L'Oise Agricole 19 septembre 2019 à 09h00 | Par Agence de presse

L’UE, championne des échanges agroalimentaires mondiaux

L’Union européenne confirme encore en 2018 sa positionde leader mondial dans l’exportation de produits agroalimentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les stratégies protectionnistes de plusieurs états ne représentent pas, pour le moment, une menace pour le secteur agroalimentaire.
Les stratégies protectionnistes de plusieurs états ne représentent pas, pour le moment, une menace pour le secteur agroalimentaire. - © Agence de presse

Après la bonne performance de 2017, le commerce agroalimentaire de l’Union européenne a enregistré un léger recul pour atteindre en valeur absolue 254 milliards d’euros (Md€) en 2018, soit 138 Md€ d’exportations et 116 Md€ d’importations. L’Union européenne confirme encore cette année sa place de premier exportateur, et maintenant de second importateur mondial de produits agroalimentaires, souligne la Commission européenne dans son rapport annuel 2018 sur le commerce agroalimentaire de l’UE, publie le 5 septembre. Comme en 2017, les vins et les spiritueux restent les principaux produits exportés (respectivement 9 % et 8 % du total des exportations agroalimentaires de l’UE), suivis des aliments pour bébés (5 %), de diverses préparations alimentaires (4 %), du chocolat (4 %) et les pâtes et pâtisseries (4 %). Les principales augmentations concernent les spiritueux (+ 5,5 %) et les pâtes et pâtisseries (+ 5,6%). À l’inverse, les produits qui accusent les plus nettes baisses sont le blé (-11 %), le lait en poudre et le lactosérum (- 11 %). Un recul qui s’explique par la baisse de la production européenne comme déjà en 2017.

Des importations américaines en forte croissance

En absorbant 16 % des exportations totales de l’UE, soit en valeur absolue 22,25 Md d’euros, les États-Unis restent le principal partenaire de l’UE sur le plan des échanges agroalimentaires. Une relation commerciale qui ne cesse au cours des années de prendre de l’ampleur, mais qui a enregistré en 2018 une croissance plus modeste à + 1,4 %. Malgré ce ralentissement, les États-Unis achètent en valeur absolue toujours plus de produits agricoles issus du marché communautaire (soit 300 Mio €). En 2018, les importations de l’UE en provenance des États-Unis ont enregistré la plus forte croissance (10 %) depuis 2015, pour atteindre en valeur absolue 12 Md €, soit 10 % de l’ensemble des importations agroalimentaires de l’UE. Les produits qui contribuent le plus à cette augmentation sont le soja (+ 45 %), le blé et riz (+ 150 %), et les tourteaux (+ 265 %). Près de la moitié des exportations (49 %) de l’UE vers les États-Unis sont des boissons (spiritueux, vins, bières, boissons non alcoolisées). Par ailleurs, les États-Unis restent un marché cible (avec des parts de marché allant de 36 % à

54 %) pour les exportations de l’UE de café (réexportations), d’huiles essen- tielles, de bière, de spiritueux, d’eau et de boissons non alcoolisées. Les États-Unis restent également la destination de choix des exportations d’huile d’olive (37 %), de vin (32 %) et de fromage (22 %). Quant aux principaux produits importés, on trouve le soja (21 %), les fruits tropicaux et noix (19 %), les spiritueux (7 %), la préparation des aliments (5 %) et le vin (4 %). En 2018, l’excédent commercial de l’UE avec les États- Unis affiche donc un repli significatif (- 6 %) pour atteindre 10,25 Md€.

Chine et Ukraine, partenaires de référence à l’export

Le marché chinois est devenu depuis 2015, la seconde destination des produits agricoles de l’UE en absorbant aujourd’hui près de 8,1 %. Cependant, en 2018, les exportations de l’UE ont lourdement chuté de 6,4 % pour atteindre en valeur absolue 11,1 Md€. La Suisse arrive à la troisième marche en absorbant 6 % des exportations agricoles, suivie par le Japon et la Russie avec 4,8 % des exportations totales de l’UE. En 2018, l’Ukraine affiche la plus forte croissance en valeur relative, soit + 13,8 %. Selon la Commission européenne «ces forts taux de croissances enregistrés ces dernières années, sont une indication du succès du traité de libre-échange qui a su stimuler le commerce bilatéral». À l’endroit de la Russie, les exportations de l’UE continuent d’augmenter après une baisse durable enregistrée depuis 2013 en raison de l’imposition d’un embargo sur l’importation d’une grande variété de produits agroalimentaires. Actuellement, l’augmentation observée s’explique en grande partie par l’approfondissement des exportations des produits agroalimentaires de l’UE non-ciblés par l’embargo. Quant au Brésil qui est l’autre source principale d’approvi- sionnement de l’UE, les importations restent quasi-identiques (+ 0,7 %). Celui-ci est suivi par la Chine (+ 5,7 %), l’Ukraine (+ 3,9 %) et l’Argentine (- 9,5 %).

Des accords de libre-échange équilibrés et une Pac efficace

«L’Union européenne a récemment conclu des accords de libre-échange avec le Mercosur, le Japon, Singapour, Mexique, la Corée du sud, le Vietnam et le Canada. Nous progressons aussi dans les négociations avec le Chili, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Dans notre programme commercial, nous avons cherché à gagner de nouvelles parts de marché pour nos produits agroalimentaires de renommée mondiale et à trouver le juste équilibre afin de défendre nos secteurs sensibles», souligne Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et qui va prochainement prendre le portefeuille du Commerce. Ajoutant que «le succès des échanges agricoles est clairement lié à la Pac, qui soutient la compétitivité et l’innovation, et à l’excellente réputation de nos produits, qui sont sûrs, produits de manière durable, nutritifs et de haute qualité».

Parmi les menaces les plus sérieuses pour le commerce agroalimentaire, le rapport souligne comme en 2017, les stratégies de plus en plus protectionnistes des principaux pays commerciaux, les différends commerciaux plus fréquents ainsi que les perturbations commerciales liées à la décision du Royaume-Uni de quitter l’UE.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui