L'Oise Agricole 15 mai 2019 à 16h00 | Par Alix Penichou

Made in viande : «Rassurons les consommateurs sur nos élevages»

Les journées Made in viande ont lieu dans toute la France, y compris en région, du 22 au 29 mai. Le point sur la filière régionale avec Freddy Bertin, membre de la commission «enjeux sociétaux» d’Interbev et président d’Elvea (association des éleveurs) Hauts-de-France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Freddy Bertin : «Le maintien de l’élevage un enjeu économique et environnemental : les prairies sont essentielles à la préservation de la biodiversité et de nos paysages. C’est le genre de message à faire passer lors des journées Made in viande.»
Freddy Bertin : «Le maintien de l’élevage un enjeu économique et environnemental : les prairies sont essentielles à la préservation de la biodiversité et de nos paysages. C’est le genre de message à faire passer lors des journées Made in viande.» - © Agence de presse

Quel est le but des journées Made in viande en Hauts-de-France ?

Nous ouvrons les portes de toute la filière viande du 22 au 29 mai, des élevages, aux centres d’allotement, marchés aux bestiaux, entreprises d’abattage, de découpe et de préparation de viande, boucheries, grandes surfaces ou encore restaurants collectifs. Quarante points sont ouverts en région. Nous voulons montrer que nous ne cachons rien. Cela permet de rassurer les consommateurs sur nos élevages et nos techniques de production. L’événement est à destination du grand public, et beaucoup d’écoles y participent. Il s’agit de la cinquième édition et, à chaque fois, il prend de l’ampleur.

Que peut-on dire quant à la filière viande bovine locale ?

Nos races phares sont la Charolaise, suivie de la Blonde et de la Limousine. La Blanc Bleu Belge, race locale, est en perte de vitesse, car coûteuse à élever, notamment à cause des vêlages difficiles. Les Hauts-de-France produisent et consomment un peu moins de 100.000 t de viande bovine en un an. C’est équilibré. Pourtant, nous exportons une partie de notre production, car elle ne correspond pas à la demande. Le problème vient en partie des restaurations collectives. Elles mettent, par exemple, des bavettes au menu, et nous ne pouvons pas en fournir suffisamment. Il suffirait qu’elles changent leurs habitudes et qu’elles prévoient du steak. Là, nous pourrions fournir en viande locale.

Quels enjeux doit relever cette filière ?

Comme partout en France, les prix ne sont pas assez rémunérateurs. Avec la loi Egalim, nous espérions que ces prix allaient augmenter pour les éleveurs, mais les résultats ne sont, pour l’instant, pas à la hauteur. Quelques prémices sont néanmoins palpables. Certaines filières haut de gamme ont explosé, car les GMS veulent toutes du local (Engagement qualité Carrefour, EQC Market, Boeuf de nos régions, SVA/CBPE, Leclerc, Auchan super, Cœur de gamme, JBE, Bœuf des Hauts Pays, Filière qualité race Normande, Cora, etc., ndlr). Mais cela reste des niches, vendues au rayon régional. Nous espérons que cette viande locale se développera et qu’elle sera proposée au rayon libre-service. Ces prix trop bas posent aussi le problème de la transmission des exploitations aux jeunes, qui ne parviennent plus à trouver des banques qui les suivent dans un projet de reprise d’exploitation d’élevage.

Outre une meilleure rémunération des éleveurs, des outils sont-ils mis en place pour sou-tenir l’activité ?

À Elvea, nous mettons en place des techniques innovantes, effectivement. Nous prônons, par exemple, le pâturage tournant dynamique. Certes, il nécessite un peu de temps pour changer les bêtes de pâture chaque jour, et un apprentissage du troupeau pour rester au fil. Mais il permet de très bons résultats économiques. L’herbe pousse et reste riche avec très peu d’engrais.

Nous parvenons ainsi à élever des mères et leurs broutards sans complémentation. Il est aussi bon de rappeler que le maintien de l’élevage est plus qu’un enjeu économique. Il est aussi environnemental : les prairies sont essentielles à la préservation de la biodiversité et de nos paysages. C’est le genre de message à faire passer lors des journées Made in viande.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui