L'Oise Agricole 09 mai 2019 à 09h00 | Par F.-X. S.

UE : les organisations agricoles partent en campagne

Les organisations et coopératives agricoles de l'UE (Copa-Cogeca) partent, elles aussi, en campagne à l'occasion des élections européennes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Patrick Cronenberger

A la veille des élections européennes, du 23 au 26 mai, les organisations et coopératives agricoles de l'Union européenne (UE) réunies au sein du Copa-Cogeca lancent, le 6 mai, leur propre campagne, #WeFarm4EU (site internet, documents visuels, médias traditionnels, réseaux sociaux), afin de faire connaître de manière collective leurs engagements et d'informer les responsables politiques sur leurs positions et propositions pour l'avenir.

Cette campagne est basée sur un manifeste exposant les priorités du secteur pour le nouveau cycle institutionnel de l'UE 2019-2024.

Pac, renouvellement générationnel...

Dans leur manifeste intitulé «Ensemble, cultivons l'avenir de l'Europe», les organisations agricoles de l'UE exposent leurs «actions», «convictions» et «attentes» dans une série de domaines. Elles insistent d'entrée de jeu sur la nécessité d'une «Europe solide» ; «aucune réduction du budget de la Pac» après 2020, simplification, renforcement du marché unique (avec le maintien d'une coopération «aussi étroite que possible» entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit), ainsi que sur l'importance du renouvellement générationnel dans leur secteur ; soutien aux jeunes agriculteurs, mais aussi «mettre fin au dénigrement de l'agriculture».

La recherche et le partage de connaissances, avec notamment la possibilité pour les obtenteurs d'avoir «accès aux méthodes modernes d'obtention végétale, telles que la mutagenèse», et l'agriculture intelligente/de précision, moyennant une «stratégie cohérente» de promotion de la transformation numérique permettant à tous les exploitants et aux coopératives d'être connectés, font également partie des priorités des soixante organisations professionnelles membres du Copa et des trente-cinq structures coopératives membres de la Cogeca.

Environnement et climat

Les organisations agricoles réclament de la «cohérence» dans les politiques de lutte contre le changement climatique, et elles souhaitent la «reconnaissance des efforts» fournis par leur secteur pour respecter les objectifs de développement durable. Elles demandent aussi «suffisamment de flexibilité» pour que les producteurs «puissent être efficaces dans l'utilisation des ressources naturelles, tout en garantissant la sécurité alimentaire».

Le Copa-Cogeca appelle, par ailleurs, à la mise en oeuvre de «mesures concrètes» pour la bioéconomie dans les plans stratégiques nationaux de la prochaine Pac.

Santé animale et végétale

Les organisations professionnelles soulignent, par ailleurs, que les éleveurs de tous les Etats membres doivent avoir «accès à des outils intelligents, efficaces et alternatifs», pour assurer la santé de leurs animaux. Mais elles relèvent aussi que la législation européenne en matière de bien-être animal «devient si complexe qu'une interprétation commune au niveau des Etats membres est difficile, même pour les experts».

Dans le domaine de la santé végétale, elles insistent sur la nécessité d'«offrir des alternatives», car «le système actuel d'autorisation et de contrôle de l'utilisation des produits phytosanitaires ne garantit pas la compétitivité de l'agriculture européenne». Et elles estiment que «les dispositions de la nouvelle loi sur la santé des végétaux et de la législation sur les produits phytosanitaires, qui seront adoptées par la prochaine Commission européenne, devraient être proportionnelles et fondées sur le risque et des principes scientifiques solides».

Développement rural

Le développement rural doit disposer après 2020 d'un budget européen au moins égal à celui de la précédente programmation, insiste également le Copa-Cogeca, qui appelle à promouvoir le rôle des femmes en milieu rural. Il insiste ensuite sur l'importance du programme de distribution de lait et produits laitiers, ainsi que de fruits et légumes dans les écoles et sur la politique européenne de promotion, qui «s'est également révélée être un outil très efficace».

Et il réclame, parallèlement, le «renforcement de notre système d'indications géographiques et de sa protection internationale, le maintien des normes de commercialisation et des dénominations de vente existantes, ainsi que des règles d'étiquetage et des dénominations claires».

Gestion des risques, OP et concurrence

Pour favoriser les investissements et la compétitivité de leur secteur, les organisations professionnelles jugent essentielle «la cohérence politique entre les différents domaines (commerce, climat et environnement, recherche et innovation, investissements, marchés financiers, fiscalité juste)», et demandent que «les agriculteurs, les coopératives agricoles et les entrepreneurs ruraux disposent d'une bonne gamme d'outils d'investissement et de gestion des risques afin qu'ils puissent concurrencer les autres secteurs économiques».

Il faut aussi, selon elles, encourager la création d'organisations de producteurs et le développement des coopératives agricoles et «mettre pleinement en oeuvre le principe selon lequel la Pac prime sur les objectifs de concurrence, comme l'a reconnu la Cour de Justice européenne».

Chaîne alimentaire et accords commerciaux

Les organisations agricoles de l'UE réclament «de la justice dans la chaîne alimentaire». Elles rappellent que «l'établissement de règles communes sur les pratiques commerciales déloyales est une chose, son application intégrale en est une autre». Et relèvent donc la nécessité de «surveiller» la transposition par les Etats membres de la récente directive en la matière. Elles plaident aussi pour des accords commerciaux «équilibrés», qui «respectent» les demandes européennes. A ce propos, le Copa-Cogeca juge «trop ambitieuse» l'offre d'accès au marché actuellement sur la table des négociations entre l'UE et le Mercosur, et rappelle qu'il faut «tenir compte des engagements en matière de changement climatique».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui