L'Oise Agricole 15 octobre 2020 à 09h00 | Par D.

Un plan de relance survitaminé pour Hermes Boissons

À l’occasion du premier déplacement au sein de l’entreprise Hermes Boissons, candidate à un appel à projet du plan de relance, la préfète de l’Oise a présenté la déclinaison dans l’Oise du volet compétitivité du plan de relance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tout est mis en place pour faciliter l’information des entreprises. Sur le site internet dédié au plan de relance, une recherche par thématique peut être réalisée pour connaître toutes les mesures et appels à projets dont peuvent bénéficier les entreprises. Une cellule régionale d’information des entreprises composée d’experts est joignable au 03 59 75 01 00. (© D.)  © D.  © D.

«Le plan de relance a plusieurs thématiques pour régler l’ensemble des problématiques liées à la crise. Le côté compétitivité permet aux entreprises de se moderniser et développer leur production», explique Corinne Orzechowski, la préfète de l’Oise. Le volet compétitivité du plan de relance a pour objectif de faire en sorte que les entreprises françaises localisent de nouvelles productions à forte valeur ajoutée sur le territoire national et créent des nouveaux emplois. Ce plan s’appuie sur quatre piliers : baisser les impôts de production pour rendre les entreprises plus compétitives ; renforcer les fonds propres des TPE, PME et ETI pour restaurer leur capacité d’investissement ; numériser à grande échelle les TPE, PME et ETI pour favoriser leur montée en gamme et les rendre plus compétitives ; relocaliser la production stratégique pour sécuriser les approvisionnements.

Hermes Boisson vise le premium

«L’agroalimentaire est un secteur économique extrêmement important. C’est une richesse d’avoir une entreprise comme celle-ci au sein de notre territoire», ajoute Corinne Orzechowski. Implantée dans l’Oise, à 60 km de Paris, l’embouteilleur indépendant Hermes Boissons (AHB) est spécialisé dans les jus et boissons fraîches. Avec plus de 110 ans d’activité, la société possède une longue expérience en la matière, héritée de son appartenance successive aux groupes Seagram (marque Fruivita), puis Pepsico (marque Tropicana).

Michaël Chevrier, sous-préfet de l’arrondissement de Clermont, a été nommé sous-prefet à la relance. Il anime et coordonne l’action des services de l’État afin d’apporter une réponse rapide aux entreprises, mais aussi aux collectivités. «Cet appel à projets est désigné comme résilience. La crise a montré que la France avait des difficultés au niveau de ses entreprises. Elle a un manque d’autonomie et est trop dépendante des pays étrangers. Des appels à projets, jugés stratégiques par le gouvernement, sont d’ores et déjà lancés dans l’Oise. Au total, 10 entreprises sont déjà candidates. Les dossiers sont en train d’être instruits. Hermes Boissons en fait partie. De plus, la France a une industrie qui est trop dans le moyen-haut de gamme, au lieu du haut-très haut de gamme. Hermes Boisson, elle, présente des produits premium, c’est-à-dire à forte valeur.»

La société se démarque aujourd’hui en étant le premier producteur au monde à s’équiper de la technologie haute pression Hiperbaric Bulk. Développée par le constructeur espagnol dans le cadre du projet Bevstream, cette solution consiste à pascaliser les liquides en vrac avant embouteillage. En supprimant les contraintes de matériau, de taille et de forme des emballages, le procédé libère aussi l’innovation packaging. «Avec l’aide du plan de relance, les perspectives sont nombreuses. On pourra pérenniser l’emploi sur l’entreprise, assurer le développement et la création de nouveaux postes. En terme du développement du chiffre d’affaires et de l’activité, l’idée est de réintégrer de la marge en France et de la générer avec des producteurs locaux. On table sur un taux de croissance allant de 15 à 20 %. On a déjà des clients dont de grosses enseignes concernant cette nouvelle machine. Les débouchés commerciaux sont assez importants», affirme Tom François, président d’Hermes Boissons. L’objet de ce plan de relance permettra de valider l’acquisition de la machine Hiperbaric Bulk, prêtée pour le moment. Corinne Orzechowski a fait comprendre qu’il fallait décomplexer les entreprises. «Les chefs d’entreprises doivent venir vers nous pour évoquer leurs difficultés et trouver des solutions grâce à ces aides pour surmonter la crise.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui