L'Oise Agricole 12 novembre 2020 à 09h00 | Par D.

Les producteurs de sapin en pleine crise

Les producteurs français de sapins de Noël naturels ne cachent pas leur inquiétude et lancent un appel au gouvernement dans l’attente d’un décret. Alors que les dernières mesures gouvernementales limitent l’ouverture de points de vente ou des rayons des points de vente aux produits dits «essentiels», se procurer un sapin de Noël ne sera pas assuré cette année !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © D.

La saison des sapins de Noël est sur le point de débuter. Novembre est le mois de la coupe des sapins. Les commandes s’anticipent, se préparent afin que les arbres puissent être acheminés vers les différents points de vente. Or, compte tenu des nouvelles mesures sanitaires annoncées par le gouvernement, le risque que les enseignes de distribution ne puissent pas vendre de sapins de Noël est à prendre en compte. Les rayons de fleuristerie et de produits végétaux sont, à ce jour, fermés au public. Selon Vincent Vecten, producteur de sapin à Francières dans l’Oise, «les sapins n’étaient pas classés comme une denrée essentielle». Ceci a pour conséquence des annulations de commandes de la part des grandes enseignes de distribution. Les ventes de sapins de Noël nécessitant une coupe avec la mobilisation de nombreux emplois, les producteurs, sans assurance d’une possible commercialisation, sont contraints de mettre en suspens leur saison. Dès lors, l’association des producteurs de sapin a lutté pour obtenir un décret gouvernemental dans la semaine. Ce dernier devrait autoriser la vente de sapins de Noël en extérieur, permettant aux producteurs de survivre à la période du confinement. «On va pouvoir respecter les gestes barrières. Le choix de la profession est de défendre toute les ventes en extérieur et d’éviter l’exclusivité pour les grandes surfaces et les jardineries. Avec ce projet de décret, les commandes reprennent alors qu’il y a une quinzaine de jours, on n’avait aucune commande. À la ferme, nous avons tout même mis en place le click and collect pour écouler nos sapins» ajoute-Vincent Vecten.

Selon Frédéric Naudet, président de l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) : «Noël est une fête traditionnelle et familiale à laquelle les Français sont très attachés. Mais, dans ce contexte sanitaire inédit, Noël 2020 sera des plus particuliers. Nul doute que cette année, les familles et les enfants attendront davantage ce moment où ils décoreront leur sapin avant de célébrer les fêtes. Mais, si on annonce le 15 novembre aux producteurs qu’ils devront proposer des sapins pour le mois de décembre, il sera déjà trop tard compte tenu des travaux de coupe et de la logistique à mettre en œuvre».

En France, 6 millions de sapins de Noël sont vendus chaque année, dont 80 % sont issus de la production française. Grandes surfaces alimentaires, enseignes de bricolage et jardineries représentent la plus grande part des ventes annuelles de sapins. «Les ventes de sapins se font en extérieur, donc dans des conditions compatibles avec le contexte sanitaire. Si les espaces de vente habituels sont inaccessibles, la plupart des producteurs ne s’en relèvera pas. Il n’y a pas de plan B pour la profession, nous avons à peine un mois pour écouler le fruit de 10 années de travail. Le gouvernement doit rapidement donner l’assurance aux points de vente qu’ils pourront vendre des sapins, faute de quoi les Français devront se préparer à un Noël sans sapins. Et bien sûr, ce sera toute l’économie du sapin de Noël français qui sera mise en danger.» Avec un peu de chance cette année, Santa Claus apportera un sapin noël.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,