L'Oise Agricole 28 mai 2020 à 09h00 | Par Pierre Garcia

Les commerces de proximité parmi les grands gagnants du confinement

Malgré les messages du gouvernement incitant à faire ses courses en grandes surfaces, de nombreux Français ont privilégié les épiceries. Proposant des produits locaux à des prix plus accessibles, celles-ci pourraient voir l’embellie se poursuivre après le confinement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le chiffre d’affaires de l’épicerie Vival à Chabanière (Rhône) a augmenté de 30 % pendant le confinement.
Le chiffre d’affaires de l’épicerie Vival à Chabanière (Rhône) a augmenté de 30 % pendant le confinement. - © Nathalie_Journoud

En l’espace de deux mois, le confinement imposé aux Français pourrait bien redistribuer les cartes dans le paysage du commerce alimentaire. «Pendant cette période, de nombreuses personnes se sont rendues compte qu’elles disposaient de nombreux commerces alimentaires autour d’elles et qu’elles n’avaient pas besoin de se rendre dans des grandes surfaces en périphérie», se félicite Cédric Szabo, directeur de l’Association des maires ruraux de France. «Cette séquence un peu inédite a fait émerger trois types de commerces en milieu rural : ceux qui ont été fortement affectés par l’interdiction de rester ouverts, comme certains marchés de plein vent ; ceux qui ont réussi à s’adapter et ceux qui, comme la plupart des épiceries, sont parvenus à devenir incontournables dans leur commune et à capter une population qui se rend d’habitude en grandes surfaces», explique-t-il.

Des commerces devenus incontournables

Incontournable, le Comptoir du Village à Courzieu l’était déjà depuis son ouverture il y a deux ans. Dans cette commune de l’Ouest de Lyon de 1 100 habitants, le Comptoir du Village propose non seulement une épicerie, mais aussi un bureau de poste, tous deux restés ouverts pendant la durée du confinement. «Le plus dur a été le début du confinement, nous avons dû repenser tout le fonctionnement du magasin pour garantir le respect des mesures barrières et accueillir les clients, maximum trois en même temps dans la boutique. Nous avons maintenu nos horaires habituels car il était nécessaire pour nous que les habitants trouvent ce dont ils avaient besoin», explique Marion Laprevotte, l’une des salariées du point de vente. Comme de nombreux autres commerces de centre-bourg, l’épicerie a vu son activité augmenter en même temps que les bénévoles, qui complètent habituellement ses effectifs, se faisaient moins nombreux. «Cela a représenté une charge de travail plus importante que d’habitude, mais après quelques jours de rodage, nous sommes parvenus à prendre le rythme», raconte Marion Laprevotte. À l’heure du déconfinement, les mesures barrières resteront encore en vigueur pour encore plusieurs semaines, de quoi rassurer les nouveaux clients qui ont rejoint le magasin pendant ces deux mois.

Une hausse de 30 % du chiffre d’affaires

Installé à Chabanière dans le Rhône, Pierre Journoud est depuis plus de dix ans le gérant de l’enseigne Vival. Avec son épouse, ils n’ont pas hésité à se retrousser les manches pour faire face à une hausse d’activité soudaine. «Pendant deux mois, personne n’a bougé du village et ils sont tous venus s’approvisionner dans notre magasin. Par rapport à d’habitude, nos ventes ont explosé et notre chiffre d’affaires a augmenté de 30 % sur la période», témoigne-t-il. «Nous travaillons avec des producteurs locaux, c’est une démarche qui est essentielle pour nous. Cette période nous a permis de booster nos ventes de fruits et légumes et de renforcer notre collaboration avec les producteurs locaux en nous ouvrant à des produits comme le miel, le fromage, les jus de fruit ou encore la bière. Grâce à cette offre plus locale, nous sommes parvenus à capter environ 10 % de nouveaux clients venus de villages alentours que nous espérons garder par la suite», raconte-t-il. Après avoir majoritairement profité du confinement, les épiceries pourront-elles poursuivre sur la même dynamique ? C’est la question qui trotte aujourd’hui dans toutes les têtes, entre espoir d’une prise de conscience durable des citoyens pour le consommer local et crainte de les voir retourner vers les enseignes de la grande distribution. «Avec la fin du confinement, nous cherchons aujourd’hui à faire le bilan de cette période et à valoriser ce qui a pu être positif. Le potentiel des commerces de proximité en milieu rural est très intéressant, même si nous ignorons si les gens continueront de venir y faire leurs achats, c’est encore trop tôt pour le dire. Ce que cette période nous a appris, c’est qu’un modèle différent peut fonctionner en dehors des enseignes de la grande distribution et ce sera aussi aux élus de mieux mettre en valeur ce marché local à l’avenir», conclut Cédric Szabo.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Robert (60) | 11 juin 2020 à 10:40:22

j'ai lu avec attention votre article montrant l'intérêt retrouvé des consommateurs pour les produits locaux . c'est tant mieux et je m'en félicite en tant que militant pour la défense du milieu rural et implicitement soutenant tous ceux qui y travaillent en apportant des services de qualité auprès des habitants. que nos producteurs profitent de cette'' opportunité liée à la crise sanitaire'' pour faire connaitre leurs produits en mettant en avant la qualité mais en prenant garde de ne pas déraper sur les prix comme on l'a trop souvent constaté car les consommateurs se détourneront des producteurs locaux . par ailleurs je m'élève en faux sur le fait que gouvernement ait conseillé aux consommateurs de '' s'engouffrer'' dans les grandes surfaces pendant la crise. restons objectif , bien au contraire les messages envoyés étaient en faveur des petits magasins et producteurs. merci

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui