L'Oise Agricole 05 juillet 2020 à 13h00 | Par Agence de presse

Le lait bien valorisé pendant le confinement

Avec 339 E/1 000 l en mai, le prix du lait de vache payé aux éleveurs français est resté relativement stable durant la période de confinement. La baisse de la collecte de lait et une consommation de produits laitiers en hausse ont évité aux éleveurs de produire du lait mal valorisé à l’export.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les marges des éleveurs français se sont plutôt maintenues au printemps.
Les marges des éleveurs français se sont plutôt maintenues au printemps. - © Agence de presse

Le prix du lait payé aux éleveurs européens a baissé de plus de 10 E/ 1 000 l à partir du mois d’avril 2020 par rapport au printemps précédent. Les 1 000 litres de lait ont été réglés 331 E en mai dernier contre 341 E un an auparavant. En Allemagne, les producteurs ont touché 330 E/ 1 000 l et en Belgique, 320 E/ 1 000 l, selon Eurostat. En France, le prix des 1 000 litres de lait (345 E en avril ; 339 E en mai) n’aurait diminué sur un an que de 2-3 E/ 1 000 l selon l’Institut de l’élevage (Idele) car le lait collecté a été bien valorisé. Toutefois, cette moyenne masque de fortes disparités entre les laiteries, selon leurs mix-produits et leurs expositions aux marchés mondiaux de poudres et de beurre. Pour autant, les marges des éleveurs français se sont plutôt bien maintenues au cours du printemps par la diminution du prix du lait car les coûts d’approvisionnement (aliments, énergie) ont aussi eu tendance à baisser.

Filière française moins exposée

Selon l’Idele, la marge sur coûts variables de production (104 E/ 1 000 litres en avril 2020) demeurait encore supérieure de 9 E à son niveau d’avril 2019 et surtout à un niveau bien plus élevé que le seuil plancher atteint en 2016 (+ 50 %). En fait, les producteurs de lait ont été relativement épargnés par la période de confinement de l’économie française. Mais pour combien de temps encore ? La crise économique mondiale et la baisse des cours mondiaux de produits laitiers pourraient durablement affecter la filière française même si elle est moins exposée que ses concurrentes aux marchés de l’export. En attendant, la filière laitière a bien profité du recentrage de l’économie française sur son marché intérieur, à l’abri des importations de produits laitiers en provenance de pays tiers. Le solde commercial du commerce extérieur a progressé de 1,2 milliard d’euros au cours des quatre premiers mois de 2020. Les exportations, en baisse en volume, ont augmenté de 2 % en valeur tandis que les importations ont reculé de 9 % à 1,2 milliard d’euros.

Hausse de la consommation

Plus de lait produit en France a été consommé sur le territoire national par les ménages (+ 23 % de beurre, + 20 % de fromages libre-service) alors que les produits importés destinés jusqu’à présent à l’industrie agroalimentaire avaient fortement reculé. Selon l’Idele, la hausse de consommation de produits transformés à plus forte valeur ajoutée et la baisse de la production de lait de 50 000 tonnes en avril et mai (48 millions de litres indemnisés 320 E/1 000 litres, soit 2,2 % de livraisons en moins) ont évité l’engorgement des marchés intérieurs de poudres de lait et de beurre alors que les cours s’effondraient. 22 000 éleveurs laitiers se sont en effet engagés en mars dernier à réduire leur livraison de lait qui aurait été mal valorisée. «Le redressement progressif de la cotation ATLA du beurre vrac vendu sur le marché spot (+ 570 E/t en deux mois depuis son bas niveau de 2 600 E/t) ne compense pas la chute de 900 E entre la mi-février et la mi-avril», souligne l’Idele.

Baisse à venir ?

À l’échelle de l’Union européenne, plus de lait a été produit ce printemps (+ 0,8 % en 2020-2019 en avril) que l’an passé, malgré le retournement conjoncturel constaté en mars dernier. Seul un tiers des pays membres s’est engagé dans une baisse de la production (la France a été rejointe par le Danemark, la Grèce, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie et Malte). Or, si le prix du lait standard valorisé en beurre/poudre sur le marché européen (250 E/1 000 l) et sur le marché mondial (259 E/1 000 l) ne se redresse que sensiblement, le prix du lait payé aux éleveurs européens baissera dans les mois à venir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui