L'Oise Agricole 30 août 2020 a 10h00 | Par D.

17 ans de festival, il n'y a pas photos !

Du 19 septembre 2020 au 3 janvier 2021, sur de nombreux lieux culturels qui accueillent les expositions en région Hauts-de-France, le festival des Photaumnales propose pour la première fois des photographies de la commande publique. Pour cette 17e édition, la programmation décline la thématique générale du «Flux, une société en mouvement».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les Photaumnales sont organisées par Diaphane. Il s'agit d'un pôle photographique de la région Hauts-de-France qui a pour vocation de présenter la diversité de l'image photographique, sur l'ensemble du territoire.
Les Photaumnales sont organisées par Diaphane. Il s'agit d'un pôle photographique de la région Hauts-de-France qui a pour vocation de présenter la diversité de l'image photographique, sur l'ensemble du territoire. - © Guilherme Santos

Le Covid-19 bouleverse le monde entier depuis plusieurs mois. Les personnes ont appris à se protéger et à vivre à distance, mais aussi à inventer de nouvelles formes d'échanges et de partage. Durant cette période inédite, de nombreuses manifestations et festivals s'annulent ou se reportent. Le festival des Photaumnales a fait le choix de maintenir sa 17e édition, du 19 septembre 2020 au 3 janvier 2021 sur de nombreux lieux culturels de la région des Hauts-de-France. Lorsqu'en 2018, le Centre national des arts plastiques, le CRP/ Centre régional de la photographie Hauts-de-France de Douchy-les-Mines et Diaphane proposent comme thématique de la commande publique : Flux, une société en mouvement, cette notion est devenue réalité et elle est bel et bien au coeur de l'actualité médiatique du chaos sociétal provoqué par le Covid-19.

Les quinze artistes retenus explorent les flux dans une diversité d'approches photographiques, représentatives de la création contemporaine. Leurs travaux sont présentés sur les deux sites de Beauvais et de Douchy-les-Mines.

Une seconde exposition Flux, le discret et le continu, présentée au Quadrilatère, explore les relations visibles ou invisibles aux flux.

Dans les transports, les communications, l'échange de données numériques, les flux sont partout. Toujours plus rapides, ils accélèrent les temporalités et catalysent les effets de la mondialisation.

Toujours proche du public et des territoires, la programmation se déploie également sur l'ensemble du sud des Hauts-de-France en partenariat avec des lieux culturels. Le Mudo - Musée de l'Oise à Beauvais -, comme le Musée de la Nacre et de la Tabletterie à Méru revisitent leurs collections en confrontant leurs oeuvres à des photographies contemporaines.

L'espace Séraphine-Louis à Clermont, l'espace Matisse à Creil ou la galerie du théâtre du Chevalet à Noyon constitue des lieux de mixité culturelle, propices aux rencontres avec le public.

Ce maillage des lieux de diffusion s'appuie également sur les galeries d'art situées dans les établissements scolaires, qui s'inscrivent dans une démarche de sensibilisation vers le jeune public, en complément de nombreuses actions auprès des enseignants.

«Notre volonté affirmée de nous retrouver autour de la photographie et des créateurs, pour défendre les valeurs de partage et d'éducation aux images est au coeur du projet des Photaumnales et de Diaphane. Bien entendu, nous adapterons les modalité de visites et de rencontres avec les artistes en fonction de l'évolution de la situation sanitaire de cette rentrée», explique le communiqué.

Vous pouvez retrouver l'une des expositions qui explique bien la situation actuelle, Les con-finés au Quadrilatère à Beauvais.

Depuis dix ans, la revue 6 Mois publie des histoires vraies en images, portées par des photojournalistes de tous les continents qui s'immergent des semaines, des mois et parfois des années durant, au plus près des gens. Mais comment raconter la vie quand elle se fige, quand le terrain de reportage devient sa maison ? De Mexico à Paris, la crise sanitaire du Covid-19 a obligé les photojournalistes confinés à se réinventer, à chercher à exister autrement. Enfermés chez eux ou dans un périmètre restreint, ils ont immortalisé leurs ados accros à leurs téléphones, la répétition des jours vides, les petits riens, la poésie retrouvée dans les plis du quotidien. Certains ont invité le monde extérieur chez eux à travers d'ingénieux dispositifs, d'autres sont partis en reportage avec Zoom.

Oscar Wilde disait que le plus grand pêché de l'homme est le manque d'imagination. Ces photographes ont tenté d'imaginer l'impensable. La photographie est plus qu'un art, les Photaumnales interrogent et soutiennent la création contemporaine avec de nombreuses expositions.

Informations pratiques

- Conférence

Le samedi 14 novembre, au Quadrilatère à Beauvais à 15 h : conférence de Pascal Beausse, responsable de la collection photographie, Centre national des arts plastiques.

- Formations enseignants

Pour plus de renseignements, tournez vous auprès de Diaphane au 09 83 56 34 41.

La formation a lieu le vendredi 4 décembre, au Quadrilatère à Beauvais.

- Lectures de portfolios

Cet événement a lieu les vendredi 27 et samedi 28 novembre 2020 au Quadrilatère à Beauvais. Elle est à destination des artistes en photographie, arts de l'image et arts plastiques. En présence des experts du monde de la photographie, de festivals et du réseau Diagonal (sur inscription et pré-sélection. L'envoi des dossiers de candidature doit s'effectuer avant le 8 novembre, au format pdf par courriel ou par wetransfer à l'adresse suivante : portfolio@diaphane.org.).

Le programme des visites et événements sera susceptible d'être modifié en fonction de l'évolution des mesures sanitaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,