves : une épreuve de communication (réseaux sociaux tels que Facebook), ue épreuve de contention, la création d’une affiche, la tenue du stand durant le Sia et une présentation sur le grand ring avec une partie en langue étrangère. «Pour nous préparer, nous allons, toutes les semaines, à la ferme de Maurepas, à 45 minutes de notre établissement pour entraîner Idole et Orka. Nous avons deux responsables qui nous suivent et nous conseillent car elles ont déjà participé à cette aventure l'année précédente.» précise Marie Kremer.

Les deux sont de race charolaise, la première vache est née le 16 octobre 2013 à Maurepas. Elle a donné naissance à trois veaux dont Orka, né le 5 octobre 2018. «Chacun d’entre nous promène les bêtes, on leur donne l’alimentation adéquate, on vit avec elles pratiquement. De plus, on est soutenus par les agriculteurs de la ferme, Luc et Nathalie Brouant» explique-t-elle.

En effet, la ferme de Maurepas, située à Bézu-la-Forêt dans l’Eure, à 45 minutes de Beauvais. En 2004, Jules Hucher a fait don de sa ferme à l’école. Dorénavant tenue par Luc et Nathalie Brouant, il s’agit d’un élevage d’une cinquantaine de vaches allaitantes de race charolaise, combiné à une activité de grandes cultures. «Cela fait des années que l’on suit des équipes d’UniLaSalle. On se sent comme des professeurs (rires). Nous sommes là au cas où pour leur donner des conseils afin de comprendre les animaux, de savoir comment les manipuler et surtout de vivre avec eux. Voir autant de jeunes qui s’investissent dans l’agriculture, c’est très émouvant. On voit qu’ils sont passionnés, ils ont envie d’apprendre et de montrer l’envers du décor de l’élevage au grand public» explique Luc Brouant. La jeune équipe précise ensuite : «on devient acteur et non spectateur au Salon de l’agriculture. Nous allons donc informer et décrire notre aventure à l’ensemble des visiteurs.»

Chaque équipe participant au TNLA 2019 doit être coordonnée avec le thème 2019 du salon qui est : des femmes, des hommes et des talents. «Pour y réponde, nous avons par exemple, pendant toute la durée de l’Avent, présenté un talent de l’agriculture. Ainsi, on peut y retrouver le vétérinaire, le semencier ou bien même le mécanicien. On essaye de développer notre thème en partageant des publications évoquant les innovations en agriculture. Début octobre, nous avons lancé le projet et avons donc commencé à créer et animer la page Facebook. Nous l’alimentons par diverses publications à travers des vidéos, des photos et des quiz à raison d’une publication minimum par jour. Nous essayons de faire participer les gens avec des quiz en leur demandant leur impression. Le fait de publier régulièrement permet de créer un rendez-vous journalier avec les gens qui nous suivent. Ce métier est un ensemble de talents, ce qui est extraordinaire. Qui plus est, on voit de plus en plus de femmes en agriculture.» développe toute l'équipe.

Plus de 1.000 personnes sont déjà abonnées à la page Facebook TNLA 2019 - Des Lasalliennes, des Lasalliens et des vaches. Vous pouvez donc suivre l’aventure de ces jeunes éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui