L'Oise Agricole 28 mars 2019 à 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

Congrès des laitiers : de bonnes raisons d'espérer

Alain Gille, Bernadette Bréhon et Régis Desrumaux sont parmi ceux qui ont représenté l'Oise au congrès de la FNPL, les 20 et 21 mars à Arras.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation de l'Oise : Luc Smessaert, Régis Desrumaux, Alain Gille, Cassandre Wallet, Christophe Roose, Pascal Foucault, Joël Mouflet.
La délégation de l'Oise : Luc Smessaert, Régis Desrumaux, Alain Gille, Cassandre Wallet, Christophe Roose, Pascal Foucault, Joël Mouflet. - © Agence de presse

«Sincèrement, c'est la première fois que je repars satisfait de l'ambiance» confie Alain Gille, le président de la FRPL (Fédération régionale des producteurs de lait) Picardie. «Il s'est dit des choses très positives qui montrent qu'on avance. Je pense particulièrement aux relations avec les ONG (organisations non gouvernementales) avec lesquelles un dialogue semble s'instaurer. Même si nous sommes loin d'être d'accord, au moins pouvons-nous dialoguer, ce qui était impossible il n'y a pas si longtemps.»

Autre motif de satisfaction pour le représentant professionnel, la table ronde qui posait la question de savoir si les producteurs laitiers se sentaient des citoyens comme les autres, avec le même mode de vie. «Même si certains éleveurs arrivent à partir en vacances deux fois une semaine, il est clairement apparu que cela a un coût bien supérieur puisque nous devons nous faire remplacer sur nos exploitations. C'était une façon intéressante d'aborder ce sujet» se réjouit-il.

Par contre, pas de quoi se satisfaire de l'attitude des coopératives laitières qui, malgré la promulgation de la loi Egalim, continuent à bâtir le prix à l'envers, en partant de leur prix de vente, en déduisant leurs charges et leur marge et en ne laissant que les miettes aux producteurs.

«Elles se retranchent derrière la non promulgation de l'ordonnance qui les concerne pour justifier de n'avoir pas changé leur façon de faire. La vérité, c'est qu'elles ne veulent pas appliquer la loi et modifier leur règlement intérieur ou leurs statuts pour s'y conformer» déplore Alain Gille. «Cela reste le gros point noir du moment. Je suis sûr que si Sodiaal respectait la loi, les autres coopératives lui emboiteraient le pas.»

Même son de cloche, celui de Bernadette Bréhon, qui revient sur la deuxième journée, basée sur trois tables rondes avec WWF, Welram. «Ces échanges ont permis le dialogue à l'égard de l'élevage, de construire ensemble pour trouver une convergence. Nous avons pu constater que nous ne sommes plus en totale opposition mais bien sur le chemin, au début certes, d'un consensus. L'intervenant de WWF a reconnu le travail effectué par les éleveurs pour améliorer les pratiques.»

Pour le reste, elle fait part des points qu'elle retient de ce congrès : espoirs au vu du prix recherché et de la suite des EGA, 396 EUR/1.000 l toutes primes qualité confondues n'est pas un prix sorti du chapeau, mais résulte d'une construction à partir du coût de production. «Le combat n'est pas fini, mais le ministre semble sensible aux problématiques des éleveurs. Espérons que les actes seront à la hauteur des paroles. La meilleure rémunération des producteurs ne pourra se faire qu'avec des filières organisées.»

Pour sa part, Régis Desrumaux retient que ce fut «un bon congrès, reboostant, toujours un moment riche en échanges, avec les autres départements. Un bon moment pour échanger sur d'autres pratiques de nos collègues éleveurs ou les problématiques rencontrées, notre positionnement entre laiteries sur la France.»

Selon lui, avec la construction du prix en prenant en compte les coûts de production et 2 Smic équivalant à 70 h/semaine, les éleveurs ne seront plus la variable d'ajustement de la filière. Il conclut en saluant le travail des responsables de la FNPL, «motivés, vigilants et qui travaillent sur tous les sujets, charte des bonnes pratiques par exemple, avec les compétences requises.» Une satisfaction partagée par l'ensemble des participants.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui