L'Oise Agricole 05 août 2022 a 09h00 | Par Lucie Debuire

«Suivre le chemin pour régénérer les sols»

États-Unis, Inde, Mexique... mais aussi Hauts-de-France, autant de territoires qui travaillent avec Earthworm, une organisation non gouvernementale (ONG) sur l’écologie régénératrice des sols et des forêts. Rencontre avec son dirigeant, Bastien Sachet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Agence de presse

Comment vous positionnez-vous dans le paysage de l'écologie ?

L'objectif est de proposer une écologie de solutions à toutes les entreprises et territoires. L'écologie punitive qui consiste à supprimer tel ou tel produit ou d'obliger à utiliser une technique ne fait pas avancer les choses. Notre but est de régénérer les sols et les forêts. Dans le processus d'achat des matières premières, la provenance et le processus de fabrication ne sont pas pris en compte. Cela peut entraîner la déforestation, mais aussi la dégradation des sols. Pour éviter cela, nous proposons à nos entreprises partenaires (distributeurs, multinationales, fournisseurs...) de travailler sur leurs manières de se fournir.

Comment les entreprises, territoires et agriculteurs adhèrent à votre conception de l'écologie ?

Le producteur ne s'engage pas seul, mais avec toute la filière agricole ainsi que les pouvoirs publics. Les élus territoriaux ont bien saisi l'enjeu. Les entreprises, quant à elles, font face à deux enjeux : la demande d'une partie de la société pour se procurer des aliments qui respectent l'environnement et, d'autre part, des menaces de plus en plus fortes sur leurs approvisionnements. Elles ont compris que si rien n'était fait d'ici une trentaine d'années, il leur sera difficile de s'approvisionner pour faire tourner leurs usines. C'est pourquoi, leurs actionnaires les incitent à bouger. Quant aux agriculteurs, ils sont assez réceptifs à ce concept. La nature est leur outil de travail et beaucoup cherchent à remettre de l'agronomie dans leur métier. Sauf que cela demande de tester, de prendre des risques. Selon moi, l'agriculteur doit être accompagné et cette prise de risque financée. D'où la nécessité que chaque maillon de la filière et les territoires s'engagent eux aussi.

Pouvez-vous nous parler du projet Sols vivants, mis en place dans notre région en 2018 ?

Sols vivants est l'une des seules missions menées en France. L'idée est de travailler collectivement sur la santé des sols d'un point de vue systémique. Avec un sol en bonne santé, les plantes sont plus résistantes et la réduction des intrants devient envisageable. Les agriculteurs des Hauts-de-France ont une rotation très diversifiée et pour parvenir à la régénération des sols, il fallait emmener tout le monde : les entreprises qui se fournissent dans la région, mais aussi les organismes de conseils et le conseil régional. Et ils nous ont suivis. Des multinationales, des coopératives, des négociants et d'autres structures ont décidé de verser des primes aux agriculteurs qui voulaient s'engager.

Quels résultats après trois années de travail ?

Deux-cent-cinquante agriculteurs ont effectué une analyse de leurs sols. Ce sera plus de six-cents cette année. On prend en compte les éléments fertilisants, mais aussi des critères de santé du sol comme la vie microbienne, la matière organique présente, la structure. Ensuite, avec les sociétés de services engagées dans cette voie, nous essayons de déterminer les leviers à actionner pour l'améliorer. Ce peut être l'agriculture de conservation des sols, ou d'autres techniques. Notre approche n'est pas dogmatique, nous essayons de suivre le chemin qui conduira l'exploitation à davantage de résilience pour parvenir à régénérer les sols. Enfin, nous continuons d'explorer des pistes avec les banques et assureurs pour accompagner cette prise de risque financièrement.

L’ONG en dates

  • 1999 : Scott Poynton fonde The Tropical Forest Trust dans une zone industrielle d’Angleterre aux côtés de ses premiers employés.
  • 2006 : Le travail en Afrique résulte en la certification d’une superficie équivalente à deux fois celle du Luxembourg, protégeant les forêts et les populations indigènes qu’elles abritent.
  • 2007 : The Tropical Forest Trust deviant The Forest Trust. Le nom The Tropical Forest Trust ne représentait plus ce que l’association est devenue. Elle voulait appliquer son modèle à d'autres matières premières comme le soja et l'huile de palme et mettre un terme à l'avenir sombre peint par le rapport Stern. The Forest Trust a la même organisation avec la même mission, mais avec une vision et une portée plus larges.
  • 2010 : Comme résultat d’une étroite collaboration, Nestlé s’est engagé à éliminer toute déforestation de ses chaines d’approvisionnement, entraÎnant des dizaines d’autres entreprises à entreprendre la même démarche.
  • 2016 : La technologie satellitaire s’invite dans la lutte contre la déforestation. TFT et Airbus s’allient pour lancer Starling, un service de monitoring performant.
  • 2019 : TFT devient Earthworm Foundation. Elle renforce sa mission de cultiver la vie dans les forêts, les océans et les communautés du monde entier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,